Les obstacles qui nous empêchent de nous réaliser (4)

Publié le par Madeleine Moreau

L’image que vous désirez donner ou que vous croyez avoir 

Les obstacles qui nous empêchent de nous réaliser (4)

L’image que vous avez de vous, est-elle vraiment ajustée à qui vous êtes profondément ou est-elle survalorisée, dévalorisée ?Cette image que vous donnez aux autres, que vous vous donnez, peut être un véritable obstacle qui vous empêche de vous réaliser.

Vous avez sans doute déjà entendu ce genre de réflexion : « Il semble un peu « ours » quand on ne le connaît pas, mais au fond de lui, se cache un cœur d’or. », « Elle n’a pas l’air, elle semble rigide, indifférente, mais dans le fond, elle a une capacité d’empathie extraordinaire. »

Seules les personnes qui vous connaissent bien détectent qu’au-delà des apparences, il y a une autre personne que celle que vous montrez.

  • L’idéal de soi, la survalorisation, la dévaluation – la peur de l’échec

Jacques a 50 ans. Manœuvre dans une entreprise de construction, il a petit à petit fait son chemin.

Il y a 3 ans, son patron lui a proposé de devenir son adjoint. Il a accepté le poste et aborde fièrement son changement de statut social à qui veut bien l’écouter.

De la petite classe, il est passé dans le monde des grands !

On lui disait, au début de sa vie professionnelle, qu’il n’avait vraiment pas de chance dans la vie, que c’était vraiment pas drôle de poser des briques tous les jours.

Alors Jacques s’est accroché à une idée fixe : un jour, il montrerait de quoi il était capable, un jour, il serait à la même hauteur que son patron.

Il s’est accroché à une image … celle où un jour, il serait tout en haut des marches.

Au début de sa vie professionnelle, il se dévalorisait, en voulait à tout le monde de n’avoir trouvé qu’une place de « petit » ouvrier. Il en voulait à ses parents qui ne l’avaient pas aidé à réussir ses études, il en voulait au système scolaire qui n’avait pas su lui apprendre à avoir de bonnes notes, il en voulait à la société qui ne reconnaissait pas ses capacités …

La rage au cœur, la violence au cœur de l’estomac, il ne ratait aucune occasion pour se comporter comme un chef auprès de ses collègues qui partageait le même rang social.

Et, ça a payé !

Il est aujourd’hui le sous-directeur de l’entreprise, lui, le moins que rien, est devenu quelqu’un.

Le problème est qu’aujourd’hui, il vit dans la peur de dégringoler les marches, de se retrouver à nouveau au bas de l’échelle. Il vit dans la peur car l’entreprise bat de l’aile.

Tout le monde le met en garde : « Jacques, tu as eu de la chance, mais cette chance ne va pas durer, qu’est-ce que tu vas faire sa boîte met la clé sous le paillasson ? »

Jaques ne cesse de voyager entre son image « survalorisée » - je suis le meilleur, j’ai prouvé à tout le monde de quoi j’étais capable – à une image « dévalorisée » - si la boîte ferme, je suis foutu, j’ai aucun diplôme, je ne serais jamais reconnu pour ce que je fais, je ne trouverais pas de boulot.

Un obstacle à la réalisation personnelle

L’histoire de Jacques n’est pas un cas isolé.

Avec d’autres reliefs, d’autres couleurs, elle ressemble à l’histoire d’un bon nombre de personnes.

Même si toutes n’aboutissent pas à « la chance » de décrocher « la lune », de gagner le « jackpot », il y a en chacune ce même mouvement de balancier : passer d’un extrême à un autre sans toujours réussir à trouver son centre d’équilibre. 

Les obstacles qui nous empêchent de nous réaliser (4)

L’image de soi, c’est l’idéal de soi que l’on se construit, qu’on essaie de se donner comme ligne de vie.

L’image de soi, c’est également la manière dont on se perçoit : négativement = dans la dévalorisation,- sur-positivement = dans la survalorisation.

L’image normale ou ajustée est : se reconnaître tel que l’on est, avec ses capacités, ses ressources, ses valeurs, ses compétences.

Il n’y a alors plus d’obstacle pour se réaliser personnellement

Repérer l’obstacle et se réaliser

  • Une image de soi dévalorisée vous bloque pour croire en vos capacités.
  • Une image de soi survalorisée vous place dans la peur de l’échec, la peur de ne pas réussir.

Ce n’est qu’une image … et cette image, vous pouvez la changer.

Cela veut dire que vous pouvez trouver votre centre d’équilibre.

Cette image que vous avez de vous … elle est une construction de votre mental, de ce que l’on vous a fait croire, de ce qu’on a pu vous dire dans votre enfance et même plus tard.

Vous vous identifiez à l’image que vous avez de vous.

Si vous vous trouvez nul/le, pas à la hauteur, pas doué/e … alors il vous semblera difficile de réussir.

Si, par contre, vous agissez sans tenir compte des capacités réelles, des compétences acquises, il vous semblera que vous avez réussi, que vous n’avez plus aucun obstacle devant vous, si ce n’est la peur de l’échec dès que surgit une difficulté.

Travailler à son image, à celle que vous véhiculez est un processus plus ou moins long. 

Travailler sur son histoire, sur les raisons qui font que vous donnez tant d’ampleur à l’image que vous avez de vous, demande d’entrer dans une autre vérité de soi, de découvrir quelles sont vos capacités, vos qualités, vos ressources dans votre vie personnelle et/ou professionnelle.

C’est un travail qui ne peut se faire seul.

Travailler sur son image, en présence d’un thérapeute ou d’un coach de vie est nécessaire.

Sa présence vous apportera la prise de recul nécessaire, un peu comme si vous vous regardiez en présence de quelqu’un qui est neutre, qui peut vous rejoindre, vous entendre.

Ses reflets, ses paroles vous aideront à entrer dans l’apprivoisement, à vous reconnecter à la partie inconsciente qui vous empêche de vous réaliser. Mettre à jour ce qui vous empêche aujourd’hui de vivre pleinement vos capacités, vos compétences, vous permettra de trouver votre centre d’équilibre pour vous réaliser.  

Je vous souhaite une excellente journée,  à bientôt.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 

Commenter cet article