« Résilience » « Croissance » « Réalliance » (1)

Publié le par Madeleine Moreau

L’équilibre autrement

 

« Résilience » - « Réalliance » deux approches différentes pour parler de la capacité à vivre un équilibre de vie.

La première consiste à « rebondir » dans le traumatisme, à se construire malgré un environnement néfaste à la construction de l’être, à traverser la non-vie pour commencer à vivre, la deuxième est l’entrée dans une nouvelle philosophie de vie.

Entre les deux, il y a toute une étape de croissance, étape qui consiste à trouver en soi ses capacités, ses ressources, ses valeurs et à les vivre pleinement.

Pour plusieurs d’entre vous, c’est la période des vacances, une période propice pour revenir à soi, se laisser façonner de l’intérieur et faire le plein d’énergie.

Une pause dans votre vie où vous n’avez pas forcément l’envie de toucher ce qui fait mal, ce qui ne va pas … quoi que c’est, pour ma part, durant ces temps de repos que j’ai le plus avancé dans mon travail de croissance.

Alors, je me suis dit : « Pourquoi ne pas ouvrir un dossier et vous parler de ce mystère de la vie qui conduit chaque être humain à chercher sa véritable valeur, à trouver sa place dans l’univers ».

Sommaire :

  • La résilience : ce qu’elle représente dans un cheminement de guérison
  • Les étapes de croissance : découverte de son monde intérieur
  • La réalliance : l’entrée dans une vie pleine, ouverte sur le monde

Résilience 

« Résilience » « Croissance » « Réalliance » (1)

La résilience est un phénomène psychologique qui consiste, pour un individu affecté par un traumatisme, à prendre acte de l’événement traumatique pour ne plus vivre dans la dépression et se reconstruire. La résilience sera rendu possible grâce à la structuration précoce de la personnalité, par des expériences constructives de l’enfance (avant la confrontation avec des faits potentiellement traumatisants) et parfois par la réflexion, ou la parole, plus rarement par l’encadrement médical d’une thérapie.

Source : Wikipédia

La résilience permet de vivre sans se « déconstruire ».

Sans cette résilience, il serait difficile, pour de nombreuses personnes de se construire, de vivre en donnant du sens à leur vie, de réussir leur vie.

C’est une force pour l’enfant qui vit dans un environnement néfaste : violence, alcool, abus, maltraitances diverses (aussi bien physiques que psychologiques) de grandir, à première vue, comme les autres enfants.

C’est la même force qui permet à l’enfant de se construire après une séparation de ses parents, le décès d’un parent, voir des deux, ou une maladie grave qui atteint son père ou sa mère. Dans l’insécurité vécue, la souffrance qui l’entoure, l’enfant va se trouver des points d’appuis lui permettant de grandir plus ou moins harmonieusement.

C’est toujours la même force qui permet à des enfants, des jeunes vivant dans des conflits civils ou familiaux de trouver leurs points de repères afin de ne pas reproduire à l’âge adulte le même environnement.

Une force qui est également nécessaire lorsque la guerre, les massacres, la peur devient le quotidien.

Au cœur de l’insécurité, du manque d’amour, de reconnaissance, d’apprentissage de la vie, l’enfant va en effet trouver un chemin différent pour pouvoir vivre au-delà de l’intolérable.

Nous pourrions penser que cette résilience concerne surtout les premières années de la vie.

Ce n’est pas toujours le cas.

Les débuts de la vie adulte peuvent également conduire à vivre une résilience. C’est le cas pour des traumatismes vécus subitement et qui « cassent » la construction encore fragile.

Boris Cyrulnik apporte un éclairage précieux sur ce qu’est la résilience. Regardez la vidéo et n’hésitez pas à en chercher d’autres si le sujet vous intéresse.

Nous verrons dans un prochain article, comment la résilience est une étape importante pour entrer dans un chemin de paix avec la vie.

Je vous invite, si vous en avez le temps, de réagir par un commentaire. Votre contribution serait précieuse pour les lecteurs et pour moi. Merci.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article