Se préparer psychologiquement à la retraite

Publié le par Madeleine Moreau

A 6 ans : « Qu’est-ce que tu feras plus tard ? »

A l’entrée du cycle supérieur : « Qu’elle voie vas-tu choisir ? »

A 16 ans : « C’est le moment que tu choisisses la filière universitaire ou haute école ! »

A 20 ans : « Comment perçois-tu ta carrière professionnelle ? »

A 30 ans : « Ce serait le moment que tu te poses dans ta vie ! »

A 35 ans : « As-tu pensé que tu arrives à la limites de l’âge d’avoir des enfants ? »

A 50 ans : «C’est le moment de revisiter ta vie et de poser tes objectifs pour la suite de ta vie ! » (cf mon dernier article)

A l’approche de la retraite : « C’est le bon moment de te préparer à regarder comment tu vas occuper tes journées lorsque tu auras terminé ta vie professionnelle ! » 

A 80 ans : « Je pense que tu as suffisamment travaillé durant toute ta vie, tu pourrais aller te reposer dans un home pour personnes âgées !!! »

Hé oui, nous passons notre vie à faire des projets pour notre avenir. Lorsque nous ne les faisons pas, ce sont les autres qui s’en occupent pour nous, que ça nous plaise ou pas !

Voilà pour le sourire du jour.

Revenons aux choses sérieuses : « Dans quelques années, quelques mois, vous fermerez la porte de votre vie professionnelle. Que ferez-vous alors ? »

 

Se préparer psychologiquement à la retraite

Si vous pensez que vous avez bien le temps d’y penser, que de toute manière vous n’êtes pas à cours d’idées, qu’il y aura toujours quelque chose à faire, allez quand même jusqu’au bout de cet article, d’autres idées pourraient bien germer.

Si déjà maintenant vous angoissez, rien que de penser que dans 3 – 4 ans il vous faudra occuper vos journées et que vous aimeriez arrêter le temps, alors cet article est pour vous.

Quand l’approche de la retraite fait naître l’angoisse

Vous avez travaillé toute votre vie, vous avez des collègues avec qui vous vous entendez bien, un boulot qui vous plaît avec ses hauts et ses bas, un bon salaire … bref, une vie bien remplie.

Il vous semble que le travail c’est toute votre vie et vous sentez en super forme pour continuer bien au-delà de l’âge fatidique, mais voilà, les bonnes choses ont une fin et rien que d’y penser, vous angoissez.

Qu’est-ce que je vais faire de mes journées après ? Comment est-ce que je vais pouvoir m’occuper ?

Ces questions sont présentes dans le cœur d’un grand nombre de personnes, sans distinctions de rang social, sans grandes différences entre le manœuvre ou le cadre supérieur.

Elles sont surtout présentes chez les personnes qui ont construit leur vie autour de la famille, des proches et du travail, sans avoir autrement de centres d’intérêts ou de hobbys ou encore d’engagements dans une association, un groupement.

Et plus le moment approche, plus l’angoisse monte. Elle se fait omniprésente, ne laisse plus de tranquillité à l’esprit qui ne cesse de se demander à quoi va ressembler l’à-venir.

Si vous vous retrouvez dans ces lignes, il est important que vous vous occupiez dès à présent de l’impact psychologique provoqué par ce délai qui s’ouvre devant vous. Il est temps de vous préparer psychologiquement.

Une bonne préparation psychologique pour ne pas déprimer

Je sais, vous vous dites que ce ne sera pas la fin du monde, que vous arriverez à traverser la tempête, que quelque chose se présentera à vous, qu’il y aura bien quelque chose à faire, etc. …

Pendant que vous vous dites plein de choses pour vous rassurer, votre monde psychologique est loin d’être rassuré, au contraire, il cherche à se raccrocher à quelque chose qui a du sens, à quelque chose qui le garderait en équilibre.

Ce monde psychologique, vous ne le connaissez peut-être pas, vous ne vous y intéressez pas particulièrement – c’est bon pour les névrosés – et pourtant, son activité a une influence notoire sur vos pensées, sur votre bien-être.

Mais revenons à l’approche de la retraite.

Quitter le monde professionnel passe obligatoirement par la nécessité de traverser un deuil.

  • Le deuil d’une habitude de vie – se lever tôt le matin, se rendre au travail, fournir un travail, accomplir des tâches précises …
  • Le deuil d’une vie avec des collègues, des partenaires – eux vont continuer et très vite, vous serez l’ancien/ne, une personne à la retraite …
  • Le deuil de ce qui vous faisait vivre et peut-être vibrer – entendez par là que vous étiez payé pour accomplir un travail, plus ou moins bien, j’en conviens, mais au moins cela donnait un sens à ce que vous faisiez …
  • Le deuil d’un environnement – cet environnement que vous avez fréquenté durant de nombreuses années ne sera plus le vôtre dans quelques années, vous devrez apprendre à vivre dans un autre environnement …
  • Le deuil de la reconnaissance – jusqu’à présent on vous reconnaît dans votre fonction, dans votre statut professionnel. Vous êtes une personne active, insérée dans le monde actif …
  • Le deuil d’un rythme de vie – si au début vous pensez que cela vous fera du bien, que vous vivrez comme si vous étiez un peu plus longuement en vacances, cette sensation peut devenir insupportable au bout de quelques mois …

Ces deuils, vous pouvez les vivre plus ou moins harmonieusement : tout va déprendre de votre santé psychologique.

Qui dit deuil dit également mort … sans mort, il n’y a pas de deuil.

L’entrée à l’âge de la retraite incite l’acceptation de la mort d’une vie professionnelle remplie, même si vous avez la chance de donner encore des coups de mains réguliers là où vous étiez auparavant.

C’est donc un VERITABLE changement qui s’annonce, un changement que vous pouvez préparer.

  • Pourquoi demande-t-on à un enfant de 5 ans ce qu’il fera plus tard ? Inconsciemment c’est pour l’aider à entrer dans l’apprentissage de la réalité écolière, dans ce changement qu’il va vivre entre ses journées de jeux et l’obligation d’apprendre à lire, à écrire, à compter …
  • Pourquoi demande-t-on à un pré-adolescent ce qu’il va faire plus tard ? Là aussi, inconsciemment, on le met dans une perspective nouvelle : réussir à l’école pour pouvoir entreprendre plus tard des études de niveau supérieures…
  • Pourquoi réagissons-nous face à un/e trentenaire qui ne s’est pas encore « posé/e » dans la vie ? Parce que, inconsciemment, nous suivons un cliché d’évolution de la race humaine qui nous dit qu’il faut atteindre un statut pour être dans la norme …

Chaque étape de la vie nous fait réagir inconsciemment pour ce qui, pensons-nous, est le mieux pour l’autre. Nous pouvons donc, agir consciemment pour une étape qui nous concerne plus spécifiquement, comme l’étape de la retraite !

Prendre le temps, 1 journée, pour réfléchir à ce que nous ferons lorsque le jour de la retraite arrivera, ce n’est pas si bête.

Cela est une occasion pour voir :

  • Les centres d’intérêts qui nous animent – et si nous n’en avons pas, de chercher ceux qui pourraient nous intéresser.
  • Les aspirations qui nous habitent et le comment nous pourrions aller vers leurs actualisations.
  • Les projets, les rêves que nous avons gardé au fond de nous sans jamais pouvoir les mettre en œuvre.
  • Les étapes que nous pouvons mettre en place - déjà maintenant – pas au moment où nous serons retraité/e, pour construire un pont entre la vie professionnelle et la vie de retraité/e.
  • Les choix que nous pouvons poser dès à présent, et parfois les plus grands changements que nous désirons accomplir pour que ceux-ci soient une suite réaliste dans le livre de notre vie.

C’est ce que je vous propose dans la journée de formation : « Se préparer psychologiquement à la retraite. »

Envie de réagir, d’avoir des précisions ? Intéressé/e à suivre la formation ?  N’hésitez pas à le faire via les commentaires ou à prendre contact.

Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching, Formations

Commenter cet article