C’est la vie mon ami !

Publié le par Madeleine Moreau

Il nous appartient de la regarder positivement ou négativement

Me voilà de retour après un peu plus d’une semaine vécue sous le soleil Crétois.

Je reprends la plume … pardon, mon clavier … pour vous partager le « sourire du cœur » que j’ai pris avec moi.

Ce sourire, c’est celui de Maria.

Attentive aux besoins des estivants, discrète et souriante, elle avait pour chaque personne un mot, une phrase positive.

Elle passait de l’anglais à l’allemand, au français avec une aisance déconcertante. Sans oublier le grec lorsqu’elle s’adressait à ses collègues.

Maria me faisait penser à une danseuse qui sait apporter toute la beauté à la musique de la vie.

Un soir, nous avons dialogué un peu plus longuement : « D’origine Roumaine, elle est venue s’établir il y a 1 an sur l’île. Ses études ne lui permettant pas de trouver un emploi dans son pays, elle a choisi d’émigrer en Crète.

Elle ne parlait que le Roumain. Elle a appris le Grec, puis s’est mise à l’Anglais, à l’Allemand, au Français en écoutant les touristes.

Elle a laissé derrière elle sa famille, ses amis, pour vivre sa vie. »

Alors que nous lui demandions si ce n’était pas trop difficile, (nos clichés prenant le devant), elle nous a répondu avec le sourire : « mais … c’est la vie mon ami ! »

C’est la vie mon ami ! Une manière de se rendre à ce qui est, de s’ouvrir à ce qui est devant elle.

Une réponse qui interdit toute autre intrusion de notre part dans son monde émotionnel, à nous d’en faire quelque chose.

Lien et écho avec l’environnement direct

La réaction de Maria m’a permis de faire un lien avec l’environnement dans lequel nous étions.

La Crète, ce n’est pas une île « plate », sans relief.

Derrière l’hôtel, il y avait cette montagne 

C’est la vie mon ami !

Bon, je dis montagne, je devrais plutôt dire ce rocher … mais, il ne permettait pas de regarder autre chose que sa masse imposante. De là où nous étions, il était impossible de le relier à une chaîne montagneuse, nous étions bien trop proches pour voir autre chose.

N’est-ce pas la même chose dans votre vie ?

Ne vous arrive-t-il pas de faire face à une difficulté, un problème, au point que vous ne voyez rien d’autre que cette chose qui obstrue l’horizon ?

Souvent, une difficulté, un obstacle peut prendre une telle dimension, ou nous y mettons une telle importance, que nous sommes incapables de voir autre chose.

Mais, en prenant du recul … il faut parfois, prendre beaucoup de recul, nous voyons les choses autrement, un peu comme cela …

C’est la vie mon ami !

Le rocher se perd dans le paysage.

Pourtant, il est toujours là !

Il fait partie du paysage de notre vie, signe ou si vous préférerez, signature que nous avons à faire face à une difficulté, un problème, mais qui semble moins imposant que lorsque nous avons le nez dessus !

Dans le paysage de notre vie, il y a toujours la signature de ce que nous traversons.

Une signature que nous pouvons retrouver lorsque nous regardons en arrière, lorsque nous revisitons notre passé, même lorsqu’il nous semble que nous avons traversé l’épreuve.

Je reviens vers Maria, au moment où elle nous partageait quelques bribes de son histoire, je peux percevoir dans sa réaction la signature inscrite dans le paysage de sa vie.

Pourtant, elle ne s’arrête pas à cette signature. « C’est la vie mon ami ! » montre autre chose … le paysage de son à-venir qui commence dans son aujourd’hui.

L’hôtel était adossé au pied du rocher … il faisait également face à ce qui était devant nous

C’est la vie mon ami !

C’est très différent, non ?

Et c’est la même chose dans votre vie

Vous êtes, peut-être, actuellement, face à une difficulté importante, une épreuve que vous aimeriez pouvoir effacer, oublier.

Vous ne voyez que le rocher, et je pourrais vous dire qu’il vous suffit de vous « retourner » pour voir l’horizon s’ouvrir et vous offrir un espace de liberté incroyable.

C’est peut-être un peu trop tôt, pas le moment de vous dire qu’il y autre chose qu’un immense rocher dans votre vie.

Mais, viendra le jour, où sans l’avoir vraiment chercher, vous ferez face à un autre horizon, un paysage qui vous invite à vous ouvrir sur une liberté retrouvée.

Alors, lorsque vous vous retournerez et percevrez la signature de la difficulté, du problème auquel vous avez fait face, vous pourrez, comme Maria, dire : « C’est la vie mon ami ! »

Cela n’enlèvera pas le rocher, mais votre regard pourra se porter sur autre chose, sur cet autre horizon qui s’ouvre devant vous.

Je vous souhaite un excellent week-end, je vous retrouve la semaine prochaine, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article