Pourquoi certaines personnes arrivent à faire face aux difficultés ?

Publié le par Madeleine Moreau

Certaines personnes provoquent en nous un sentiment d’émerveillement.

Elles subissent des épreuves que nous n’aimerions pas vivre avec une sérénité qui dépasse tout entendement. Elles font face à ce qui leur arrive avec un regard qui traduit, certes, la souffrance mais également l’espérance, la vie.

D’autres s’écroulent à la moindre difficulté. Tout devient noir, tout devient vide autour d’elles.

Avant d’aller plus loin, laissez-moi vous raconter un conte :

Le roi Baakir se promenait un jour dans le désert. Il était las de la vie et tentait de tromper son ennui par ses longues promenades.

Il aperçut au loin une immense fourmilière. Il s’approcha et aussitôt, toutes les fourmis vinrent se prosterner devant lui.
Toutes sauf une qui continuait à travailler, déplaçant le sable d’une haute dune.

Baakir surpris et un peu en colère devant cette fourmi qui l’ignorait vint la questionner.

- Que fais-tu là, petite fourmi ? Pour quelle raison ne viens-tu pas me rendre hommage comme tes congénères ?

- Sire, répondit la fourmi, ce n’est ni par impolitesse, ni par désobéissance que je ne suis pas venue comme les autres, mais tout simplement, je m’occupe à quelque chose qui me tient particulièrement à cœur : je veux déplacer cette dune de sable que vous voyez là !

- Ha ha ha ! Ma pauvre amie, rétorqua le roi Baakir, je doute que tu aies la patience et surtout la chance suffisante, c’est-à-dire la longévité, pour accomplir ce travail immense.

- En effet, je ne sais pas si j’en serai capable, confessa la fourmi un peu vexée, mais ce que je sais c’est que la force qui me pousse est plus puissante que la tempête du désert. De l’autre côté de la dune se trouve mon bien-aimé. Si je meurs avant de l’atteindre, je finirai ma vie dans la folie de cette chose qui meurt en dernier dans le cœur des êtres, c’est-à-dire l’espérance. C’est bien ainsi.

Et la fourmi reprit son travail.

Pourquoi certaines personnes arrivent à faire face aux difficultés ?

Voyez-vous où je veux en venir ?

Nous sommes chacun, chacune, une petite fourmi dans la fourmilière de la vie.

Nous avons une tâche à accomplir et cette tâche peut nous sembler plus haute qu’une dune dans un désert sec et inhospitalier.

La dune peut représenter les difficultés, les épreuves qui surviennent dans notre vie.

Parfois, il y a plusieurs dunes qui s’entrelacent, qu’il faut traverser avant de découvrir un oasis de paix.

Bien sûr, nous avons toujours le choix d’avancer ou de nous arrêter parce que c’est trop dur, parce que nous baissons les bras, parce que nous n’avons pas envie d’y laisser notre peau.

Il serait facile de conclure en disant que c’est plus facile si nous savons ce que nous allons trouver derrière la dune, comme la petite fourmi qui sait que, derrière, se trouve son bien-aimé.

Les personnes qui parviennent à faire face à une difficulté y parviennent car elles savent ou pressentent qu’il y a dans leur vie autre chose qui les attend, autre chose qui les mobilise, autre chose qui leur donne cette force de traverser l’épreuve.

Pour continuer à vivre sans perdre cette espérance de fond, elles ne s’appuient pas sur la pitié des autres, elles n’attendent pas un coup de baguette magique qui viendrait enlever leur souffrance, elles ne se reposent pas sur l’aide que pourrait leur apporter leurs proches. Elles s’appuient sur leurs ressources.

S'appuyer sur ses ressources intérieures

Je fais souvent allusion à nos ressources intérieures dans mes articles. Un concept qui parle ou qui reste du « chinois » pour certaines personnes.

Si vous ne savez pas de quoi je parle, laissez-moi vous expliquer.

Reprenez le conte. … « Sire, répondit la fourmi, ce n’est ni par impolitesse, ni par désobéissance que je ne suis pas venue comme les autres, mais tout simplement, je m’occupe à quelque chose qui me tient particulièrement à cœur : je veux déplacer cette dune de sable que vous voyez là !

Je m’occupe à quelque chose qui me tient particulièrement à cœur. C’est une clef pour découvrir ce que sont ces fameuses ressources : elles se manifestent lorsque nous faisons quelque chose qui nous tient particulièrement à cœur.

J’ai un ami qui se bat contre un cancer. Ce qui lui tient à cœur, ce n’est pas de guérir. Ce qui lui tient à cœur, ce sont ses filles qui ont encore besoin de lui, c’est son désir de les voir grandir, de les accompagner le plus loin possible, de tenir, un jour, ses petits-enfants dans ses bras.

Son courage, sa détermination à avancer au-delà de son cancer est extraordinaire.

Cependant, cela ne suffirait pas s’il ne s’appuyait pas sur ses ressources intérieures. Ça ne suffirait pas lorsqu’il y a une menace d’infection qui demande des soins plus puissants, soins qui lui enlèvent ses forces physiques, qui viennent toucher d’autres organes qui jusque-là fonctionnaient bien.

Ses ressources, vous les avez peut-être perçues, elles se situent dans son cœur de papa. Pour ses filles, il trouve la force de se battre, il trouve la force de faire face à la maladie, et, en même temps, à la possibilité de ne pas être là le jour où elles se marieront.

Exactement comme la fourmi qui sait que de l’autre côté de la dune se trouve son bien-aimé.

Conclusion

Nos ressources se manifestent lorsque nous suivons le chemin de ce qui nous tient à cœur.

Elles sont différentes d’une personne à l’autre et cependant elles portent une couleur commune : l’espérance, la foi.

Faire face à une difficulté, à une épreuve en s’appuyant sur une ressource intérieure c’est donner à la vie plus de densité, de reliefs. C’est percevoir ce qui n’est pas encore visible.

Découvrir sur quoi nous pouvons nous appuyer pour traverser la dune permet justement de ne pas baisser les bras, de ne pas s’enfoncer dans la déprime et la négativité de ce qui est.

Si c’est article vous a aidé à mieux comprendre comment vous pouvez faire face aux difficultés, aux épreuves que vous traversez en ce moment, laissez-moi un message.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt. 

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article