Sommes-nous vraiment ce que nous montrons ?

Publié le par Madeleine Moreau

Ce que nous montrons de nous aux autres est-ce vraiment ce que nous sommes ?

L’autre jour, un de mes amis a publié sur sa page fb cette image :

Sommes-nous vraiment ce que nous montrons ?

Ne trouvez-vous pas que c’est plein de sagesse ?

Personnellement, cela m’a permis de réfléchir aux réflexes que j’ai lorsque je suis en relations.

Que je le veuille ou non, bien souvent je catalogue les gens, je les juge être ceci ou cela, je m’arrête sur une impression, je me fais une idée toute faite sur la personne qui est devant moi.

Oui, cela m’arrive encore et cela même si l’expérience m’a montré des centaines de fois que l’apparence est une chose, que la manière de se comporter n’est qu’une facette et qu’il y a sous chaque apparence d’être quelque chose à découvrir.

Ainsi, quelqu’un qui n’arrête pas de râler, qui se fait passer pour un dur à cuir n’est souvent qu’un cœur tendre qui a peur de montrer ses émotions ou qui cache sa sensibilité sous une couverture de plomb.

Ce que nous montrons de nous aux autres ne correspond pas forcément à ce que nous sommes au plus profond de nous. Il y a toujours des aspects que nous cachons, par crainte, par peur, par pudeur … à cause de l’éducation reçue, du milieu dans lequel nous avons grandi … ou parce que nous avons été blessé/e dans un aspect important de nous.

Il ne faudrait jamais s’arrêter sur une première impression, sur une idée toute faite, mais chercher à percevoir ce qui se cache sous certains comportements, certaines manières d’être.

Oui, c’est facile à dire, mais si vous montrez  un visage fermé, difficile de déceler ce qui se cache derrière, ou si vous faites partie des gens qui critiquent facilement, difficile pour les autres de percevoir que vous avez mis en place un fonctionnement de protection.

La bonne nouvelle c’est que vous pouvez agir à partir du moment où vous prenez conscience de l’image que vous donnez aux autres. Vous pouvez commencer à rectifier le regard de l’autre sur vous.

Que montrez-vous de vous ?

  • Autodestructeur : Vous montrez principalement ce que vous n’êtes pas. Les autres vous perçoivent être généralement dans l’autopunition car quoique qu’il vous arrive, vous le méritez bien, vous pensez que ce qui est bon n’est pas pour vous, vous vous jugez être une mauvaise herbe, que personne ne peut s’intéresser à vous.
  • Critiqueur chronique : Dans le fond, vous êtes perfectionniste jusqu’au bout des ongles, ce qui fait de vous une personne qui ne supporte pas le désordre, les choses mal établies, tout ce qui ne correspond pas à votre manière de faire et de vivre. Cela vous plonge dans une irritation perpétuelle dont la meilleure manière d’en sortir est de critiquer.
  • Eternelle victime : Je suis sûre que vous en connaissez dans votre entourage … des personnes qui se plaignent sur tout et n’importe quoi. C’est peut-être aussi votre cas, mais vous ne le voyez pas puisque vous vous considérez comme « parfait » ! Un bon moyen de savoir si les autres vous perçoivent dans ce registre est de regarder comment vous vous comportez lorsque quelque chose ne va pas : est-ce toujours la fautes des autres ou du système ? Assumez-vous vos responsabilités ?
  • Fuyant : Vous vous comportez en société comme une personne normale, jusqu’au moment où on s’approche de vous pour vous demander quelque chose, ou lorsque vous êtes dans une situation où vous devriez demander de l’aide. Votre peur de déplaire, de ne pas être à la hauteur, de paraître bête vous empêche de vous engager vis-à-vis de l’autre ou pour vous-même. Votre devise est : « jamais aussi bien servi que par soi-même, pas besoin des autres. »
  • Adversaire : Au fond, il n’y a que vous qui savez, qui réussissez. Vous vous lancez tête baissée dans tout défi et vous vous débattez comme un diable pour réussir. Si vous agissez ainsi, c’est bien souvent, parce que vous vivez un manque d’estime envers vous-même.
  • Commère : Souvent réservé aux femmes, les hommes n’en sont pas préservés. Se montrer commère c’est faire preuve d’une grande maîtrise dans l’art de la rumeur et de la médisance sur autrui. Les malheurs des uns et des autres vous permet de vous sentir important/e mais lorsqu’il s’agit de parler de vous, c’est le silence radio !
  • Envahissant : Vos amis, vos proches sont tellement importants qu’il faut que vous soyez présent/e dans tout ce qu’ils font. Vous trouvez normal de partager jusqu’à leur intimité et cela ne vous gêne nullement de téléphoner à point d’heure ou de débarquer au moment du repas. Vous vous sentez chez vous chez eux !
  • Hypocrite : Vous avez besoin de faire croire que vous pensez comme les autres et il vous arrive souvent de retourner votre veste ne serait-ce que pour recevoir un peu de reconnaissance. Lorsque vous êtes dans une ambiance conflictuelle, vous vous mettez du côté des plus forts et n’hésitez pas à changer de camp si le vent tourne !
  • Grincheux : Impossible de percevoir que le soleil brille … il y a toujours un risque de pluie. Votre prénom devrait être « Jérémie » … les autres doivent entendre que vous êtes malheureux/se, que rien ne va comme le souhaitez … pas très loin de l’éternelle victime !
  • Snob : Vous aimez le clinquant, ce qui est cher. Vous rêvez d’une vie de château et vous faites ce qu’il faut pour vous comporter comme si c’était le cas. Vous n’aimez pas fréquenter les « petites gens », ceux qui ne réussissent pas. Vous vivez dans l’illusion d’une vie faite pour vous !
  • Nombriliste : Il n’y a que vous qui êtes important/e. Vous aimez parler de vous. Vous recherchez surtout l’approbation des autres, leur complicité, leur compréhension en tout ce qui vous concerne. Si vous n’êtes plus au centre de leurs pensées, vous vous sentez rejeté.

Voilà quelques visages que nous pouvons montrer aux autres. La liste pourrait s’allonger, vous pouvez la compléter si vous voyez un portrait manquant.

Ces quelques visages rapidement décrits, ce sont les miens, ce sont les vôtres. En effet, nous sommes tous et toutes comme des caméléons, cela veut dire que, suivant ce que nous vivons, nos humeurs, nos étapes de vie ou nos problèmes, nous ne montrons pas toujours le meilleur de nous.

L’article de ce jour peut vous aider à déceler d’autres pistes pour prendre soin de vous lorsque vous ne vous sentez pas bien. (Voir les 2 derniers articles).

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gèm 30/01/2015 15:54

Ohlala, tous ça, j'y ai jamais pensé, ça fait vraiment beaucoup de tares et ne sais pas laquelle me correspond le mieux, il me semble que je les posséder toute mais à quel moment et dans quelle situations? jusqu'ici, me suis jamais préoccupé de l'image que la personne en face avait de moi, me disant toujours que ce n'était pas mon problème, l'autre pense ce qu'il veut. C'est grave Madeleine?

Madeleine Moreau 01/02/2015 08:53

Bonjour Gèm
Mais non, ce n'est pas des tares, mais simplement des visages que l'on montre parfois aux autres sans s'en rendre compte.
Ce n'est pas grave de montrer ses côtés sombres, il ne faut cependant pas oublier de montrer ses côtés lumières.
bonne journée
Madeleine