L’égoïsme positif : pensez à vous pour bien penser aux autres

Publié le par Madeleine Moreau

Nous voici déjà au 10ème article les plus lus sur mon blog.

Cela peut paraître impossible de se dire que l’égoïsme peut être positif. Et pourtant, c’est une attitude que vous pouvez adopter, surtout si vous avez tendance à répondre aux attentes et aux besoins des autres avant de penser à vous.

 

L’égoïsme positif : pensez à vous pour bien penser aux autres

Souvent nous constatons chez l’autre une tendance à l’égoïsme, du moins est-ce l’étiquette que nous lui donnons. Nous avons un besoin et il semble ne pas le percevoir, nous avons une attente et il ne fait rien pour y répondre, il a toujours quelque chose d’autre qui lui évite de répondre à nos demandes, donc, il est égoïste, il ne pense qu’à lui.

Si c’est de l’égocentrisme, alors oui, nous pouvons parler d’égoïsme, celui qui n’est pas positif.

Il peut y avoir également un égoïsme positif. Voyons cela de plus près.

L’égoïsme positif : quelques exemples

  • Votre travail consiste à prendre soin des autres, à les écouter, à les accompagner. Vous donnez énormément et par moments, vous vous sentez vidé/e de vos énergies. Le problème, c’est que votre entourage proche fait également appel à vous car il reconnaît vos qualités et ne se prive pas pour s’en servir. Vous ne vous dite pas « Si je peux faire cela pour les autres, je dois le faire aussi pour eux »,  vous déclinez leurs demandes en leur disant que vous n’avez pas la disponibilité pour eux, que vous avez besoin de vous reposer, de vous ressourcer, de partir quelques jours …
  • Vous avez des enfants qui attirent énormément votre attention. Vous puisez au plus profond de vous pour trouver à chaque congé des activités qui vont leur plaire, le soir vous préparez des gâteaux pour le lendemain, le week-end venu vous acceptez qu’ils invitent des copains à la maison … votre emploi du temps, à côté du travail, leur est entièrement consacré. La fatigue s’installe. Vous ne vous dites pas : « Je dois me sacrifier pour leur bien-être, j’ai pas le droit de me relâcher … » Vous demandez à vos parents, vos beaux-parents, une connaissance s’ils peuvent prendre les enfants le temps d’un week-end pour vous permettre de décompresser, de faire autre chose …
  • Vous avez plusieurs engagements à côté de votre travail, vous êtes bénévole dans une association, vous consacrez vos loisirs et choisissez d’être le plus souvent présent/e dans les diverses manifestations. On compte beaucoup sur vous et on vous le dit. Inconsciemment vous vous dites que sans vous le groupe battrait de l’aile. Cela ne vous pose pas de problèmes, jusqu’au jour où votre corps manifeste un trop plein. Vous commencez alors à refuser certaines sollicitations, vous faites appel à d’autres personnes pour prendre le relais, vous commencez de penser à vous et prenez soin de votre corps qui en a besoin …
  • Vous aimez bien rendre service et vous êtes toujours présent/e lorsque l’on a besoin de vous. Votre pensée est celle-ci : « Si les autres me demandent quelque chose, c’est que je peux le donner, et puis, ils sont tellement supers… » Plus ils demandent votre attention, plus ils vous couvrent de remerciements, plus vous donnez. Jusqu’au jour où vous prenez conscience qu’il y a en vous des aspirations, des rêves que vous aimeriez vivre, mais parce qu’ils sont là. Vous changez alors vos habitudes, refusez certaines sollicitations et vous commencez à prendre du temps pour concrétiser vos aspirations.

Si vous mettez dans la peau de l’autre, que pensez-vous qu’il dira de vous ? Il y a de fortes chances pour qu’il dise que vous n’êtes qu’un/e égoïste, que vous ne pensez qu’à vous.

La réalité, c’est que vous commencez à penser à vous. Vous commencez à vivre cet équilibre qui demande que vous vous remplissiez d’énergie constructive pour ensuite pouvoir donner aux autres.

Conclusion

L’égoïsme positif est une attitude qui conduit à s’aimer soi-même pour pouvoir aimer l’autre, à s’aider soi-même pour pouvoir aider l’autre. Il y a un équilibre à trouver entre ce que vous donnez spontanément et ce que vous vous donnez.

Cette équilibre se trouve dans :

  • La réponse que vous donnez à vos propres besoins.
  • Savoir faire des choses qui vous plaisent, qui vous apportent un sentiment de plénitude, qui ouvre votre espace intérieur, non pas en faisant pour les autres, mais également pour vous.
  • Permettre à l’autre de découvrir comment il peut gérer certains problèmes, certaines affaires, sans demander toujours de l’aide.
  • Passer du sentiment que vous êtes indispensable au sentiment que tout ce que vous pouvez faire c’est de donner une présence gratuite et cela demande que vous preniez du temps pour faire le plein d’énergie.

Pendant ce week-end, si vous preniez le temps de regarder ce qu’il en et pour vous ?  A bientôt.

Est-ce que cet article intéresserait vos amis ?

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+ en cliquant sur un ou plusieurs des boutons ci-dessous. Si vous l'avez trouvé sympa, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Raynaud 08/05/2015 10:34

Nos articles se croisent souvent et parfois se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Voici ce que je dis à mes stagiaires et que j'écris dans mes livres depuis des dizaines d'années : les seuls vrais égoïstes sont ceux qui s'occupent toujours des autres (au sens regarder ce qui se passe chez eux, s'immiscer dans leur vie), car si on passe son temps à voir, parler des autres c'est qu'on n'a rien dans la tête. L'altruiste est celui qui aide les autres à s'épanouir et pour ça il faut qu'il ait été suffisamment égoïste pour avoir développé une richesse intérieure importante. Pour pallier cet égoïste qui se cache sous une couche de faux altruisme, je demande à mes stagiaires de pratique de que j'appelle cela que j'enseigne : pratiquer la non-sincérité.
Voir les cours à l'occasion.
Bon weekend.
Pierre

Madeleine Moreau 08/05/2015 11:41

Bonjour Pierre,
Que dire de plus ... oui, nous nous rejoignons et c'est bon de le faire figurer sur les commentaires. Il y a tellement de personnes qui font tout pour les autres sans jamais penser à elles qu'au bout du compte elles se trouvent dans des frustrations qu'elles n'arrivent plus à maîtriser.
Ce qu'il m'arrive de faire lorsque j'accompagne en coaching, c'est de donner une ordonnance ou figure : "Prendre 1h pour moi, pour faire quelque chose qui me fait plaisir". Les résultats sont étonnant.
Bon week-end
Madeleine