Quand les choses paraissent difficiles, le mieux est de les aborder tranquillement

Publié le par Madeleine Moreau

Etablir son mode d’emploi

 

Cela fait déjà quelques semaines que je suis face à des choses difficiles.

Je voudrais que la solution me soit donnée sur un plateau d’argent, que tout redevienne comme avant … avant, lorsque je n’avais pas à me poser de questions … avant, lorsque c’était devenu tellement simple que je ne pensais même plus que les débuts avaient été difficiles. 

 

Quand les choses paraissent difficiles, le mieux est de les aborder tranquillement

Il y a bien sûr, ce à quoi je fais face actuellement dans mon environnement professionnel – changement d’ordinateur, - changement de l’apparence de mon site et de mon blog – projets qui n’avancent pas vraiment …

Il y a également des choses qui deviennent un peu plus difficiles dans ma vie – des acceptations à vivre – des tensions à traverser – une remise en question sur certaines croyances …

Cela fait beaucoup.

Si je mets le tout dans le même panier, si j’essaie d’aborder le tout en même temps, je vais me brûler les ailes.

Comme je n’ai pas envie que ma vie devienne une ratatouille – au sens où je mélange le tout – je ne peux avancer qu’en prenant les choses les unes après les autres, en les abordant tranquillement, lorsqu’elles se présentent en moi.

Un mode d’emploi à adapter à chaque situation

Souvent, les personnes qui me sont proches me disent : « Mais, comment est-ce que tu fais ? Personnellement, il y a belle lurette que j’aurais mis les clés sous le paillasson, que j’aurais baissé les bras ».

Oui, c’est une possibilité … pas sûre que j’en serais heureuse – plus heureuse.

La facilité, l’aisance, la tranquillité, en fait, n’est-ce pas autant d’illusions qui nous conduisent à croire que tout devrait être facile ?

Illusions, qui, si nous y croyons, nous fait baisser les bras dès que la difficulté pointe son nez, nous orientant vers d’autres horizons plus alléchants et pouvant faire germer en nous le sentiment de nostalgie, le regret de ne pas avoir réussi, le refus de relever de nouveaux défis, etc.

Face aux difficultés, quel que soit leurs origines, pour y faire face, j’ai un mode d’emploi. Le voici :

L’interrogation intérieure

1 – Qu’est-ce que je veux vraiment ?

Cette première question et la réponse que je vais donner me permet deux choses : la première consiste à prendre conscience de ce que je désire, des aspirations que je porte, du but que je veux atteindre. La deuxième me permet de percevoir ce qui me freine, m’empêche de réfléchir, me déstabilise, les obstacles que je dois traverser pour aller vers ce que je veux vraiment.

Que ce soit dans le secteur professionnel, familial, relationnel ou sa vie privée, se poser la question « Qu’est-ce que je veux vraiment ? » permet de retrouver sa motivation intérieure – de savoir où l’on veut aller et pourquoi.

2 – Qu’est-ce que cela peut m’apporter ?

Lorsque nous sommes face à une difficulté, plein de choses se mélangent en nous. Il y a bien sûr les émotions, les sentiments négatifs qui prennent facilement le dessus.

Il y a aussi ces forces vives qui nous nourrissaient avant que ne surgisse la difficulté – le plaisir de faire les choses – la fierté de ce qu’on réalise – le bonheur de se sentir en-vie – la satisfaction de nos besoins – etc.

Il est bon d’accueillir les sentiments négatifs, c’est d’ailleurs un geste d’amour que l’on se donne. Par contre, il n’est pas bon de les cultiver, de leur donner tout le pouvoir.

Porter son regard sur les forces vives, regarder ce qui était bon et nous faisait vivre intensément, avant, permet de clarifier ce que l’on veut vraiment, ce qui nous permet d’avancer.

Si, par exemple, traverser une difficulté relationnelle m’apportait de m’éloigner de la colère, de la rancune qu’elle engendre, parce que, tout au fond de moi, je ressens du bonheur lorsque je peux partager, faire confiance, créer, m’épanouir, je ne baisserai pas les bras.

3 – Si j’arrête tout maintenant, qu’est-ce que je perds, ou, qu’est-ce que je gagne ?

C’est un peu comme la question : « Si j’avais encore quelques jours à vivre, qu’est-ce que je ferais ? »

Répondre à cette question avec honnêteté, sans chercher à se voiler la face, à arranger la réalité, à minimiser la situation, c’est prendre la mesure, la température de ce qui veut essentiellement vivre en nous.

4 – Y a-t-il, dans cette difficulté, quelque chose que je ne veux pas reproduire ?

Si l’envie est de tout envoyer balader, parce que vraiment, c’est trop difficile, il peut être bon de regarder si nous ne reproduisons pas une attitude adoptée depuis longtemps face à la difficulté.

Pendant longtemps j’avais cette attitude de me dire : « C’est pas grave, ça ira mieux demain ». Demain … ça allait mieux, tout simplement parce que j’avais tourné le dos à la difficulté et je construisais autrement … jusqu’au jour où la difficulté revenait devant mes pieds.

Il y a de multiples attitudes que nous pouvons avoir déployée pour nous sortir d’une mauvaise passe, avec plus ou moins des résultats satisfaisants pour nous sur le moment.

Est-il nécessaire de les reproduire aujourd’hui ? A chacun sa réponse.

5 – Si tout était possible, quelle serait l’issue de cette difficulté ?

Je me souviens de ce stage « Qui suis-je ? » que je suivais à PRH et du moment où j’écrivais mon rêve fou.

C’est le même processus, sauf qu’ici, j’écris ce que je pressens pouvoir vivre lorsque j’aurais traversé la difficulté qui est là devant moi.

C’est une manière d’entrer dans un changement plus profond, de quitter une zone de confort, d’arrêter de « rastifoler » (raccommoder)  la réalité et de faire le premier pas vers ce que l’on désire vraiment.

Conclusion

Ces 5 étapes peuvent être transférées dans n’importe quelle difficulté que vous devez traverser.

Bien sûr, pour cela, il faut prendre du temps.

Il faut aborder tranquillement les choses.

La résiliation ne se fera pas d’un coup, mais si vous posez le premier pas, si vous suivez le déroulement qui s’inscrit en vous, il n’y a aucune raison que vous ne puissiez pas avancer au-delà de la difficulté.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! 

Publié dans Outils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article