Apprivoisez l’anxiété avant qu’elle ne vous envahisse

Publié le par Madeleine Moreau

Apprivoisez l’anxiété avant qu’elle ne vous envahisse

Un jour sans soleil, sans tonus, sans envies particulières…

Un jour que vous souhaitez se voir terminé pour passer à autre chose.

Un jour où rien ne va dans le sens désiré.

… des jours normaux !

Alors, vous vous tournez vers le lendemain, en espérant que ce sera meilleur qu’aujourd’hui ou en anticipant ce qui sera mieux que ce que vous vivez dans le moment présent.

Si demain vous apparaît trop sombre, c’est vers le passé que vous regardez, vers hier ou le mois dernier, voire des années en arrière, quand c’était mieux, quand c’était autrement, quand tout allait bien.

Et c’est ainsi que vous ne cessez de quitter le moment présent, de fuir ce qui est, de vous projeter en avant ou en arrière, tout en essayant de vous défaire de l’anxiété qui vous habite.

Il ne faut pas grand-chose à l’anxiété pour qu’elle parvienne à vous ronger intérieurement. Une fois installée, difficile de la chasser.

Que vous le vouliez ou non, l’avenir commence AUJOURD’HUI !

Ce que vous vivez aujourd’hui construit votre avenir et n’a aucune influence sur votre passé.

Cela vous semble évident … Mais, concrètement, en êtes-vous persuadé ?

Il est en effet difficile de penser que l’avenir commence aujourd’hui, surtout lorsque rien ne va comme vous le désirez, surtout lorsque vous ne savez pas de quoi sera fait demain.

Apprivoisez votre anxiété

Voici quelques pistes susceptibles de vous aider à apprivoiser votre anxiété :

  • « Débarrassez-vous » de vos soucis. C’est le premier pas. Se débarrasser de ces soucis, ne veut pas dire que vous devez faire comme s’ils n’existaient pas ou comme s’ils n’avaient aucune emprise sur vous.

Ils sont là, ils existent, vous devez y faire face et surtout les traverser.

Oui, mais voilà, bien souvent, trop souvent, ils vous prennent la tête, ils vous empêchent de prendre du recul, ils « bouffent » vos énergies.

Ils engendrent l’anxiété : Que faire ? Comment faire ? Comment vous sortir de cette mauvaise passe ? Autant de questions qui nourrissent l’anxiété.

  • Couchez sur papier vos soucis.  Prenez quelques minutes pour les écrire. Le fait d’écrire permet de prendre un peu de recul, et, surtout, vos soucis prendront des proportions plus raisonnables et arrêterons de tourner sans arrêt dans votre tête.
  • Revenez à ce que vous avez à vivre aujourd’hui. Oui, je sais, c’est facile à dire, je ne suis pas à votre place !

Mais vos soucis, ils sont là, que vous le veuillez ou non. Ils grignotent votre espace vital, ils mettent à l’épreuve vos ressources, ils mettent au défi votre confiance. Il vous semble impossible de vous battre contre eux.

En revenant à ce que vous avez à vivre aujourd’hui, même si c’est difficile, vous dépenserez moins d’énergie. Vos pensées négatives diminueront d’intensité et vous vous sentirez un peu mieux … sans que vos soucis ne soient maîtres de votre journée.  

  • Si vos soucis prennent trop d’ampleur. Quelque chose qui m’a souvent aidé a été de me poser la question : « Qu’est-ce qui pourrait m’arriver de pire ? Et, quelles sont les chances pour que cela puisse vraiment se produire ? » Vous verrez, vos soucis prendront un autre relief.
  • Si malgré cela, vous continuez d’être submergé. C’est le moment de prendre les choses en main. Vivre un peu d’anxiété n’est pas grave, mais lorsque l’angoisse prend le dessus (être anxieux ou être angoissé, ce n’est pas la même chose), il faut analyser le problème.

Si vous en arrivez là, n’hésitez pas à demander de l’aide. Un regard extérieur peut vous permettre de trouver des solutions qui, pour le moment, vous échappent complètement. Pas besoin de vous embarquer pour des dizaines d’entretiens, deux ou trois peuvent suffire.

Revenez au moment présent

L’anxiété peut être une bonne chose. Elle est souvent le signe d’un décalage entre ce que vous aimeriez vivre et ce que vous vivez.

Les soucis vous tombent dessus à l’improviste … normal … et ce n’est pas évident de les accueillir, de les accepter dans votre paysage intérieur.

Alors, vous adoptez un comportement, dirons-nous humain, pour vous sentir mieux : vous vous projetez vers demain, vers l’avenir ou vous vous réfugiez dans le passé, là où c’était mieux, où c’était plus sécurisant.

Ce comportement vous coupe de l’instant présent.

Vous ne savez pas de quoi sera fait demain … si vos soucis sont encore là, il y a alors de fortes chances pour que vous soyez habité par des regrets : « J’aurais dû faire ceci, cela … » Vous risquez d’en vouloir à la terre entière et par la même occasion à vous également.

L’anxiété sera toujours là, et risque d’être encore présente le surlendemain.

Vous allez dépenser votre énergie à vous battre plutôt qu’à apprivoiser votre anxiété.

N’est-ce pas de bonnes raisons pour choisir de vivre dans l’instant présent ?

Vivre le moment présent … Relisez cet article

*********

N’hésitez pas à réagir à cet article, les commentaires sont prévus pour cela.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Commenter cet article

Groupe de parole à visée thérapeutique 14/10/2014 05:50

Je vous complimente pour votre article. c'est un vrai état d'écriture. Poursuivez