Le pouvoir des autres sur notre vie – (2) Quand ils vous disent ce qui serait bon pour vous

Publié le par Madeleine Moreau

6 clés pour reprendre le pouvoir

 

« Les autres n’ont de pouvoir que celui que vous leur donnez »

Il y a quelques années, j’avais besoin que les autres me disent ce qui était bon pour moi pour agir.

J’avais tellement peur de prendre le mauvais chemin, de ne pas savoir, de me tromper, que je demandais l’avis de mes proches avant de décider.

Décider … oui, je croyais que je décidais … mais, en fait, je ne faisais que suivre les bons conseils, persuadée que c’était moi qui avais fait le bon choix. 

Le pouvoir des autres sur notre vie – (2) Quand ils vous disent ce qui serait bon pour vous

Cela allait de mes vêtements … maman savait mieux que moi ce qui m’allait …

A mes loisirs, mes envies, mes menus … mon mari avait des goûts tellement différents et je voulais tellement lui faire plaisir, ne pas le décevoir …

Aux choses qui me concernaient directement … mes amies savaient si bien ce qui me correspondait !

Je ne passais jamais à l’action sans avoir au préalable demander quittance à l’autre. Cette quittance qui était la signature du pouvoir que je leur donnais.

Si comme moi, vous avez ce besoin d’être « quittancé » avant de passer à l’action, voici la 2ème clé pour reprendre le pouvoir sur votre vie

2 : Agir sans demander la permission   

Cela paraît couler de source. Pourtant, c’est un effort énorme à fournir. D’une attitude, vous allez passer à une autre, qui de plus, ne vous est pas familière.

Concrètement, vous devez passer de votre « moi » enfant à votre « moi » adulte. Cela, même si vous avez 40 ans.

A chaque fois que vous demandez « une permission », vous vivez comme l’enfant qui demande s’il peut avoir un bonbon. Aujourd’hui, vous pouvez vous offrir un bonbon sans demander si vous y avez droit.

Au début, ce sera peut-être très difficile, surtout pour des choses plus importantes qu’un bonbon.

Difficile car ce n’est pas un réflexe pour vous, ce n’est pas quelque chose que vous avez pratiqué de manière consciente … il y a sans doute beaucoup de choses que vous faites déjà sans demander une permission particulière … des choses qui ne mettent pas en danger votre « moi » enfant.

Difficile car vous devrez choisir, décider, agir par vous-même et non pour l’autre, dessiner votre chemin sans marcher sur le chemin indiqué par l’autre.

Difficile enfin car plein de choses se manifesteront en vous et vous déstabiliserons plus ou moins fortement : La peur de vous faire « gronder », la peur de décevoir, la peur d’être moins aimé/e, la peur de vous tromper, la peur du regard de l’autre sur vous, etc.

Vous devez apprendre à agir sans demander l’avis, le conseil de l’autre.  

Apprendre à devenir actif au cœur de votre vie

A chaque fois que vous agirez sans demander auparavant une « quittance », vous faites un pas supplémentaire vers votre autonomie et votre liberté. 

Le pouvoir des autres sur notre vie – (2) Quand ils vous disent ce qui serait bon pour vous

Vous êtes fatigué/e et vous aimeriez aller vous coucher ? Dites-le mais ne demandez pas : « Est-ce que je peux aller me coucher ? »

Vous avez envie de manger une glace ? Allez en chercher une dans votre congélateur ou commandez-en une, mais de demander pas : « Est-ce que tu as envie d’une glace ? » Si la réponse est non, le risque est que vous vous refusiez ce plaisir.

Vous hésitez entre une soirée cinéma ou une soirée party-crêpes ? Ne demandez pas à l’autre ce qu’il préfère, choisissez et proposez, puis écoutez ce qui se passe en vous face à la réaction de l’autre.

C’est de cette manière que vous laisserez votre « moi » adulte prendre sa véritable place dans votre vie.

Essayez d’abord dans des petites choses, puis allez vers des choses plus importantes, celles qui touchent le sens que vous désirez donner à votre vie, celles qui concernent la réalisation de vos aspirations, de vos projets.

Reprendre le pouvoir : un risque à prendre

Vivre sans demander la permission, c’est prendre un risque … même plusieurs risques.

  • Passer d’un extrême à un autre : un peu à l’image de la crise d’adolescence, c’est-à-dire, agir sans tenir compte des autres. Hé oui, les autres restent importants et vous devez apprendre à tenir compte d’eux aussi … mais autrement.
  • Vivre le sentiment de devenir égoïste, égocentrique : l’image que vous avez de vous risque bien de changer. Ce n’est pas de l’égoïsme ou de l’égocentrisme, c’est simplement la chance de devenir responsable de votre vie.
  • Voir des personnes prendre de la distance : Il est bien possible que les personnes à qui vous demandiez une « quittance » ne supportent plus de ne plus être sollicitées. Pour reprendre une image bien connue, elles vont se sentir privées du rôle de sauveur et n’accepteront pas de se sentir devenir victimes et de perdre le pouvoir que vous leur donniez.
  • Enfin, découvrir la véritable raison qui fait que vous aviez jusqu’à présent tellement besoin des autres pour agir : je vous en parle vendredi avec la troisième clé.

A bientôt.

N’hésitez pas à réagir ou à apporter votre contribution à cet article en laissant un commentaire.

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 

Commenter cet article

mimi 13/02/2016 19:37

Je ne demande plus la permission pour être moi-même .Ma sœur m'a empêchée de manger ses framboises car elles étaient pas mures, mais je sais que je n'ai pas demandé la permission et elle m'a envoyée ailleurs pour me distraire comme une enfant.

Madeleine Moreau 15/02/2016 11:07

Bonjour mimi,
Continue ....