Faire un bilan de vie : Pourquoi ?

Publié le par Madeleine Moreau

Il y a quelques jours, ma voiture était au garage pour un grand service. Ma voiture va bien, elle ne me pose aucun problème. Pour moi, ce n’était qu’un service de routine, histoire de remettre un peu d’huile, de contrôler la pression des pneus. Oui, mais voilà, il y a eu pas mal de pièces à changer …

J’avais également rendez-vous chez mon médecin, j’y allais juste pour une prise de sang. Cela faisait déjà pas mal de temps que j’avais eu un contrôle complet, donc, c’était le moment de refaire d’autres analyses. Je ne voyais pas pourquoi, étant donné que je me sens bien, en parfaite santé. Heureusement, toutes les analyses étaient bonnes !

Avant la fin de l’année, il faut que j’aille faire un contrôle chez mon Ophtalmo et là, je sais que tout n’est pas parfait … mais bon, on verra …

Voilà 3 cas pour lesquels un bilan s’avère nécessaire. Cela ne me pose pas de problème. 

Faire un bilan de vie : Pourquoi ?

Par contre, ce qui m’a posé un véritable problème il y a quelques années, c’est le jour où il m’a été proposé de faire un bilan de vie … juste avant de m’engager dans une voie qui allait complètement changer ma vie. Je ne voyais vraiment pas la raison de faire ce bilan de vie. - Merci, mais mon monde psychologique se porte très bien, j’ai pas besoin qu’on vienne y bousculer quoi que ce soit !

Et pourtant, tout n’allait pas vraiment très bien. Cela m’a conduit à un long travail sur moi, comme dirait l’autre, il y avait du boulot ! Je ne regrette rien, bien au contraire.

Et vous ? Avez-vous déjà pensé à faire un bilan de vie ?

Comme moi sans doute, et comme tant d’autres, vous pensez que c’est une bonne chose pour votre voiture, pour votre santé, mais pas pour votre santé psychologique.

Aujourd’hui j’aimerais vous aider à changer d’avis.

Approche d’un bilan de vie

Il y a quelques années, le bilan de vie était nécessaire au début d’un cheminement de développement personnel, ou après quelques mois de tâtonnement. C’était un moyen extraordinaire pour définir clairement quelles sessions, quels stages seraient utiles pour progresser rapidement dans sa vie.

Aujourd’hui, ce moyen est de moins en moins prisé, ce qui est une erreur puisqu’elle fait perdre un temps considérable dans le cheminement.  C’est un peu comme si votre voiture pouvait rouler durant 200’000km sans que vous ne changiez l’huile, les pneus, les plaquettes de frein … ou encore comme si vous viviez 100 ans sans jamais avoir besoin d’aller chez le médecin … pour faire plus court, comme si vous n’aviez jamais besoin de rééquilibrer votre alimentation.

Cependant, le simple fait de parler d’un bilan de vie fait peur. C’est la raison pour laquelle il serait plus judicieux de parler d’auto-évaluation. Ça, au moins, vous connaissez. Il est difficile de passer à côté durant sa vie professionnelle.

Vous pouvez donc faire une auto-évaluation de votre vie psychologique. Ce n’est pas très difficile, cela demande un peu de temps et surtout de porter un regard de vérité sur soi. Mais, au moins, vous saurez quelles directions ou secteurs demandent de votre part une plus grande attention.

S’auto-évaluer : Un processus plus simple qu’il n’y paraît !

Etant donné qu’il s’agit d’un bilan de vie il s’agit, dans un premier temps de porter un regard global sur sa vie, c’est-à-dire, sur : 20 – 30 – 40 – 70 ans de vie passée.

Ouille, ouille, ouille, direz-vous.

La meilleure manière de commencer est d’écrire les différents composants de votre vie, à la manière d’une liste, sans chercher à trop y réfléchir. Cela pourrait donner :

  • Vie amoureuse et affective
  • Vie personnelle
  • Vie émotionnelle
  • Vie professionnelle
  • Histoire de vie
  • Relations humaines (famille, amis proches)
  • Etudes et carrière
  • Centre d’intérêts
  • Passions
  • Compétences
  • Spiritualité
  • Finances
  • Santé
  • Environnement matériel
  • Autres …

A vous de vous servir de ces quelques pistes pour établir votre liste, pour ensuite la mettre par ordre d’importance, c’est-à-dire en commençant pas le composant qui vous semble le plus important.

Maintenant, je vais vous inviter à donner une note à chaque composant. Dans le monde professionnel il existe plusieurs notation et vous connaissez sans doute les fameux : AA+ / AA+++/ AA++++++ (en ce qui concerne l’énergie) ou les : TB / B / AB / IB (à l’école). Personnellement, je préfère la graduation qui va de 0 à 10. J’ai une image plus précise : une échelle. Prenez, quand à vous, la notation qui vous parle le plus.

Mais, vous le devinez sans doute, votre notation doit suivre un questionnement, donc reposer sur quelque chose de concret sinon, à quoi cela servirait-il ?

Voici en exemple ce que cela va donner :

Vie amoureuse et affective – Quel est le niveau  que je me sens vivre en amour et/ou en affectivité ? 8

Vie personnelle – Puis-je dire que je me vis en adéquation avec ce qui représente le sens de la vie pour moi ? Ai-je la sensation d’avoir réalisé ce qui me tient le plus à cœur ? 6

Vie émotionnelle – Où en suis-je dans la gestion de mes émotions ? 5

 Etc ….

Vous voyez le principe ?

C’est en vous posant des questions le plus clairement possible, et, bien sûr, en lien avec le composant que vous pouvez sentir la graduation la plus précise.

A quoi peut vous conduire votre auto-évaluation ?

Si vous avez répondu en vérité, vous découvrirez des notes qui sont en-dessous de 8 ou qui comporte des B.

Vous pouvez maintenant « peaufiner » votre bilan de vie, c’est-à-dire, poser des diagnostiques. Reprenez tous les composants qui sont en-dessous de 8 et pour chacun laissez venir en vous la réponse aux questions suivantes :

Qu’est-ce que je pourrais changer ?

Qu’est-ce que j’attends de ma vie ?

Comment puis-je donner plus d’importance à ce composant ?

Si j’arrivais à me mettre un 9 ou un 10, comment serait ma vie ?

Ce que je vis, est-ce une entrave, un obstacle, une frontière infranchissable dans ma vie ou puis-je aller plus loin ?

Vous avez à présent une perception plus grande du relief de votre vie psychologique. Il est bien possible que vous ayez devant vous la photographie des points que vous pourriez prendre dans un accompagnement en coaching de vie.

Ne prenez pas tout en même temps, mais fixez-vous des objectifs réalisables. Par exemple : Je découvre que je n’ai jamais défini le sens que je veux donner à ma vie, j’ai la sensation de faire un travail qui ne me correspond pas et de ne pas pouvoir profiter pleinement de la vie. Je vais donc faire quelque chose pour combler le fossé que je ressens.

Je vous souhaite un très bon week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Commenter cet article