Quel est le meilleur moment pour préparer sa retraite ?

Publié le par Madeleine Moreau

Si vous vous posez la question, lisez la suite

Dans le dernier article, je vous parlais de cette chance que nous avons de vivre plus longtemps qu’il y a un siècle.

Une chance pour certaines personnes, une malchance pour d’autres.

La retraite commence à 55 ans pour certains, à 60-65 pour d’autres et, parfois, plus tard pour les professions libérales.

Si il y a 50 ans, nous disions : « Il, elle a eu de la chance,  il, elle a profité pendant 3 – 5 ans de sa retraite ! », nous disons aujourd’hui : « C’est un bel âge, 30 ans de vie de retraite et encore toute sa mobilité ! »

Hé oui, cela fait une belle différence.

Je vous l’accorde, il y a aussi des personnes qui s’en vont bien avant, mais reconnaissons-le, des centenaires, il y en a de plus en plus.  Le nombre va encore augmenter dans les 20 prochaines années.

Si le sommet d’une carrière professionnelle se situe entre 30 et 40 ans, suivie d’un début de descente qui conduit à l’âge fatidique de la retraite, il est judicieux de se poser la question : « Quand dois-je préparer ma retraite ? » 

 

Quel est le meilleur moment pour préparer sa retraite ?

Entendons par là, tout ce qui tourne autour de l’aspect financier, un aspect important car si vous êtes prêt/e à gagner un peu moins, vous n’êtes pas prêt/e à vivre au ralenti, à faire l’impasse sur un certain confort.

L’aspect financier est important et ne peut être négligé.

Un autre aspect est tout aussi important : celui de l’occupation d’un nouveau rythme de vie : « Que vais-je faire ?, Comment vais-je occuper mes journées ?, Comment vais-je m’organiser ?, etc. »

Vous avez entre 40 et 50 ans … et vous pensez peut-être, qu’il vous suffira d’y penser le moment venu, que pour le moment, vous avez le temps !

Vous êtes au palier du mitan (mi-temps) de votre vie  

C’est-à-dire, grosso modo, à la moitié de votre vie.

Personnellement, j’avais organisé une grande fête lors de mes 45 ans. Je voulais souligner qu’il me restait la moitié de ma vie et je sentais en moi le désir de bien remplir cette moitié. Je ne suis pas encore à l’âge de la retraite, il me reste quelques années et lorsque je regarde les 15 années qui viennent de s’écouler, je me dis que le temps a passé vite, trop vite !

Dans cette moitié du reste de ma vie, il y a bien sûr les années qui me restent avant de toucher ma caisse de retraite, mon AVS, et, il y a toutes les années qui me seront encore données.

C’est donc avec une prise en compte de la réalité que je me suis mise à préparer (pour être honnête, à penser) à ce que je désirais vivre le moment venu.

Aujourd’hui, je dis souvent : « Pour faire tout ce que j’ai envie de faire, il faudrait que je vive encore 100 ans ! »

Le mitan de la vie est une étape, et si vous n’avez aucune vision de ce que vous désirez encore vivre, vous risquez d’arriver à l’arrière-automne de votre vie en réalisant qu’il ne vous reste plus de temps devant vous !

Alors, si vous avez entre 40 et 50 ans, voici quelques pistes que vous pouvez dès à présent visiter :

Quelle suite avez-vous envie de donner à l’histoire de votre vie ?

Pour cela, prenez le temps de revisiter toute votre vie, un peu comme si vous aviez devant vous le scénario d’un film dans lequel vous êtes l’acteur, l’actrice principal/e.

Puis, écrivez la suite du scénario.

Quels sont mes centres d’intérêts qui m’apporteraient une sensation d’accomplissement ?

Des centres d’intérêts, nous en avons tous et toutes. Ils peuvent être multiples ou uniques.

C’est peut-être un rêve que vous n’avez pas encore réalisé, quelque chose que vous avez laissé de côté parce que votre vie actuelle ne vous permet pas de vous y adonner.

C’est peut-être une aspiration qui vous poursuit depuis longtemps et que vous aimeriez pouvoir accomplir avant la fin de votre vie.

Une fois cerné, regardez comment vous pouvez commencer à y entrer : formation – début d’un bénévolat – recherche – fonds financiers – etc …

Comment est-ce que je pressens que sera ma réalité de vie ?

Vous avez des enfants … peut-être serez-vous grands-parents au début de votre retraite. Quel sera alors votre rôle, votre disponibilité, votre engagement ? Ce n’est pas trop tôt d’y penser.

Vous avez des parents qui vieillissent … c’est normal. Vous pouvez déjà penser à la relation que vous désirez vivre avec eux, à votre rôle, votre disponibilité, l’engagement que vous désirez prendre vis-à-vis d’eux. Il ne s’agit pas de les enterrer au plus vite pour être libre, mais les rendre présents dans votre vision.

Vous avez envie de vous établir dans une autre région, un autre pays, ou simplement retrouver un environnement qui correspond le mieux à votre personnalité. Vous pouvez commencer à chercher, à établir un planning, poser votre projet, fixer vos objectifs.

Pressentir votre réalité de vie dans 15 – 20 ans, ce n’est pas vous projeter dans le futur, c’est simplement vous donner toutes les chances de réaliser ce qui vous tient à cœur. Cela se fera ou ne se fera pas … il y a tellement de choses qui ne sont pas de votre pouvoir !

Qu’est-ce qui donnera du sens à ma vie lorsque je serais à la retraite ?

Il y a, pour commencer, tout ce qui donne du sens à votre vie. Bien sûr, si c’est votre travail, la donne va passablement changer. Ce sens, vous pourriez continuer à le vivre dans un engagement bénévole.

Il y a tout ce que vous aimeriez ajouter à votre vie, justement pour y trouver plus de sens. A quoi est-ce que cela vous engage, pas dans 10 ans, mais déjà aujourd’hui.

Vivre cette réflexion en solitaire ou en étant accompagné/e

Ces quelques pistes que je vous propose aujourd’hui, vous pouvez vous y engager en solitaire.

Vous pouvez aussi vous y engager en étant accompagné/e. Le coaching de vie est un espace privilégié pour cela. En voici les raisons principales :

Vous ne restez pas seulement au niveau de la pensée, du rêve … vous commencez à agir pour bien vivre la deuxième moitié de votre vie.

Vos questions existentielles sont prises au sérieux, le coaching vous permet de trouver vos réponses et de tracer votre chemin sans rester dans l’illusion d’un possible qui ne se réalise pas.

Vous mettez à jour toutes vos ressources pour aller au bout, du moins le plus loin possible de vos projets, de vos objectifs.

Voyez-vous d’autres moyens de bien préparer votre retraite ? Quand est-ce que pour vous sera le bon moment d’y penser ? Ne soyez pas timides, dites-le dans l’espace des commentaires. Je serais heureuse de vous lire.

Je vous souhaite une excellente journée, je vous retrouve la semaine prochaine, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article