Je me sens mal, je ne suis pas bien en moi

Publié le par Madeleine Moreau

Je me sens mal, je ne suis pas bien en moi

Une constatation que nous faisons tous et toutes régulièrement.

Même si c’est difficile de le reconnaître il y a des moments où vous ressentez comme un poids qui pèse sur vos épaules, du découragement face à ce que vous aimeriez faire, de la tristesse pour pas grand-chose, un sentiment de culpabilité lorsque vous ne réussissez pas parfaitement.

Expliquer ce que vous ressentez est difficile. D’un côté, cela vous semble absurde, sans intérêt. D’un autre côté, vous sentez que ce n’est pas génial, qu’il y a quelque chose qui cloche, que vous n’êtes pas au meilleur de votre forme … même si vous vous répétez à longueur de journée que tout va bien,

Que faites-vous lorsque vous vous sentez mal, lorsque vous vous dites que vous n’êtes pas bien au fond de vous ?

Peut-être que comme moi, vous vous tournez vers ce qui pourrait vous apporter un peu plus de confort, ne serait-ce que d’aller boire un café avec un/e ami/e, ou regarder un bon film à la télé avec le soutien de quelques carrés de chocolat.

En général, ça marche plutôt bien.

Mais, lorsque vous vous retrouvez sous l’édredon, à penser à la bonne nuit qui vous attend, ce malaise diffus revient à la charge, que vous y pensiez ou pas. La nuit n’est pas aussi bonne que vous l’auriez souhaité. A chaque cycle de sommeil les rêves, souvent totalement absurdes s’enchaînent, au point que vous vous réveillez avec le sentiment d’avoir « tricoté » toute la nuit.

Je me sens mal … un message à décoder

Hé oui, dans ce que vous ressentez, il y a un message à décoder.

Surtout s’il n’y a pas de raisons particulières au fait que vous vous sentez mal, pas bien dans votre peau.

Si vous venez de recevoir une remontrance de votre supérieur pour quelque chose que vous avez mal fait, c’est normal de vous sentir dans vos petits souliers … si votre conjoint/e ne vous a pas souhaité une bonne journée et s’en est allé sans un petit bisou, aussi … si vous venez de briser le beau vase offert par vos parents à Noël et qui représente un affectif puissant en vous, c’est normal également …

Mais, s’il n’y a rien de cela, si ce malaise s’installe en vous sournoisement et grandit au point de vous remplir, il y a un message à décoder.

Normalement, arrivée à ce point, je devrais vous demander : « Est-ce qu’il y a quelque chose de spécial qui s’est produit au moment où tu as senti que tu étais mal ? »

9 X sur 10 la réponse est non

Ce non apporte déjà un élément de compréhension. Lorsque vous vous sentez mal, vous pouvez ajouter : je me sens mal en moi, je me sens mal dans ma peau.

Pas besoin qu’il se passe quelque chose de spécial autour de vous, pas besoin d’une dépression atmosphérique ou d’électricité dans l’air, vous vous sentez mal en vous.

C’est donc en vous qu’il faut regarder, et non pas autour de vous.

Il y a quelque chose en vous qui n’est pas aligné, qui apporte cette interférence entre le fait de vous sentir bien et le fait de vous sentir mal. Reste à savoir ce que c’est.

Décoder le message

Par expérience, j’ai souvent observé que ce sentiment de malaise survenait dans les moments où mes pensées quittaient le moment présent pour aller se poser sur une frustration ressentie, un sentiment de culpabilité, un échec pas toujours conscient, une difficulté relationnelle.

Laissez-moi vous donner quelques exemples, même si ce n’est pas votre cas, vous pourriez faire des liens …

  • Un oubli – j’ai oublié d’avertir quelqu’un d’un changement de date. Je m’en aperçois au bon moment et je lui envoie un message avec toutes mes excuses.

Il n’y a rien de grave dans cet oubli, c’est réparé. Mais en moi, il y a plein de choses qui se passent … en fait, il y a surtout une chose : j’ai peur d’être jugée par la personne que j’ai oublié.

  • La procrastination – j’ai fait de grands progrès dans ce domaine. Il m’arrive encore de laisser des choses de côté, simplement parce que je me dis que cela peut attendre, que ce n’est pas grave.

J’ai la sensation que cela ne porte pas préjudice à ma vie, que je me vis plus libérée des contraintes … mais voilà, je viens de tomber sur un papier qui parle d’un concert que je voulais absolument voir et c’était hier !

Je n’arrive pas à ne pas m’en vouloir. Si j’étais mieux organisée … si j’avais tout de suite réservé … si … si … si … : je me juge

  • Mes attentes – je sais que je peux lâcher prise à certaines attentes, que celles-ci font parties de choses que je voudrais recevoir pour palier à un manque. Mais, lorsqu’elles se font présentes, qu’elles sont un peu plus fortes en intensité, j’oublie qu’il me faut lâcher prise.

Mes pensées sont de véritables tourbillons qui se chargent en : je veux, je voudrais, j’ai bien le droit, … Résultat, je me sens horriblement frustrée et déçue car il n’y a pas de réponses à mes attentes.

  • Mes besoins – c’est autre chose que mes attentes. Comme tout le monde, j’ai des besoins : tendresse, calme, repos … et trop souvent je passe par-dessus.

Mes pensées sont alors alimentées par ce que je voudrais pouvoir vivre et que je ne vis pas. Le moindre truc qui vient s’ajouter amplifie cette sensation de ne pas pouvoir gérer ma vie, de faire n’importe quoi. Je me sens agressée dans mon environnement, donc je me sens vraiment mal en moi.

  • Mes rancœurs – garder de la rancune en moi, le moyen le plus sûr pour me sentir mal. Bien sûr, je me dis souvent que ça ne sert à rien d’être rancunière, que cela ne m’apporte qu’une chose supplémentaire, celle de couper l’élan de vie en moi.

Quand j’alimente une rancune, j’alimente également mes pensées négatives qui prennent l’ascenseur, donc pas étonnant de me sentir mal.

  • La culpabilité – aïe aïe aïe … voilà encore quelque chose qui favorise mon mal d’être.

Une parole prononcée que j’aurais dû garder pour moi, un geste malheureux porter envers autrui, ce que j’aurais pu faire et que je n’ai pas fait … il y en a des raisons de ressentir une culpabilité.

C’est en passant et repassant les évènements dans ma tête, cherchant un moyen de m’en défaire que j’alimente cette sensation d’être mal au fond de moi.

Je voudrais pouvoir me sentir parfaite et j’ai du mal à me reconnaître imparfaite, à avoir des limites, à avoir des faiblesses.

Agir

Que pouvez-vous faire lorsque vous vous sentez mal, lorsque vous ressentez comme un poids sur vos épaules ?

Ce n’est pas toujours très simple de trouver. La réponse, bien sûr, est l’action et c’est sans doute la dernière chose qui vous vient à l’esprit.

Passer à l’action, c’est remettre les pendules à l’heure.

Ces petits trucs m’aident dans bien des cas :

  • Respirez un bon coup. Ce n’est pas la fin du monde … du moins pas la fin de la vie. Vous vous sentez mal, c’est indéniable, mais qu’est-ce qui pourrait se produire de plus grave ?
  • Nommez votre mal être. Pas besoin de le crier sur les toits, mais simplement de reconnaître que, oui, vous vous sentez mal, qu’il y a quelque chose qui cloche, que vous pouvez trouver ce qui cloche et y remédier.
  • Changez vos pensées. Dans les exemples qui me concernent, vous avez vu la force que peuvent avoir mes pensées pour me maintenir dans cet état de mal être. Comme moi, vous pouvez vous exercer à changer vos pensées, du moins à ne pas leur accorder toute l’attention que vous leur donnez normalement.
  • Faire un pas pour aller vers un mieux-être. Un tout petit pas, qui pourrait être celui de ne pas chercher à compenser mais à rectifier ce qui a favorisé le sentiment. Autrement dit, cherchez ce qui peut dissoudre le découragement, la tristesse, le ras-le-bol que vous ressentez, cherchez comment il vous est possible de rendre plus léger le poids que vous avez sur vos épaules.

Si ces quelques exercices ne vous aident pas, pourquoi ne pas demander un accompagnement, ne serait-ce que pour apprendre à décoder les messages envoyés dans votre sensibilité et qui engendrent ce sentiment de vous sentir mal dans votre peau.

N’hésitez pas à réagir si vous avez d’autres moyens pour diminuer le sentiment de vous sentir mal.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Commenter cet article