Penser à ce que ferait l’autre : une idée pas si mauvaise

Publié le par Madeleine Moreau

Dans le développement personnel, il y a un fort accent sur la liberté et l’autonomie d’autrui, au point qu’il serait facile de penser que nous devons toujours prendre nos propres décisions, ne pas demander conseil, nous débrouiller par nous-mêmes.

Si vous vous êtes rendus/es à cette idée, est-ce que ça marche à tous les coups ? Est-ce que vous n’avez plus besoin des autres pour prendre une décision, pour faire un choix, quelque peu difficile ? Par exemple :

  • Vous désirez acquérir un bien immobilier
  • Vous devez changer de voiture
  • Vous voulez créer votre entreprise
  • Vous hésitez dans le choix d’une école pour votre enfant
  • Vous vous sentez titillé/e par des actions en bourse

Vous avez appris l’importance de prendre le temps nécessaire pour la réflexion. Vous avez fait la liste des avantages et des désavantages, vous avez avancé dans votre discernement et vous bloquez : vous n’arrivez pas à prendre une décision qui pourrait bien « basculer » votre vie.

Alors vous réfléchissez à d’autres moyens pour parvenir à prendre une décision. Vous demandez conseil à votre banquier, à votre garagiste, à votre voisin qui a créé son entreprise … vous demandez à vos proches ce qu’il serait bon de faire.

Vous vous retrouvez devant votre discernement avec une longue liste de suppositions et conseils qui devraient – normalement – vous aider dans votre choix. Vous bloquez toujours sur la décision : les désirs de vos proches vous influencent, les mises en gardes d’autres personnes influent également au moment de prendre votre décision.

Vous ne savez pas ce qui serait vraiment bon pour vous !

Avez-vous pensé à ceci ?

Il peut arriver qu’un discernement, aussi bien mené qu’il puisse l’être, ne nous conduise à prendre une décision.

Alors on retourne la question, on regarde d’autres possibilité, on cherche une autre manière d’approcher le problème … 

Penser à ce que ferait l’autre : une idée pas si mauvaise

Avez-vous déjà essayé de penser à une personne et de vous demander : « Et elle, qu’est-ce qu’elle me dirait, que ferait-elle dans ma situation ? »

Ce n’est pas une personne que vous allez voir physiquement, c’est une personne à qui vous pensez à certains moments de votre vie, une personne qui, d’une certaine manière, représente votre « ange sur terre ». (Oui, je sais, c’est très imagé, mais c’est ainsi que j’aime nommer mes liens visibles et invisibles.)

Disons, si cela vous gêne, qu’il/elle peut correspondre à une personne que vous admirez, qui vit les valeurs et buts que vous recherchez réellement. (En ce qui me concerne, j’ai une certaine admiration pour Barak Obama, pour Nelson Mandela, pour Mère Térésa …). Ça peut aussi être un personnage célèbre, un héros de film, un thérapeute qui vous a aidé à une période de votre vie, une personne décédée … Si vous êtes un adepte de la visualisation, ça peut être le futur de vous après avoir pris la décision. En d’autres mots, ce lui/elle constitue un modèle pour vous.

Essayez alors de vous imaginer être en relation directe avec cette personne, demandez-lui comment elle réagirait face à votre questionnement, comment elle voit le problème ou la situation, ce qu’elle ferait à votre place.

Cela peut vous paraître complètement fou.

Laissez-moi vous partager un de ces « entretiens » qui reste gravé en moi :

Il y a quelques années, je me trouvais au bord d’une rivière, là où le pont qui se trouve sur l’image de ma page d’accueil se situe.

Je traversais un moment difficile et je n’étais pas du tout sûre de la décision que j’avais prise quelques semaines auparavant, ce qui me conduisait à ne pas savoir quels choix s’imposaient à moi.

J’étais là, assise au bord de l’eau et j’ai pensé à une personne précise qui était importante pour moi, même si je ne l’ai jamais rencontrée de son vivant.

Ce qui a été extraordinaire, c’est que j’ai ressenti sa présence, comme si elle était venue s’asseoir à côté de moi.

Je lui ai parlé de mon questionnement, je lui ai dit les choix que j’entrevoyais, sans trouver une réponse claire et précise. Je lui ai demandé « Que feriez-vous à ma place ? »

Au plus profond de moi j’ai entendu : « Tu as tout ce qu’il te faut, continue ton chemin ».

J’ai regardé autour de moi. Le vent avait cessé, les feuilles ne tombaient plus sur l’eau, tout était calme. Je savais quel choix j’allais poser pour le futur de ma vie.

Cette option, on n’en parle généralement pas. Elle peut sembler farfelue, un peu olé olé, mais je l’ai testée quelques fois et les résultats peuvent être tout simplement renversants.

Si vous faites l’exercice, vous n’aurez peut-être pas la réponse immédiate, il est même possible que vous choisissiez une autre solution que celle à laquelle vous aviez pensé ou que votre modèle vous aurez soufflé dans votre cœur.

Ce qui est important de voir, c’est que cela vous permet d’approcher la problématique sous un angle nouveau, de porter un regard neuf sur ce que vous mettez en jeu.

Si c’est un exercice que vous avez déjà pratiqué, pourquoi ne pas partager votre expérience dans un commentaire ? J’en serais ravie.

Je vous souhaite une excellente journée, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article