Traverser les crises

Publié le par Madeleine Moreau

Traverser les crises

17 décembre 2015

Je me souviens du moment où je marchais sur ce terrain.

Il n’y avait rien que du sable, du sable et encore du sable, avec, aux creux des dunes, des espaces de sable un peu plus durs qui formaient des reliefs tellement beaux. Le Sahara, c’est cela.

Le désert …

Il peut être également imagé dans les moments de crise. Je ne parle pas de la crise de l’emploi, de la crise économique, financière, même si celles-ci sont également des paysages de désert pour les personnes qui les traversent.

Je pense aux crises d’existences que j’ai traversées, aux moments où je me suis sentie en perte d’équilibre, de points de repères.

C’est aussi une traversée du désert. Un désert intérieur.

Quand j’étais en plein dedans, je ne voyais plus rien. Il n’y avait plus rien. Les proches, les amis/es, ce qui d’habitude fait battre mon cœur, ce qui me passionne généralement, au milieu de la crise, il n’y avait plus rien.

Vivre une crise, c’est aussi toucher de près, de très près la solitude, le silence, le sentiment d’abandon, le vertige de la verticalité, le manque … les manques … A l’intérieur de soi c’est le désert.

Lorsque je regarde ces crises … je ne dirais pas : subies … mais accueillies et traversées, je vois qu’elles m’ont permis de grandir, de voir les choses autrement, de trouver des ressources qui existaient malgré la rudesse du moment, de rassembler mes forces pour atteindre des puits régénérant, de me rendre aux frontières du désert – là où il était possible de semer et de cultiver.

Si je peux voir cela aujourd’hui, c’est parce que ces crises, je les ai traversées. En plein dedans, je ne voyais rien. Les futures … cela risque encore d’arriver … j’aurais à les traverser à nouveau et je ne me souviendrais pas de ce que je viens d’écrire car chaque expérience apparaît toujours comme nouvelle.

Et vous ? Comment traversez-vous les crises ?

A demain.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

 

Commenter cet article