« Résilience » « Croissance » « Réalliance » (8)

Publié le par Madeleine Moreau

Une nouvelle manière de vivre :  la ré-alliance

Nouvelle approche pour parler d’une autre manière de vivre, un équilibre de vie autrement que ce que nous avons entendu jusqu’à présent.

Cette approche apparaît en 2008 et est introduite dans les nouveaux courants par Françoise Bonnal, sociologue.

Il y a trois visions de l’individu qui inspirent nos comportements sociaux depuis plus d’un demi-siècle : le « nous » de la Tradition, le « Je » de la Réussite matérielle, et le « moi » de l’Expression personnelle.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Un nouveau modèle d’individu, moins égocentré et plus conscient des interdépendances, est en train de se former sous nos yeux : le « moi-nous » de la Ré-alliance.

Mobilisation écologique, réseaux sociaux, projets solidaires, recherche de sens, réhabilitation du cœur et aspiration à se rendre utile – l’individu contemporain se réinvente des liens collectifs, plus coopératifs, plus engagés, plus constructifs, et élargis à un horizon beaucoup plus vaste.  

N’est-ce pas une belle vision ? 

« Résilience » « Croissance » « Réalliance » (8)

Elle peut sembler utopique pour plusieurs d’entre vous, être perçue comme à contre-courant de ce que vous percevez de la société.

Et si c’était, comme le dit Françoise Bonnal, un nouveau modèle de vivre dans notre humanité qui semble éclater de toute part ?

Est-ce la fin du concept « développement personnel » ?

La question est légitime.

Nous le savons, lorsque, apparaît une nouveauté, la tendance est de mettre de côté ce qui nous était habituel.

Bien sûr, pas du jour au lendemain.

Pourtant, la vision de la ré-alliance n’a aucune chance de « changer » l’individu si elle ne s’appuie sur les fondements d’un travail en développement personnel. J’irais même plus loin, sur les travaux des plus grands philosophes de l’histoire.

Le « moi-nous » a commencé bien avant 2008. Sans doute était-il déjà la ligne directrice des grands mouvements hippies des années 60. Souvenez-vous, si vous faites partie de ma génération, de ces grands rassemblements qui désiraient changer le monde, de ces groupes d’hommes et de femmes qui décidaient de vivre en communauté, d’être plus proches de la nature, de partager leurs biens.

D’une autre manière, c’était un signe de ré-alliance.

Les années 60 – 70 c’est également l’apparition de la psychologie humaniste, les débuts balbutiants des formations en développement personnel.

Une petite révolution dans la manière de concevoir la place de l’être humain au cœur de l’humanité. Révolution car elle a permis de passer du « nous » au « je » et du  « je » au « moi ». Une révolution qui n’était pas réservée, uniquement, aux gens du pouvoir, mais proposée à toutes les classes sociales.

J’ai eu cette chance de prendre le train en marche dans les années 90, au moment où le développement personnel était encore en plein essor, un temps où il y avait encore des listes d’attente pour pouvoir participer à un stage.

Dans les années 2000, il fallait espérer que le stage puisse se donner, le manque de participants devenant de plus en plus courant.

Il fallait être vraiment motivé pour choisir de s’engager professionnellement dans ce domaine, ce que j’ai fait.

Personnellement, je ne crois pas que c’est la fin du développement personnel. C’est sans doute la fin d’un travail qui permet de passer du « nous » (principes collectifs et sociaux) au « je » puis au « moi » (sorte de nombrilisme ou egocentrique)

C’est une autre étape qui conduit à entrer dans le « moi-nous » qu’est la ré-alliance.

Regarder autrement le développement personnel

André Rochais, le fondateur de PRH, (Personnalité et Relations Humaines) pressentait que le travail sur soi devait conduire à se « Vivre en ordre ».

Ses notes, je les relis autrement aujourd’hui.

Non pas dans le sens où il faut avoir fait le tour de ses souffrances du passé, trouver ses ressources, vécu un chemin de guérison, découvert son axe de vie pour vivre pleinement un épanouissement dans sa vie, mais dans le sens qu’il faut entrer dans un processus de croissance pour commencer à se vivre en ré-alliance.

J’aime ce terme de ré-alliance.

En moi, il a vraiment un goût de liberté, d’ouverture. C’est : Refaire alliance avec sa condition humaine.

Entrer dans une Nouvelle alliance avec soi et avec les autres, avec l’environnement.

C’est le pressentiment livré par André Rochais.

Depuis le début de l’été, je vous parle de la résilience, de la croissance personnelle : un processus nécessaire pour arriver à cette ré-alliance.

La résilience, c’est mettre des mots sur nos maux, sur ce qui nous a fait souffrir, et pour certaines personnes, ce qui les a déviées du sens de la vie. C’est retrouver la direction d’origine de la vie.

La croissance, c’est apprendre à vivre avec ce qui a été, ce qui est, en développant toutes ses richesses, ses capacités, en adoptant des valeurs différentes.

La ré-alliance, c’est quitter le « moi » qui referme sur « soi » pour s’ouvrir à cette perception de faire partie d’un « tout », pour se sentir en lien et en ordre avec soi et les autres.

Un travail de croissance qui nous fait tourner en rond dans notre travail du passé sans pouvoir en sortir n’atteint pas son objectif. Il doit permettre de passer du moi au moi-nous.

Qu’en pensez-vous ?

Je vous invite à réagir, à poser vos questions si vous en avez. Les commentaires sont prévus pour cela.

Je vous souhaite une bonne journée. A bientôt ! 

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mira 16/08/2014 09:53

j'aime beaucoup cet article, faire ré-alliance se vit dans bien de secteurs de notre vie, je ne suis pas sur que c'est la fin du développement personnel, car il faut se connaitre soi-même au moins un peu pour se relier aux autres de manière positive, connaitre ses points forts comme ses limites, pour être relié aux autres de manière positif et si possible heureux. l'accès à cette connaissance peut se faire de différents manières.

Madeleine Moreau 16/08/2014 11:47

Bonjour Mira,
Oui, la ré-alliance peut se vivre dans plusieurs secteurs, dans la vie professionnelle, familiale, personnelle, et comme tu le dis, elle peut se déployer à partir d'une connaissance de soi.
C'est pour cela que je continue d'accompagner sur des chemins de vie tous différents les uns des autres les personnes qui viennent me consulter.
Bon week-end.
Madeleine