Le pouvoir des autres sur notre vie

Publié le par Madeleine Moreau

6 clés pour reprendre le pouvoir 

Le pouvoir des autres sur notre vie

« Les autres n’ont de pouvoir que celui que vous leur donnez »

C’est ce que j’ai appris durant mon cheminement.

A partir de cette affirmation, il n’y a qu’un pas pour se dire que c’est alors facile d’inverser la vapeur, de reprendre le contrôle de sa vie : il suffit de ne pas leur donner le pouvoir !

Pourtant, c’est bien plus difficile qu’il n’y paraît.

Les autres : ceux qui nous sont proches, ceux qui ont figure d’autorité, ceux qui savent mieux que nous ce qui nous convient, ceux qui ont toujours dans leur poche le conseil qu’il nous faut … sont plus nombreux que ceux qui ne cherchent pas à entrer dans notre sphère privée.

Il y a les autres qui font partie de notre vie actuelle. Il y a les autres qui appartiennent d’une manière ou d’une autre à notre histoire, que les liens soient encore présents ou qu’ils se soient dissous.

Inconsciemment ou consciemment, nous gardons en nous leur empreinte directive. Cette empreinte a peut-être été une aide dans notre apprentissage de la vie, elle a peut-être été gravée en nous avec violence, nous détournant de notre essence profonde.

Quoi qu’il en soit, il est possible que vous preniez conscience, à certains moments de votre vie que vous agissez sous l’influence du pouvoir des autres.

1 : Prendre au sérieux les messages du corps  

Votre corps, si vous y prêtez attention, est un messager bienveillant pour découvrir ce qui est agissant en vous.

En rapport avec le thème du jour, vous pouvez ainsi ressentir à qui vous donnez du pouvoir. 

Le pouvoir des autres sur notre vie

Voici quelques exemples :

L’autre vous donne un conseil alors que vous ne faisiez que lui partager une de vos réflexions, du genre : « Oui, je vois ce que tu veux dire, moi à ta place … » Votre corps va réagir instinctivement. Une tension, un soupir d’agacement, les yeux qui se lèvent au ciel, la main qui se referme … autant de signes qui pourraient vous alerter que vous êtes sur le point de lui donner le pouvoir.

Sans que vous ayez sollicité une demande, l’autre vous aborde ainsi : « J’ai pensé à toi l’autre jour et j’ai pensé que ce serait chouette si on s’offrait une petite bouffe, vendredi, ça te dirait, je sais que tu es assez libre en ce moment ». Remarquez qu’il ne vous demande pas si vous seriez d’accord. Votre corps va réagir, vous allez ressentir s’il se sent piégé ou si l’invitation vous plaît.

Vous vaquez à vos occupations. Soudain, vous réalisez que vous ne faites pas les choses comme il faudrait … votre maman n’a jamais fait ce que vous êtes en train de faire … et vous rectifiez pour ne pas faire autrement … Votre corps va émettre un signal, vous envoyer un message.

Vous ressentez une énorme fatigue, votre corps ne suit plus, vous n’avez qu’une envie, aller vous coucher un moment pour récupérer… mais, ça ne se fait, c’est les fainéants qui font la sieste … qui vous a dit ça ? Qui prend le pouvoir pour ne pas écouter votre corps et votre fatigue?

La liste pourrait être très longue.

Pourrait également s’ajouter ce qui fait partie de vos croyances, de vos préjugés.

Nous donnons aux autres bien plus de pouvoir que nous le voudrions, et cela, sans en être vraiment conscients.

Ce qui fait que nous alimentons une sérieuse entrave à notre liberté d’action.

Du message subtil au message de choc

Ces messages que le corps vous transmet peuvent être très subtils. C’est le cas du frisson qui parcourt votre colonne vertébrale, de la main qui se referme dans un dialogue. C’est le cas lorsque vous ressentez un léger picotement sur vos paupières.

Ils peuvent avoir une densité beaucoup plus grande, au point de vous donner des insomnies ou des crampes à l’estomac, un mal de dos, - j’en ai plein de dos, j’ai la tête qui va éclater – etc.

Bien sûr, ces messages peuvent concerner autre chose que le pouvoir que vous donnez à un autre, mais le plus souvent, ils ont un lien avec un pouvoir donné.

Je le redis, car cela me semble important : un pouvoir donné hors de votre conscience.

Lorsque vous vivez à côté de vous, lorsque vous agissez en-dehors de votre liberté d’action et de pensée, lorsque vous n’osez pas vous affirmer, lorsque vous éprouvez une difficulté à vous faire confiance … il serait bon de regarder si vous n’avez pas donné les clés du pouvoir à un autre.

Reprendre le pouvoir

Ce n’est pas si simple de reprendre le pouvoir. Il y aura automatiquement un conflit, un dilemme de loyauté qui va se manifester.

Vous pouvez commencer en écoutant les messages que votre corps vous transmet.

Déjà dans les petites choses, celles qui sont à votre portée.

En essayant de détecter ce qui serait bon pour vous dans le moment présent. En regardant comment vous pouvez lâcher prise. En vous recentrant sur ce que vous désirez, vous et vous seul/e.

C’est la première clé. Dans le prochain article vous découvrirez quelle est la deuxième clé.  A bientôt.

N’hésitez pas à réagir ou à apporter votre contribution à cet article en laissant un commentaire.

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! 

Commenter cet article

mimi 13/02/2016 19:13

Moi, Je reconnais les tensions et les maux de ventre et la pression monte quand je leur donne le pouvoir, je n'ose pas m'affirmer, on me FAIT Taire.

Madeleine Moreau 15/02/2016 11:06

Bonjour mimi,
Quelque chose de très important que tu dis : on me FAIT Taire.
Et si regardais comment tu peux reprendre la parole qui t'appartient ?
Bonne journée
Madeleine