Le pire scénario qui puisse arriver

Publié le par Madeleine Moreau

Le pire scénario qui puisse arriver

Avez-vous déjà pensé que tout ce que vous avez appris au cours de votre vie, tous les projets que vous nourrissez pour le jour où vous aurez le temps, toutes les planifications que vous avez établies en vue de votre retraite pourraient bien chuter et n’avoir plus aucune valeur dans un avenir proche ?

C’est un peu comme si votre vie était à présent cotée en bourse.

Vous avez une bonne situation, vous vivez confortablement, vous n’avez aucun souci à vous faire pour votre avenir …

C’est du moins ce que vous pensez !

L’équilibre, la solidité est fragile.

Votre confiance est portée sur l’assurance que vous êtes protégé contre toutes les catastrophes possibles. Le monde continue de tourner malgré la morosité ambiante. Vous êtes encore du bon côté … pour le moment !

Vous ne vous en doutez pas, demain ne ressemblera en rien à ce que vous connaissez aujourd’hui.

Alerte de tsunami

Loin, très loin de vous, très loin de vos petits problèmes, la terre commence de trembler.

Pour le moment, vous n’en ressentez pas les vibrations.

Tout est comme hier, rien ne bouge, rien n’annonce une catastrophe imminente.

Soudain, vous avez une sensation étrange : votre environnement commence de changer.

C’est quelque chose de diffus, d’inexplicable, tellement léger que vous cherchez, dans un sursaut de protection ancestrale, de fuir.

Vous avez appris qu’il fallait se méfier des messagers porteurs de mauvaises nouvelles, qu’il ne fallait pas écouter les ragots. Vous avez appris qu’il fallait attendre des preuves avant d’énoncer une vérité. Vous avez appris que quoi qu’il arrive vous arriverez toujours à vous sortir d’une mauvaise passe haut la tête.

Là, vous ne savez pas trop, plus trop quoi penser. Tout semble normal et en même temps quelque chose de pas normal qui devient très présent.

Toutes vos certitudes sur la vie, sur le divin, sur l’univers commencent à s’effilocher.

Vous aimeriez bien resté accroché à vos certitudes, continuer à croire que rien ne peut bouger, encore moins disparaître. Mais vous n’en n’êtes plus autant sûr qu’il y a quelques années.

La terre continue de trembler.

Les médias commencent à en parler. Une catastrophe se prépare et personne ne sait l’ampleur qu’elle va avoir. Les spéculations vont bon train : une nouvelle guerre mondiale – la fin de l’Europe Unie – la pénurie des ressources terrestres – la disparition de l’être humain qui va suivre celle du monde animal et végétal – une recrudescence de la violence, etc.

Pour le moment, vous souriez encore face à ces scénarios qui semblent sortir de la bouche des prophètes d’antan.

On vous dit que dans une décennie, une personne sur trois sera atteinte du cancer, toute génération confondue. On vous dit qu’il n’y aura plus de travail pour la moitié de la population mondiale. On vous dit que l’air deviendra peu à peu irrespirable. On vous dit que l’argent que vous avez économisé jusqu’à présent ne vaudra plus rien, qu’il n’y aura plus de réserves pour assurer vos vieux jours.

Vous souriez encore à toutes ces projections. C’est peut-être vrai, mais en tout cas pour vous.

La terre continue de trembler.

Vous commencez à ressentir les vibrations. Pour le moment, elles sont encore lointaines. Vous n’avez aucune raison de vous faire du souci. Advienne que pourra, vous êtes en sécurité.

Une alerte au tsunami retentit au loin. Vous n’habitez pas au bord de l’eau, vous ne risquez pas le naufrage, c’est du moins ce que vous continuez de croire.

Le pire scénario devient une menace réelle

Ça y est, la terre s’est mise à trembler là où vous pensiez être en sécurité.

Autour de vous tout s’effondre.

Vous essayez de retenir les murs, de protéger vos proches, de vous protéger …

La terre continue de trembler.

A chaque minute une de vos certitudes fait place à l’incertitude.

Vous commencez à prendre conscience que vous ne pouvez pas vous battre contre le tsunami qui s’avance vers vous.

Dans quelques heures, quelques jours, vous n’aurez plus de travail. Votre corps sera pris au piège par une maladie que personne ne peut guérir. Votre cœur se serrera à chaque disparition d’un être aimé. Tout ce que vous protégiez jalousement disparaîtra.

Dans quelques heures, quelques jours, que sera votre vie ?

 

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt. 

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 20/02/2015 15:02

Bien sur, il n'y a rien de sur et définitif à 100% et pourtant... Notre capacité primordiale c'est l'adaptation... adaptation à un nouvel environnement, au décès d'un proche, à la perte d'un emploi... le pire pour moi ce serait la santé qui s'abime, mais je veux croire qu'il y a toujours un chemin à prendre... je veux rester optimiste...

Madeleine Moreau 20/02/2015 16:27

Bonjour Marie,
Oui, notre capacité est l'adaptation ... j'ai envie de dire "est, normalement". Vous avez raison de dire que rien n'est définitif à 100%, que ce soit le confort ou l'inconfort dans lequel nous vivons. Rester optimiste est une chose précieuse, vivre avec le réel en ce qui arrive, et non en ce qui peut arriver, est une autre manière de traverser les tsunamis de la vie.
Tout bon week-end.
Madeleine

martine 20/02/2015 10:51

Eh oui, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver. Mon mari (grand sportif en parfaite santé) vient de faire un infarctus. Le tsunami...mais aussi une occasion de partage en couple sur le sens de notre vie et sur une nouvelle orientation...
Merci de votre article qui me rejoint aujourd'hui.

Madeleine Moreau 20/02/2015 16:24

Bonjour Martine
Tout d'abord, tous mes voeux pour un bon rétablissement à votre mari. Oui, lorsque cela arrive, c'est un tsunami qui permet ensuite de regarder comment marcher le plus sereinement possible sur le chemin de la vie. Comme vous le dites si bien, en redéfinissant le sens que l'on va donner à la suite de la vie, ensuite en acceptant jour après jour les adaptions nécessaires.
Courage pour la suite.
Madeleine