Je voudrais bien, mais je n’arrive pas à agir

Publié le par Madeleine Moreau

C’est un problème récurrent qui arrive en 3ème place des articles les plus visités sur ce blog.

Un problème que touche toutes les personnes qui vivent un moment de déprime, mais pas seulement, il peut également vous toucher lorsque tout semble très bien aller dans votre vie.

C’est un paradoxe. Il est alors plus difficile à comprendre. En effet, tout va bien, ou, disons qu’il vous semble que tout va bien, et voilà qu’il y a des choses que vous aimeriez faire, qui vous tiennent à cœur, et vous n’arrivez pas à agir. 

Il est plus facile de comprendre le problème si vous traversez un moment de déprime. Là au moins, il y a une raison valable : votre moral se situe dans vos chaussettes, la fatigue est omniprésente, vous ne trouvez plus le bon goût des choses simples …

Mais lorsque tout va bien, vous vous dites : « Qu’est-ce qui cloche ? »

Tout va bien : une famille, des amis/es, un boulot qui vous plaît, une aisance financière … et cette petite chose qui est là, ancrée profondément en vous, une petite chose qui est inconfortable, qui vous demande un effort pour changer quelque chose dans votre vie, et vous n’arrivez pas à agir dans le sens que vous pressentez être bon pour vous.

Entre vos pensées et l’action, rien ne se passe.

Ce n’est pourtant pas sorcier, ça ne bouleverserait pas votre plan de vie, ça ne changerait pas grand-chose à la situation, ça vous donnerait juste un peu plus d’oxygène, un peu plus de liberté, un peu plus d’espace, vous n’arrivez pas à agir.

« Qu’est-ce qui cloche ? »

 

Je voudrais bien, mais je n’arrive pas à agir

Alors vous reprenez le problème, pas forcément de la bonne manière, car souvent, celui-ci se déroule ainsi :

  • J’ai le compagnon, la compagne idéal/e, je suis heureuse/x …
  • J’ai ce que je voulais dans ma vie : une bonne situation, un boulot qui me plaît, des amis/es …
  • Je me sens bien dans mes baskets, je n’ai pas d’énormes problèmes, il y a juste que ma vie se déroule sans cette palpitation que je pouvais ressentir il y a quelques années …

Le problème se situe dans les derniers mots : il y a juste … Et c’est là que vous pouvez commencer à entrer dans ce qui cloche.

Y entrer sans vous donner des excuses, celles-ci sont justement la cause qui fait que vous n’arrivez pas à agir.

Il y a juste … que j’aurais besoin de retrouver cette palpitation qui me donnait envie de me lever le matin, qui me boostait tout au long de la journée, qui faisait que je me sentais plein/e de vitalité. J’aimerais retrouver cela. J’aimerais m’inscrire à un cours de formation continue, simplement parce que je souhaite étendre mes compétences. J’aimerais m’engager dans cette association car elle partage mes valeurs, elle rejoint quelque chose en moi.

Il y a juste … c’est pas grand-chose … Le risque est de vous donner des excuses non valables, comme :

  • J’ai pas le temps
  • Je suis déjà bien occupé/e
  • Cela bousculerait mes habitudes
  • Etc

Il n’y a pas juste … il y a : je voudrais …

Et là, vous pouvez découvrir le pourquoi vous n’arrivez pas à agir, ce qui pourrait donner ceci : (à vous de découvrir votre véritable raison)

  • Mon compagnon, ma compagne ne serait pas content/e que je sois absent/e 2 soirs par semaines
  • Mon employeur verrait d’un mauvais œil que je lui demande de travailler à 80% le temps de la formation
  • Il me faudrait changer le plan de nos vacances et il y a si longtemps que nous rêvons de cette destination
  • J’ai pris l’habitude d’un certain rythme de vie et je ne suis pas sûr/e de vouloir bousculer quelque chose
  • Etc

Le confort, le fait que tout aille bien, peut en effet être un piège qui vous empêche d’agir. Il y a également le fait que vous avez peur de perdre plus que vous ne gagnerez ou, plus simplement, la peur de confronter vos besoins aux attentes des autres. Faites le clair.

Ceci fait, vous pouvez regarder comment vous allez passer à l’action, c’est-à-dire, ce qui va vous permettre d’agir. 

Commencez par rétablir une connexion

 

Je voudrais bien, mais je n’arrive pas à agir

Une connexion entre : Il y a juste … et j’aimerais …

Tant que vous restez dans : Il y a juste … vous minimisez l’importance de votre envie de faire quelque chose pour votre vie.

Au moment où vous passez à : J’aimerais … vous établissez une connexion entre ce qui constitue votre vie et ce à quoi vous aspirez.

Vous avez peut-être déjà vécu des situations où vous aviez l’impression qu’un changement se faisait de lui-même. Si c’est le cas, appuyez-vous sur cette expérience, simplement parce que vous savez, d’instinct que d’une manière ou d’une autre, les choses se feront. Si vous n’en avez pas l’expérience, essayez de visualiser ce qui vous manquera dans quelques années.

Le but de la connexion est de vivre le problème qui se pose à vous comme quelque chose que vous avez décidé de résoudre, de vivre la situation du changement comme si vous l’aviez choisie.

Et, passez à l’action !

Relisez ce que j’avais écrit il y a 3 ans, voici le lien : http://www.processuscroissance-blog.com/article-dans-ma-tete-je-pense-mais-je-n-arrive-pas-a-agir-110156996.html

Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt !

 
 Merci beaucoup de parler de cet article autour de vous !

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article