Quand il s’agit de se concentrer sur une chose

Publié le par Madeleine Moreau

Quand il s’agit de se concentrer sur une chose

Je prépare, généralement, mes interventions à l’avance, même s’il m’arrive de le faire au dernier moment, à l’arrache. Observation faite, je suis beaucoup plus à l’aise dans ce que je prépare à l’avance, simplement parce que j’ai eu le temps d’entrer dans la matière, j’ai pris le temps de me laisser habiter par le sujet.

Généralement, cela se passe plutôt bien, car j’ai un petit truc, j’y pense bien avant de me mettre au travail. Mais, il m’arrive aussi, d’avoir tout orchestré dans ma tête, et, devant la tâche, de ne pas parvenir à me concentrer pour aligner mes idées, pour trouver la bonne configuration que je désire donner à mon travail.

Je vous parle de mon travail et je sais qu’il est un peu particulier par rapport au vôtre, mais, je ne serais pas étonnée si mon expérience vous parle. Vous connaissez ces moments où il vous semble impossible de vous concentrer, où vous gaspillez votre temps à faire des choses qui sont sans importance, où, lorsque vous revenez à ce qui est urgent ou essentiel, vous ne parvenez pas à trouver toute la concentration qui vous est nécessaire. Le moindre bruit (surtout le petit bip qui vous annonce qu’un message vient d’être posté) ou le vol d’une mouche au-dessus de votre tête vous déconcentre et vous fait partir ailleurs. Si c’est votre cas, voici quelques pistes qui peuvent vous aider – qui peuvent – je les connais bien ces pistes, et j’en connais l’efficacité, sauf lorsque le manque de concentration est due au fait que ce que je dois faire ne m’intéresse pas ! Ces pistes sont aidantes si vous vous passionnez pour ce que vous faites.

Retrouver la concentration

Prenez du recul face à ce que vous avez à faire. Oui, je sais, cela peut vous paraître bizarre. Cependant, il ne vous sert à rien de rester la tête plongée dans votre travail dans l’attente de retrouver un semblant de concentration. Prenez du recul.

Personnellement, je regarde par la fenêtre – j’ai une vue merveilleuse sur des jardins et des arbres – je peux également me laisser « happer » par quelque chose, comme une feuille qui a séché à la base de mon orchidée ou un minon de poussière qui s’est formé au pied de l’armoire. Se rendre aux toilettes est aussi une bonne pise de recul, ou vous lever, étendre les bras vers le haut, les redescendre sur vos épaules et prendre le temps de bien respirer : 2 – 3 minutes sont suffisamment bonnes pour vous permettre d’oxygéner vos neurones et retrouver le chemin de la concentration.

Souvent, on s’arrête là. Je vous invite à faire un pas de plus avant de vous remettre au travail : Réfléchissez à ce que vous avez à faire, maintenant.

Si vous avez perdu votre concentration, c’est que vous pensiez à d’autres choses, plus attrayantes, plus sympas. Réfléchissez à ce qui est le plus important, à ce qui est le plus urgent. Il y a peut-être plusieurs choses qui vont se présenter à vous, ne retenez qu’une chose.

Il peut arriver que ce soit tout autre chose que ce que vous faisiez au moment où vous avez perdu votre concentration. Il m’arrive parfois que le rappel que je dois téléphoner pour demander un rendez-vous revienne tellement fort en moi que je n’arrive plus à me concentrer sur ce que je faisais.

Si c’est le cas pour vous, cela peut être la chose la plus importante à faire avant de vous remettre au travail. Votre pensée a besoin de se libérer pour ne plus entraver votre concentration. Alors, faites-le.

Une fois que cette chose « importante » est faite, même si elle vous a fait perdre du temps, plus de temps que ce que vous pensiez, remettez-vous à votre tâche initiale.

Donnez-vous une règle : interdisez-vous toute distraction. Il se peut que vous prenne l’envie d’aller vérifier quelque chose – ai-je fait ceci ou cela ? – C’est une pensée qui vous traverse, mais elle n’est pas importante pour ce que vous faites en ce moment, accueillez-là et souriez à cette pensée. Puis, revenez à votre tâche.

La pensée pourra revenir. Continuez de lui sourire, une manière de lui dire : tu ne m’auras pas, je reste concentré/e sur ce que je fais.

Octroyez-vous des pauses régulières. Rester concentré durant des heures, à moins que vous ne soyez dans un championnat de joueurs d’échec, est pour ainsi dire impossible. Donc, accordez-vous des pauses de 10 minutes régulièrement. Durant la pause, vous pouvez aller vérifier si vous avez fait ceci ou cela …

A la fin de la pause, remettez-vous au travail. Tant que vous n’aurez pas terminé votre tâche, souriez à chaque fois qu’une distraction cherche à vous détourner de votre concentration.

Que pensez-vous de ces pistes ? Est-ce que vous avez envie de les tester ?

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mira 09/02/2016 21:26

parfois une feuille ou un petit bloc-notes aide pour juste noter ce qu'on ne doit pas oublier, et ainsi l'éloigner pour le temps de la concentration sur autre chose.

Madeleine Moreau 09/02/2016 21:47

Hello Mira,
Merci pour ta participation au + de cet article. Oui, pour l'avoir souvent expérimenté, surtout lorsque je me trouvais en colloque, ce que tu suggères est également puissant.
Bonne soirée
Madeleine