Une prise de vue qui devient une prise de conscience

Publié le par Madeleine Moreau

Une prise de vue qui devient une prise de conscience

8 décembre 2015

Normalement, cette photo devait directement rejoindre la poubelle car elle est vraiment ratée.

Le numérique, y’a rien de mieux.

Lorsqu’il s’agissait d’une pellicule, impossible de savoir si les prises de vue étaient loupées ou pas.

Mais, pourquoi ai-je quand même gardé cette prise de vue ?

Très franchement, je ne sais pas.

Peut-être que sur le moment je me suis dit que cela pourrait être une magnifique photo pour un photo langage, il est vrai que je choisis souvent ce qui peut représenter des métaphores.

En choisissant les photos pour ce calendrier de l’Avent, celle-ci s’est mise comme une évidence, allez savoir pourquoi.

Cependant, lorsque je la regarde, je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle représente bien certaines situations de ma vie.

Derrière, il y avait un magnifique paysage, celui que je voulais immortaliser. Mais voilà, il y avait devant moi un grillage. Cela ne m’a pas semblé être un problème puisque sur mon appareil j’ai cette possibilité de zapper le premier plan pour ne prendre que l’arrière-plan, c’est-à-dire, le paysage, ni vu, ni connu !

Dans ma vie, au niveau psychologique, c’est souvent la même chose. Je sais qu’il y a un problème. Par exemple : Ce que je viens de vivre dans une relation me rappelle amèrement une situation vécue il y a quelques années et que je n’ai toujours pas digéré. Résultat, je réagis comme auparavant, sans parvenir à passer à autre chose – le grillage. Je m’oblige à penser à autre chose, à voir autre chose, à faire comme si ça n’existait pas, à croire que c’est sans importance.

Et c’est ainsi que je laisse dans ma vision des évènements qui pourraient avoir été résolus depuis longtemps si j’avais pris soin de bien régler ce qui obstrue mes émotions et mon regard.

Aujourd’hui, je me dis que c’est vraiment trop bête de garder tant de clichés qui ne me servent à rien, si ce n’est à faire ressurgir des problèmes qui devraient être résolus depuis longtemps.

Et vous, avez-vous dans votre mémoire des photos que vous pourriez jeter ?

A demain.

Savez-vous ce que j’aime ?

Me promener tôt le matin, surtout lorsque nous sommes en montagne, comme cet automne.

L’air devient un peu plus frais durant la nuit et le soleil met un peu plus de temps avant de sécher l’humidité de la nuit.

C’est un spectacle féérique que je contemple en regardant la végétation. Tout d’abord parce la rosée laisse comme des diamants éphémères, impossible de les ramasser. Ils ne sont là que pour quelques instants.

Les herbes déjà séchées, celles qui vont rester vertes au cœur de l’hiver et les petites toiles tissées par les araignées, quel magie.

Cette rosée du matin me fait penser aux larmes qui peuvent couler le long de mes joues lorsque quelque chose me touche profondément.

Je ne parle pas des larmes issues d’une souffrance, mais celles qui viennent toucher une émotion joyeuse, tendre, douce.

Instinctivement je les essuie d’un revers de ma main, presque honteuse de « pleurer » pour quelque chose de beau … parce que … un tableau, le travail d’un artisan, un coucher de soleil, un morceau de musique peuvent avoir cet effet de faire couler des larmes.

Mais, entre nous, est-ce si difficile de les recevoir comme une rosée qui se donne pour nous montrer que nous pouvons avoir une belle sensibilité ?

C’est ce que je vous souhaite si cela vous arrive ces prochains jours.

A demain

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr ! 

 

Commenter cet article

arcenciel 08/12/2015 18:59

Elle superbe cette photo, un cœur qui devient toujours plus lumineux, comme la vie au départ.
Mes problèmes m'ont plongées dans les ténèbres, en travaillant avec toi, peu à peu je retrouve la lumière de la VIE. Beaucoup de succès pour cette semaine, bisous.

Madeleine Moreau 08/12/2015 22:36

Coucou Arcenciel
Oui, tu vois maintenant un peu plus la lumière de la VIE. Prends-en soin.
Bonne journée
Madeleine