Ne mettez pas vos énergies dans un dialogue stérile

Publié le par Madeleine Moreau

Ecoutez : un exercice pas si simple

Suite au dernier article, concernant les bugs relationnels, je vous ai donné comme piste : le dialogue, c’est-à-dire, parvenir à s’écouter pour comprendre ce qui se passe. 

Ne mettez pas vos énergies dans un dialogue stérile

Cette écoute, qu’elle soit au sein du couple, d’un groupe, ou avec une personne proche n’est pas si évidente que ça.

La raison en est simple : votre affectivité, votre attachement, vos attentes, vos besoins sont autant d’interférences qui viennent brouiller votre écoute.

Il faut donc, avant tout, pouvoir prendre du recul. Un recul qui n’est pas toujours possible, surtout si vous vous sentez blessé/e profondément ou si vous vous sentez agressé/e par l’autre.

Et, il est facile de croire que vous avez cette capacité de dialogue, que vous savez prendre du recul, pour régler le problème.

Souvent, le dialogue adopte le scénario suivant :

  • « J’ai quelque chose à te dire » … « Je t’écoute » … « Il faut que tu saches que JE n’ai pas aimé la manière dont tu t’es comporté avec moi la dernière fois, tu …, tu …, tu … »
  • C’est une mise en accusation massive.
  • Ce scénario n’est pas conscient, pas du tout vécu avec l’intention de détruire l’autre ou d’apporter toutes les pièces à conviction en quelques phrases.
  • Il se déroule à la manière d’une marmite posée sur un feu trop chaud et qui se met à déborder rapidement.
  • Les frustrations, les besoins qui n’ont pas reçu satisfaction, les attentes souvent non formulées, peuvent être le combustible.
  • Mais pas seulement … la captation de l’autre sur nous ou celle que nous vivons, la jalousie, nos manques ou ceux de l’autre peuvent également être des combustibles.
  • Vient un moment où le besoin de dire « ses 4 vérités » à l’autre devient trop fort, c’est l’une des explications qui fait que le dialogue qui devait être constructif devient mortel : Le TU qui tue.

Quelques règles pour vivre un dialogue constructif et entrer dans une écoute active 

Si vous vivez un bug relationnel, si vous avez envie de mettre un peu de lumière sur ce qui se passe, si vous désirez restaurer une relation (et surtout si cela est encore possible), voici quelques règles à mettre en pratique.

Si c’est vous qui demandez le dialogue

  1. PRENEZ DU RECUL – Pour cela : écrivez tout ce que vous ressentez dans la relation, sans vous censurer. Ecrivez tout ce que vous avez comme reproches à faire, tout ce que vous attendez, tout ce que vous aimeriez.  
  2. RELISEZ CE QUE VOUS VENEZ D’ECRIRE – Entourez de rouge les : « il », « elle », « tu »
  3. REMPLACEZ PAR LE JE – par exemple : « tu m’énerves quand … » devient « je m’énerve quand … »
  4. Cet exercice pour aidera à ne pas laisser déborder ce qui bout en vous. Il vous permettra surtout de prendre conscience de vos émotions, de vos sentiments, et ainsi, de mieux les gérer.
  5. Au moment de la rencontre, dites simplement ce que vous désirez, en une ou deux phrases, en employant le JE et laissez l’autre s’exprimer jusqu’au bout, sans l’arrêter … même si c’est long … même si l’autre emploie le TU. ECOUTEZ ce qu’il vous dit sans tout prendre sur vous.
  6. Ne réagissez pas tout de suite, vous risqueriez de partir dans le TU/E, mais essayez, autant que possible, ce qui n’est pas évident si vous vous sentez atteint/e en plein cœur, de synthétiser en quelques phrases ce qu’il vient de vous dire : « Donc, tu penses, tu ressens, tu crois … »
  7. Ce retour est important, il vous permet de CANALISER vos émotions. N’entrez pas dans une confrontation et une demande d’explication. Puis, demandez à être entendu/e à votre tour et PARLEZ à partir de ce que vous RESSENTEZ (l’exercice de l’écriture).
  8. Vous pouvez maintenant proposer un dialogue, où chacun dit ce qu’il ressent après avoir entendu l’autre.
  9. Si le dialogue n’est pas possible : refus de l’autre d’entrer en matière, attaques virulentes plus fortes, fermeture, clôturez le dialogue. Il vous restera à décider si vous continuez à être en relation ou pas.

Si c’est l’autre qui demande le dialogue

Si l’autre n’a pas eu connaissance des règles proposées ci-dessus, ou vous provoque pour régler le conflit à sa manière :

  1. N’ENTREZ PAS DANS DES SUPPOSITIONS AVANT DE SAVOIR LES RAISONS – Vous pouvez vous douter de quelque chose, mais commencez par laisser parler l’autre.
  2. LAISSEZ-LE PARLER SANS L’INTERROMPRE – Repérez les « tu » qui vous accuse, vous condamne. Essayez de ressentir quelle part de vérité il peut y avoir.
  3. ECOUTEZ CE QUI SE PASSE EN VOUS AU NIVEAU SENSIBLE – Ce sont vos émotions, celles qui montent en vous en écoutant. Accueillez-les simplement, reconnaissez-les.
  4. VIVEZ ENSUITE LES 4 DERNIERES REGLES – Prenez les commandes pour entrer dans un dialogue constructif, si cela est possible.

Conclusion

Ces quelques règles ne sont pas une recette miracle. Elles peuvent être une aide merveilleuse, pour autant que les 2 partis acceptent d’entendre et d’accueillir ce qui est.

Si le dialogue reste stérile est si chacun reste sur ses positions, ses réticences, son jugement, il reste à prendre la décision de ce que vous désirez vivre dans cette relation.

Certaines relations se terminent, non pas parce qu’il y a conflit ou tension, mais simplement parce qu’elles n’apportent plus cette vitalisation qui vous apporte la joie, le bonheur, la plénitude qui vous est nécessaire.

Si vous en avez envie, n’hésitez pas à réagir en postant un commentaire. Que vous soyez en accord ou pas, votre avis est intéressant.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Commenter cet article

Madeleine Moreau 01/09/2014 16:30

Bonjour Mira,
Oui, parfois si difficile à faire, surtout lorsque nous ne savons pas qu'il y a quelques règles à pratiquer. Ce blog est dédié à cela, donner des clés pour progresser avec plus conscience dans ces choses qui viennent interférer dans ce que nous aimerions vivre.
Toute bonne semaine ... vers le soleil ... à toi.
Madeleine

Mira 01/09/2014 15:46

Oh oui, si vrai, et pourtant parfois si difficile à faire...