Le bonheur des choses simples

Publié le par Madeleine Moreau

Nous avons la chance de vivre dans un pays où nous avons TOUT pour être heureux … théoriquement.

Il suffit de regarder les infos pour conscientiser un peu plus cette chance : nous ne sommes pas confinés dans un camp, nous n’avons pas à attendre qu’un pays nous ouvre ses portes, nous ne sommes pas soumis à une dictature qui contrôle notre vie et notre pensée. …

Chez nous, - je parle de notre « belle Europe » - tout est calme, tranquille, sécurisant, … le paradis … quoi !

Ok, redescendons sur terre. Tout n’est pas rose non plus. Certains pays Européen sont dans la poisse, d’autres s’en sortent mieux. Les temps sont difficiles pour un bon pourcentage des populations. Cependant, les apparences veulent nous faire croire que TOUT est à notre portée pour que nous soyons des êtres heureux.

Une certaine vision du bonheur

Depuis quelques décennies, la technologie, la recherche scientifique, la santé, le savoir, ont évolué en suivant une courbe ascensionnelle continue.

Cette évolution a un prix : Le prix de la croissance économique qui ne peut se permettre de perdre son bénéfice. Le prix que doit mettre le consommateur pour sauvegarder cette fameuse croissance économique.

Et c’est ainsi que nous nous habituons petit à petit à essayer d’atteindre un nouveau modèle sociétaire, celui de la « vie idéale », celui du « bonheur de posséder ».  Un modèle basé sur la consommation, sur le toujours plus.

Vous vous demandez où je veux en venir ?

C’est très simple. Lorsque nous croyons que c’est lorsque nous possédons tout ce qui est à notre disposition que nous serons plus heureux, nous nous trompons énormément.

Nous y croyons car c’est bien ce qu’on veut nous faire croire.

Ainsi, on veut nous faire croire que nous ressentirons beaucoup, énormément de bonheur au volant du dernier modèle qui vient de sortir, que nous serons en relation avec le monde entier avec le tout dernier modèle informatique, que nous serons surprotégé – super sécurisé en acquérant le tout dernier pack assurances, que nous passerons de merveilleuses soirées en faisant l’acquisition du dernier écran plat avec son pack offrant 600 chaînes en même temps, que nos enfants seront heureux et épanouis s’ils revêtent la plus grande marque vestimentaire faite spécialement pour eux, qu’ils vous seront reconnaissants si vous prévoyez telles douceurs – telles boissons – tels plats conçus eux aussi spécialement pour eux.

Je pourrais continuer … mais où je veux en venir aujourd’hui c’est à cette constatation : nous ne sommes pas plus heureux !

Je côtoie toujours plus de personnes qui vivent une déprime récurrente : chômage, endettement, assistance sociale, isolement, solitude, maladie chronique … en sont bien souvent la cause.

Le fossé entre ce que l’on voudrait nous offrir et ce que nous pouvons réellement nous offrir est parfois très – très large.

Le bonheur « au ras des pâquerettes »

Le bonheur des choses simples

Il y a dans ce monde complètement dingue des choses extraordinaires qui se produisent. Des choses tellement simples qu’on pourrait se demander si elles sont susceptibles d’apporter ou de créer des moments de bonheur.

Voici deux évènements qui, pour moi, traduisent ce que veut dire : au ras des pâquerettes.

Il y a un mois, un grand marché aux puces, dans ma paroisse, était organisé. C’est un évènement qui existe depuis plus de 30 ans.

Je me souviens ; Au début, la file d’attente commençait 2heures avant l’ouverture des portes et celle-ci remplissait les rues du quartier.

Meubles – vaisselle – vêtements – chaussures – presque tout trouvait un nouvel acquéreur et le stock diminuait à vue d’œil, ce qui faisait souci aux organisateurs car il fallait, tout au long de l’année, trouvé de nouveaux donateurs.

Actuellement, le marché aux puces a toujours autant de marchandise à disposition, mais … les gros meubles, la vaisselle des grands-parents, les tableaux, les tapis, les tapis, les cassettes vidéo …  ne trouvent plus d’acquéreurs. Résultat : une grande partie part à la récupération.

Cette année, cependant, une partie – une toute petite partie – a été donnée à une famille qui n’avait rien. Il leur fallait des meubles, (lits – armoires – table – chaises) des luminaires …

J’étais présente et je peux vous dire que la joie, le bonheur de cette famille qui recevait juste le nécessaire était immense.

Il y a quelques jours, je participais à un évènement « troc d’habits et de jouets » pour enfants.

Cet évènement a lieu 2x par an sur la commune.

Bien sûr, les mamans cherchent à vendre ce qui est encore en bon état de leurs bouts ’chou et le bénéfice leur permet de mettre un peu de beurre dans les épinards. Mais elles ne vendent pas tout.

Alors, ce printemps et cet automne, il leur a été proposé de laisser ce qu’elles désiraient pour donner à SOS-Mamans.

Je ne vous dis pas le nombre de cartons qui a été donné, c’est impressionnant.

Et je peux m’imaginer la joie de dizaines de jeunes mamans en détresse qui, ces prochaines semaines, vont recevoir juste ce qui leur est nécessaire pour mieux démarrer dans leur vie de mamans.

C’est cela que j’appelle le bonheur au ras des pâquerettes.

Le matérialisme, dans le fond, n’est qu’une vision de la vie minimaliste qui peut nous éloigner du bonheur à l’état pur. A force d’accumuler des « richesses », nous achetons pour acheter et nous avons besoin de toujours plus pour posséder autant que tout le monde. C’est un cercle vicieux.

Mais, le bonheur ne s’achète pas. Le bonheur se vit de l’intérieur, dans les petites choses simples de la vie comme :

  • Aider quelqu’un dans le besoin en se séparant un peu de notre superflu
  • Une promenade dans la nature et la capacité de s’émerveiller devant ce qu’elle nous offre
  • Sentir la chaleur du soleil sur son visage alors que le cœur est dans la tempête
  • Regarder ses enfants grandir et leur apporter une réponse à leurs besoins existentiels
  • Prendre soin de sa famille
  • Vivre des moments de partage et de complicité avec son/sa conjoint/e, ses amis
  • Etc.

Des petites choses simples, qui sont là à notre portée, tout au long de l’année, 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

C’est ce que je vous souhaite de découvrir ou de redécouvrir dans votre vie.

Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

 

Commenter cet article