Si vous avez tendance à vous plaindre

Publié le par Madeleine Moreau

Il y a des gens qui sont comme ça, ils n’arrêtent pas de se plaindre !

Dès que l’occasion se présente, ils mettent en avant leurs petits bobos, leurs sentiments embrumés, leurs problèmes – qu’ils sont importants ou pas – en bref, ils ne sont jamais contents !

Se plaindre de ce qui ne va pas, au fait, c’est tout à fait « normal » et nous le faisons tous et toutes à certains moments. 

Si vous avez tendance à vous plaindre

C’est un peu l’effet que provoque un vieux canapé qui s’affaisse avec le temps. Vous pouvez vous y asseoir tous les jours, sentir vos dorsales se tasser, vos reins grincer sans rien dire, jusqu’au jour où vous en avez marre, plus que marre. Et là, vous n’arrêtez pas de parler de ce canapé qui est une torture pour votre dos, vous prenez tout le monde à témoin, je devrais dire qu’il y a un moment où tout votre entourage est au courant que vous avez un canapé qui vous fait des misères. Votre plainte s’arrête à partir du moment où vous le remplacez par un neuf … et votre nouveau canapé est sujet de louanges pour les années qui viennent !

Pourquoi nous plaignons-nous ?

Quelles sont les raisons qui font que nous avons besoins de dire ce qui ne va pas, parfois au point de ne plus pouvoir parler de ce qui va bien ?

Au départ, il y a toujours quelque chose que nous ne supportons pas, qui devient trop lourd à porter, qui est pesant. Nous sentons bien qu’il nous faudrait agir, faire quelque chose, mais nous n’y arrivons pas. Nous ne savons pas comment nous y prendre, ce qui nous embête profondément semble n’avoir aucune issue.

Toutes nos émotions se concentrent autour de ce qui ne va pas bien en nous. Celles-ci s’amplifient, se gonflent et rien ne semble les atténuer. Alors nous en parlons de long en large, comme si nous espérions que les autres vont souffler sur ces gros nuages et les faire disparaître … mais les résultats sont bien maigres.

Cette concentration d’émotions négatives est due principalement à un besoin qui n’est pas assouvi.

Encore faut-il savoir quel est ce besoin qui n’est pas assouvi. Parfois il peut s’agir de plusieurs besoins qui sont là depuis des années et qui n’ont jamais reçu de réponse satisfaisante. Nous pouvons alors parler de plaintes répétitives.

Des besoins qui demandent à être entendus

Partons du fait qu’il y a, dans notre plainte, un besoin qui n’a pas été assouvi.

Vous avez peut-être appris qu’il n’est pas juste de chercher auprès des autres une réponse à nos besoins, qu’il n’y a que nous, parce que nous sommes adultes, qui pouvons donner une réponse à notre besoin.

C’est vrai dans plus de 80% des cas, il en reste quand même une vingtaine … Ce qui se passe, lorsque nous nous plaignons aux autres, c’est que nous ne faisons aucune différence, tout est mis dans le même sac.

Alors nous entrons dans une attitude qui pourrait fortement ressembler à une demande d’aide : « Aide-moi à sortir de mon mal-être ».

Autrement dit, nous faisons tout notre possible pour que l’autre, les autres, apporte/ent une réponse à notre besoin. Et, le seul moyen que nous pensons avoir à notre disposition, est de nous plaindre, de garder les yeux fixés sur ce qui ne va pas, de tourner en rond sur ce qui ne va pas.

Résultat, nous récoltons exactement le contraire de ce que nous recherchons … au début, il nous semble que nous allons être entendu/e et au bout d’un moment, nous sentons que nous recevons en retour de l’agacement … qui aime écouter des jérémiades à longueur de journées, voir durant des jours, des semaines ?  

Ce qu’il faut retenir pour aujourd’hui

Je pourrais continuer l’article et vous parler de ce que vous recherchez réellement lorsque vous vous plaignez.

Je pourrais vous donner des pistes pour exprimer plus justement ce besoin qui demande à être assouvi.

Je pourrais vous apporter quelques indications vous permettant de réagir lorsque quelqu’un vous prend pour cible de sa plainte.

Je le ferais dans un prochain article.

Pour l’instant, je vous laisse observer ce qui se passe en vous lorsque l’insatisfaction devient trop lourde à vivre … à qui, vers qui parlez-vous de votre insatisfaction et comment le faites-vous ?

Je vous retrouve la semaine prochaine.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article