Changer son état d’esprit change tout

Publié le par Madeleine Moreau

Nous voilà dans une nouvelle année. Le travail, l’école, la routine quotidienne … tout reprend sa place.

J’espère que vous avez bien commencé l’année.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une simple expérience vécue dans les dernières semaines de 2014.

Vous m’avez peut-être suivie jour après jour dans mes écrits du temps de l’Avent.

Je les avais préparés à l’avance pour ne pas vous abandonner. J’ai profité de ce temps pour vivre quelques semaines au Brésil.

Le Brésil … je l’avais découvert il y a 5 ans. Beaucoup de choses ont changé depuis. Le mondial y est sans aucun doute pour quelque chose, sans oublier le désir des Brésiliens de voir les choses bouger au niveau gouvernemental.

Mais, le Brésil, ben, ma foi, c’est le Brésil … là-bas, c’est le No Stress qui prime. Un No Stress qui pour moi, aurait pu devenir insupportable.

J’aime les choses organisées. J’aime savoir où l’on va. J’aime que les choses soient claires et qu’on s’y tienne.

Là-bas, cela n’existe simplement pas … sauf, je l’espère, dans les bureaux !

Un bus qui a 2h de retard sur l’horaire, ce n’est pas grave …

Une pizza commandée à 19h30 qui est livrée à 21h45, c’est normal …

Un projet proposé pendant le petit-déjeuner pour le soir, qui tombe à l’eau à 13h pour faire autre chose, qui change de direction à 20h pour proposer encore autre chose à 21h15, c’est courant …

Des évènements prévus longtemps à l’avance qui tombent à l’eau au dernier moment et sont repoussés de quelques jours, ce n’est pas catastrophique …

Un hôtel qui a annulé la chambre réservée au mois de septembre, sans avertir l’agence, là encore, c’est courant …

Et ce n’est qu’une partie des situations rencontrées !

De quoi se prendre la tête, s’énerver, pester, se demander comment un si vaste pays peut fonctionner ainsi.

Oui, si j’étais restée campée sur ce que je trouve anormal, irrespectueux, foireux …

Comment auriez-vous réagi à ma place ?

J’ai pris conscience que si je voulais profiter de notre séjour, si je voulais essayer de comprendre une autre manière de vivre, si je voulais vivre au rythme Brésilien, il me fallait tout simplement changer d’état d’esprit.

Un état d’esprit qui change tout

Ok, si cela se déroulait ainsi dans ma « petite Suisse », ce serait le bazar, ce serait le « ch’ni » comme on dit chez moi. 

Changer son état d’esprit change tout

Nous sommes tellement bien organisés que les rendez-vous ne se décrochent pas quelques heures avant, les invitations se font des semaines en amont. Les bus arrivent presque à l’heure. Du début à la fin de la semaine, nous savons ce qui nous attend et nous nous organisons en suivant les lignes d’un papier millimétré …

C’est une habitude que nous suivons, une manière de vivre que nous avons adopté, une règle sociale que nous avons intégré.

Et lorsque les choses changent du tout au tout, il y a de quoi y perdre son latin, entrer dans un énervement à peine couvert. Il y a de quoi se mettre dans un état de stress et ne plus supporter le « No Stress » ambiant.

Pour que les choses se passent au mieux, la seule attitude qui s’offre alors, c’est de changer son état d’esprit. Entendez par là, se mettre au diapason avec les habitudes du pays.

Arrêter de voir les choses comme quelque chose d’acquis, de normal, mais comme une autre manière de vivre que je peux adopter pendant quelques semaines. Cela est devenu, pour ainsi dire, ma manière de penser au fil des jours.

Et, je peux vous l’avouer, cela change vraiment tout  

A mettre en pratique sans tarder

Revenons à l’instant présent. Nous sommes le 5 janvier 2015.

Que vous le vouliez ou non, durant cette année, vous serez face à des choix à faire, des décisions à prendre.

Certains choix, certaines décisions seront plus difficiles à vivre, tout simplement parce que cela vous obligera à sortir de votre zone de confort, de vos habitudes, de vos frontières intérieures.

Votre équilibre sera menacé. Votre manière de concevoir les choses et de les vivre risque d’être mise à l’épreuve.

Vous aurez alors cette sensation de « subir » une corvée supplémentaire. Il vous faudra faire face à des situations que vous auriez aimé éviter.

Il y a des traversées qui sont, il est vrai, difficiles à faire. Lutter pour traverser devient encore plus difficile et pénible à vivre.

Si cela vous arrive, pensez à changer d’état d’esprit.

Plutôt que de dire : « Je ne mérite pas ça … Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu … Pourquoi ça m’arrive ? »  Pensez plutôt : « Bon, c’est ce qui m’arrive et je vais traverser ce passage ».

Bien sûr, cela ne changera pas la réalité. Cela changera votre manière de percevoir la réalité.

Cela peut vous paraître très simple, trop simple … mais, pensez-y, faites l’exercice et dites-moi les bénéfices que vous en retirez.

Je vous souhaite une bonne reprise. A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article