La communication : difficulté ou aisance ?

Publié le par Madeleine Moreau

Le miroir des débats politiques

Hier soir, sur notre chaîne télévisée romande, un débat politique était proposé.

J’étais occupée à mon bureau.

Mon mari regardait la chaîne, j’écoutais ou plutôt, j’essayais d’écouter.

Après quelques minutes, je me suis écriée : « Mais qu’est-ce que tu regardes ? C’est atroce ! »

J’avais la sensation d’être au cœur d’une manifestation où tout le monde crie pour faire entendre sa revendication.

Impossible de comprendre quoi que ce soit sans les images … et encore, même avec les images, il était très difficile de suivre la pensée d’un politicien, de percevoir son message, de comprendre son raisonnement.

Le public, les auditeurs, les téléspectateurs, sont au cœur du changement qui pourrait s’opérer à l’avenir … à condition de comprendre les enjeux défendus par chaque représentant !  

La communication : difficulté ou aisance ?

*************

La communication : un art psychologique

Ce que j’ai observé hier soir, c’est également ce que j’observe dans différentes rencontres, disons à chaque fois où sont présents des membres qui ont des visions différentes.

Vient toujours un moment où tout le monde parle en même temps, haussant la voix pour se faire entendre. La parole est coupée systématiquement, la réplique donnée avant que l’autre n’aille au bout de sa phrase.

Tout cela n’est pas très constructif.

Communiquer, cela s’apprend.

Communiquer c’est : écouter, entendre – non pas en sens inverse mais dans les deux sens, dans tous les sens.

Lorsque nous sommes derrière notre poste, nous regardons parce que nous désirons nous faire une opinion personnelle sur le sujet. Nous attendons des personnes qui animent le débat qu’elles nous communiquent leur vision. Nous avons besoin d’éléments pour nous forger une opinion ou pour mieux connaître la personne que nous allons élire. C’est le but de la communication.

Si un jour vous participez à un débat, voici quelques règles qui peuvent vous être utiles :

Evitez les faux-semblants. Les personnes qui vous écoutent n’ont pas besoin du « politiquement correcte ». Vous n’êtes pas là pour flatter ou détruire les autres, mais pour vous affirmer en ce que vous croyez, en ce que vous proposez.

Evitez de donner l’impression que vous détenez la vérité. L’autre ou les autres détiennent également la vérité, elle peut être très différente de la vôtre … et les personnes qui vous suivent ont souvent déjà une opinion très précise.

Parlez à partir de vos valeurs, de vos principes. Qu’ils soient honorables ou pas, vous communiquez ce qui est important pour vous.

Ecoutez les autres jusqu’au bout. Autrement dit, ne coupez pas la parole … même si on vous critique

Donnez-vous du temps pour réfléchir. Je ne dis pas qu’il faut laisser les autres prendre votre temps de parole, je dis simplement que de réagir au quart de tour n’est pas toujours constructif. Ce temps pour réfléchir peut se décomposer ainsi : « Ecouter, ressentir l’impact, reconnaître ce que l’autre dit et s’affirmer dans ce que l’on désire communiquer. 

Acceptez de ne pas avoir de réponse à tout. Ce n’est pas un signe de faiblesse, cela peut être une force qui va vous servir. Des discours qui nous promettent la lune et tout l’équipement nécessaire mais sans une rampe de lancement, nous en avons tellement l’habitude que nous ne les écoutons plus. 

Supprimez toute interprétation sur les intentions que pourraient nourrir les autres à votre égard. Vous ne pouvez pas plaire à tout le monde, surtout si vous avez une opinion, un point de vue divergeant. Ceci est d’autant plus vrai si vous vous adressez aux auditeurs, aux téléspectateurs. De toute manière, ils ont déjà une opinion sur vous et ils se garderont bien de vous la dire !

Soyez vrai avec vous et envers les autres. Cela peut paraître évident, cependant c’est sans doute l’exercice le plus difficile à vivre. Dès que vous attaquez, dès que vous formulez une critique, dès que vous n’écoutez plus, vous ne communiquez plus, vous ouvrez une brèche à la guéguerre !

Et si vous menez un débat …

Donnez la parole à chaque personne présente. Pas toujours évident si dans le groupe il y a une personne ou plusieurs qui monopolisent le temps de parole … Tiens, à mettre plus haut : ne monopolisez pas le temps !

Empêchez, autant que possible, les coupures de parole. Oui, je sais, ce n’est pas évident, surtout si vous vibrez intérieurement. De plus, cela vous oblige à faire un rappel à l’ordre de quelques règles essentielles.

Remerciez chaque personne à la fin du débat … sans oublier de remercier les auditeurs.

Conclusion

Vous n’avez sans doute pas la chance d’être au cœur d’un débat politique, tel que je vous le présente aujourd’hui … mais … ces quelques règles s’appliquent à toutes les rencontres de groupe : réunion de travail, colloques, discussions de projets, etc …

Que ce soit dans le milieu professionnel, associatif ou familial, vous pouvez vivre ces quelques règles que compose l’art de communiquer.

La communication passe par l’écoute et le respect des autres.

*********

N’hésitez pas à réagir à cet article, les commentaires sont prévus pour cela.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Commenter cet article