Quand nos idées, nos préjugés influencent nos choix

Publié le par Madeleine Moreau

« Jamais je n’irais dans une manifestation qui réclame un changement de direction »

« Mes parents ont toujours suivi ce parti, je dois faire comme eux »

« Il ne faut jamais planter ses salades au moment de la pleine lune »

« Je n’arriverais jamais à réussir cette recette »

 Quel est le mot dangereux dans ces affirmations ?

C’est: jamais !

Et combien de fois le dites-vous dans une journée ? Dans une discussion ? Combien de fois revient-il dans vos pensées ?

Si vous regardez bien, « jamais » est relié à une idée, à un préjugé, à une directive que vous donnez à votre vie.

Ces choses qui sont inscrites dans notre cerveau

Elles semblent indélébiles.

Cela fait si longtemps que nous les avons enregistrées. Et si, parfois, il y a comme un défaut dans la bande sonore de nos pensées, elles retrouvent toute leur sonorité à la moindre esquive. 

 

Quand nos idées, nos préjugés influencent nos choix

Regardez, toutes ces idées que vous prenez pour des vérités vraies, combien sont fondées sur ce qu’on vous a dit ou tenté de faire croire. Au point que même lorsque vous avez la preuve noir sur blanc, vous revenez quand même à la notion inscrite dans votre cerveau.

Le problème, c’est que vous faites souvent des choix à partir de ces idées, vous refusez la nouveauté ou de nouvelles expériences à cause des préjugés que vous avez acquis, bien souvent, il faut le reconnaître, inconsciemment.

Il est possible de corriger

Ces idées, ces préjugés, qui, à votre insu vous font faire des choix contraires à ce que vous aimeriez profondément, vous pouvez les corriger.

Je sais, cela va faire sourire quelques personnes. Sans doute vous. Vous avez déjà essayé et le résultat est un peu bof.

C’est logique si vous pensez qu’il suffit de changer la pensée par quelque chose de positif pour que votre vie soit différente.

Prenons un exemple : Vous cherchez depuis des mois un travail, mais toutes vos recherches sont vaines, n’aboutissent pas. Votre moral dégringole, plus vite que vos économies. Vous vous dites : jamais je ne retrouverai un boulot. Vous pensez : je ne serais jamais engagé à mon âge, à cause de ma maladie, parce que je manque de compétences, etc.

Et vous lisez mon article, Alors vous vous dites (une pensée) : Je vais trouver un boulot, je vais être engagé malgré mon âge, même si je suis malade, sans qu’on me demande si j’ai un CFC …

Vous vous répétez cette affirmation 10X, 20X, 30X durant la journée et cela pendant 15 jours … et résultat : vous n’avez toujours pas reçu de réponses favorable !

Alors vous vous dites : « C’est du vent, ça vaut rien, j’ai perdu mon temps, je me suis fait avoir … »

Vous l’avez compris, ce n’est pas la bonne solution. Il ne suffit pas de retourner la médaille pour avoir la bonne image. Or, c’est souvent ce qui est proposé comme moyen de changer une situation.

Derrière ce : « jamais » il y a une idée : l’idée, ou, si vous préférez, l’image que vous avez de vous, l’idée que vous vous faites de la motivation, du marché du travail, il y a l’idée et l’image de ce que vous avez et de ce que vous aimeriez avoir. Cette idée a des racines en vous. Il y a aussi des préjugés que vous nourrissez sans en avoir vraiment conscience : Les RH ont déjà leurs idées sur quelqu’un comme moi – A mon âge je ne suis plus intéressant/e dans le monde professionnel – Ce n’est pas le bon moment, il y a la crise, et puis les autres sont plus compétents que moi, etc … Vous avez des préjugés sur le fonctionnement de l’entreprise : Ils n’engagent que des étranger … Vous avez des préjugés sur les contrats à durée déterminée qui sont de véritables pièges pour avoir un salaire minimum … etc. etc.

Si vous n’entrez pas dans une recherche de détection des racines qui vous font agir comme vous le faites à présent, il y a peu de chances pour que les choses évoluent. Vous attirez exactement ce que vous pensez, vous fermez les portes qui sont ouvertes à cause de vos préjugés.

Une fois la racine trouvée

Restons sur l’exemple que je vous donne.

Vous avez trouvé la racine, vous savez pourquoi vous réagissez de telle ou telle manière, vous commencez à corriger le fil de vos pensées, vous allez avec plus de motivation aux entretiens.

Normalement, vous vous dites que devriez trouver du travail et ce n’est pas le cas !

Cela peut être une réalité : la réalité du marché du travail et la réalité de ce que vous demandez, de ce que vous recherchez.

Mais une chose est certaine : Le simple fait que vous ayez corrigé le contenu de vos idées, que vous ayez rectifié le relief de vos préjugés aura des répercussions dans votre vie.

Tout est lié

Ces idées, ces préjugés que vous nourrissez, vous pensez qu’ils ne touchent qu’un secteur de votre vie ?

Détrompez-vous, l’infiltration se fait dans tous les secteurs de votre vie : professionnelle, familiale, relationnelle, personnelle.

Au commencement, les conséquences sont perçues dans le secteur le plus fragile. Dans mon exemple, c’est le monde professionnel. Le moment où les conséquences toucheront les autres secteurs ne tardera pas – votre vie relationnelle sera touchée, à commencer par vos plus proches : conjoint/e – enfant/s. Votre vie personnelle, c’est-à-dire : votre moral, vos ambitions, vos projets, vos aspirations seront également touchées.

Et, comme nous n’avons pas qu’une seule idée, un seul préjugé, les autres surgiront dans ces moments fragilisés : Qu’est-ce que vos parents diraient ? - Comment vos parents auraient-ils réagis ? -  Qu’est-ce qu’on vous disait à l’école ? – Que idéal aviez-vous il y a 10 ans, 20 ans ? – Contre qui, contre quoi réagissiez-vous il y a quelques années ? Tout est lié, vous êtes, d’une certaine manière, conditionné/e à réagir de cette façon.

Je dis bien « conditionné/e », et vous pouvez changer cela.

C’est vrai, vous pouvez le faire seul/e, en vous prenant en main, en essayant de défaire ces nœuds. C’est possible, c’est laborieux, c’est long. Vous pouvez également commencer à défaire ces nœuds en étant accompagné/e, en vous inscrivant, par exemple à une journée de formation qui va vous permettre de prendre conscience de l’intensité des idées, des préjugés qui conduisent votre vie. Vous pouvez demander une aide plus ciblée : la psychothérapie en est une, le coaching de vie en est une autre, la médicalisation une autre encore.

L’important est que vous sortiez de ces clichés qui sont, pour le moment, votre vérité, votre manière de voir les choses.

Je vous souhaite un bon début de semaine, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching, Formations

Commenter cet article