Apprendre à relativiser

Publié le par Madeleine Moreau

Revenir à la réalité   

 

Comment faire pour relativiser et revenir à la réalité ?

Cette question m’a été posée lors d’une journée de formation que je donnais samedi.

La problématique était la suivante :

Des centaines de kilomètres les séparent.

Tous deux ont un travail qui les passionne et demande de leur part un grand investissement d’engagement.

Tous deux vivent la réalité que nous appelons « famille éclatée », donc avec des enfants qui sont encore en étude.

Tous deux aimeraient bien que l’autre prenne une décision. Cette décision est sans cesse remise à plus tard : quand les enfants seront hors du nid – quand on sera sûrs de nos sentiments – quand on sera plus libre au niveau du travail …

Tous deux sont inconfortables dans cette situation et pourtant, pleinement heureux lorsqu’ils sont ensemble, parvenant à gommer leurs frustrations.

Tous deux aimeraient que l’autre quitte son lieu de vie et aucun des deux n’est prêt à le faire.

Cette situation, pour la participante qui suivait ma formation, est devenue lourde, trop lourde, et plein de questions, de doute, de crainte s’accumulaient en elle. Elle n’arrivait plus à s’arrêter à la situation présente. Des expériences antérieures, des peurs déjà ressenties prenaient la place de la réflexion. 

Apprendre à relativiser

Tout le monde ne vit pas cette situation, j’en conviens.

Par contre, nous pouvons vivre une situation analogue, que ce soit dans le secteur professionnel, familial, relationnel ou personnel.

Ces situations qui font que la difficulté que nous avons à traverser se retrouve parasitée par d’autres événements non résolus.

L’approche que je propose

Ce qui m’a interpellée a été son approche : « Tous deux … »

Dans ce « Tous deux … » je ressentais combien elle se mettait à distance de ses propres émotions pour se centrer sur ce qu’elle imaginait être celles de son compagnon.

Souvent le « Tous deux … » était remplacé par « Il … » rarement par « Je … »

D’une certaine manière, elle débridait en elle tout un flot de frustrations non gérées, se propulsait dans la crainte de ne pas être la personne avec qui il pourrait refaire sa vie, cherchait comment lui faire passer un message pour qu’il s’engage réellement.

Elle se mettait, d’une certaine façon, en dehors de la réalité et ne parvenait pas à relativiser – à devenir elle aussi une pièce maîtresse de la situation et de leur avenir.

Premier travail : Commencer à parler en JE  (le travail proposé peut se faire pour toutes les situations où vous éprouvez une difficulté à prendre la première place dans la problématique)

Dans la situation que je vis, qu’est-ce que je désire ?

Face à ce que je désire, quelles sensations est-ce que je ressens ?

Aller vers ce je désire me demande quoi ?

Prendre le temps de s’arrêter au JE c’est se mettre face à la réalité, c’est se donner le moyen de relativiser ce qui se joue, inconsciemment en soi.

Dans le cas précis, le JE a permis à ma participante de prendre conscience qu’en fait, il lui serait plus confortable que LUI prenne une décision, cela la préservait de la peur de voir se reproduire ce qu’elle avait vécu dans ses précédentes relations.

Le JE permet d’entrer d’une manière différente dans des sensations qui sont occultées car douloureuses.

Deuxième travail : Poser tous les éléments de sa réalité dans une carte mentale)

Il s’agit de poser tous les éléments de la situation, de ce qui pose problème sur une feuille de papier, tels qu’ils s’organisent en nous.

Puis, face aux éléments notés, les sentiments que nous vivons.

Ce n’est pas une analyse, ce sont juste des mots posés. Ils ont le pouvoir de nous renvoyer à la réalité brute.

Troisième travail : Prendre du recul, relativiser avant de prendre une décision

La carte mentale va vous permettre de prendre du recul. Vous pouvez la regarder comme vous regarderiez une photo, un plan, une échographie.

Vous avez devant vous (normalement, vous devriez avoir …) une vision plus claire de la situation telle qu’elle est, et non pas, parasitée par vos peurs, craintes, doutes, etc.

Vous pouvez vous approcher du réel et commencer à vous poser les bonnes questions. 

La suite du travail sera différente pour chaque situation. Si vous aussi, vous éprouvez de la difficulté à relativiser, pourquoi ne pas prendre contact et envisager un accompagnement en ligne ?

Prenez simplement contact

Relativiser, revenir au réel

Lorsque nous essayons d’avancer, le regard fixé à l’extérieur de nous, nous pouvons vivre cette sensation de faire du sur place, de tourner en rond, de reporter indéfiniment la résolution du problème à plus tard.

Un regard extérieur, un accompagnement bienveillant permet de regarder le problème autrement, de prendre du recul, et comme le proverbe le dit : le sot regarde le doigt, le sage regarde la lune.

Chaque approche en psychologie est différente

Chaque école, chaque approche propose une méthode qui diffère.

La psychologie comportementale va proposer un travail à partir du corps, la cognitive va proposer une approche à partir des sensations, d’autres vont proposer une approche spirituelle, d’autres une approche ciblée sur le bilan de vie et les projets futurs, etc …

Cela ne veut pas dire que certaines approches sont bonnes et d’autres moins bonnes.

Le but est toujours d’accompagner la personne dans ce qu’elle vit et de l’aider à se rendre là où elle désire aller.

 

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

 

Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr ! 

Publié dans Coaching

Commenter cet article