Quand vous vous inquiétez de ce que pensent les autres de vous

Publié le par Madeleine Moreau

Quand vous vous inquiétez de ce que pensent les autres de vous

La peur de déplaire, d’être critiqué, de ne pas faire les choses comme il le faudrait ; autant de malaises qui peuvent devenir de réels handicaps.

Les réseaux sociaux qui permettent de répandre des opinions, de se faire remarquer par le nombre de « j’aime », par les tchats qui deviennent un substitut au vrai dialogue y sont pour quelque chose.

Chaque fois que quelqu’un nous critique ou montre une réserve vis-à-vis de nous, quelque chose se passe à l’intérieur : la peur de ne pas être assez bien pour l'autre, de ne pas correspondre à ce que l'autre attend de nous, vient à la surface.

Il est facile de dire qu’il ne faut donner ou accorder d’importance aux critiques, aux jugements portés, mais est-ce aussi simple que cela y paraît ?

Je fais partie d’un groupe sur FB, un groupe qui comporte plus d’un millier de membres. Environ 300 membres mettent un post régulièrement, souvent des coups de gueules qu’ils ne peuvent exprimer ailleurs, souvent également des photos prises sur le vif, photos de la nature en particulier. Il y a aussi les évènements qui se produisent au quotidien. C’est un peu comme une ruche, même si ce n’est pas toujours du nectar qui est apporté. Cela permet de réagir, d’apporter son commentaire et certains sont loin d’être élogieux ou respectueux.

Faire partie d’un tel groupe demande de savoir prendre de la distance, car rien ne préserve de la méchanceté gratuite et que ce soit pour soi ou pour un membre quelconque, il peut être difficile de ne pas être affecté par certains retours.

Apprendre à se détacher de l’opinion des autres

Je l’ai dit, c’est facile à dire, difficile à vivre.

Ce que l’on ne dit pas, et qu’il faut apprendre à se détacher de l’opinion des autres lorsque celle-ci est défavorable mais aussi lorsqu’elle est favorable.

Ce n’est pas le nombre de « j’aime » qui s’inscrit sur votre post qui est important, ce ne sont pas les retours négatifs qui sont importants, c’est ce que vous partagez, et le pourquoi vous partagez.

Dans la vie quotidienne, ce ne sont pas les remerciements, les manques de considération qui sont le plus important. Ce qui est le plus important, c’est ce que vous donnez de vous, de vos tripes.

On le sait, il est impossible de plaire à tout le monde, il est impossible d’être aimé de tout le monde. Dès qu’une opinion diffère, elle est sujette à la critique, au mécontentement. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, cela ne changera jamais.

Prendre conscience de cela est une raison suffisante pour apprendre à se sentir de moins en moins affecté par le regard des autres, de ne pas donner le moindre pouvoir à ce regard, qu’il soit négatif ou positif.

En nous, il y aura toujours ce besoin d’être reconnu, apprécié à notre juste valeur et il y aura toujours cette peur de ne pas plaire. En nous il y aura toujours ce mouvement qui fait du bien à notre ego lorsque plusieurs clics font monter notre notoriété et il y aura toujours une déception si personne ne réagit, nous n’aimons pas rester dans l’indifférence.

Comme le jongleur, nous avons plusieurs balles, (nos valeurs, nos opinions, nos savoir-faire et savoir être, nos qualités et nos défauts) avec des diamètres différents, des poids différents, des couleurs différentes. Il nous faut apprendre à les lancer et à les rattraper sans prêter attention aux rires de certains lorsque nous les laissons tomber, sans croire que nous sommes des champions toute catégorie lorsqu’on nous applaudit.

En conclusion

Quand vous vous inquiétez de ce que pensent les autres de vous, vous prenez le risque de moins vous aimer pour ce que vous êtes.

Quand vous vous sentez vivre parce que vous recevez des reflets positifs et ne plus vivre lorsque vous récoltez des critiques, cela montre que vous attachez énormément d’importance au regard de l’autre, trop d’importance sans doute.

Il est possible d’apprendre à réagir sainement. Cela veut dire qu’il est bon d’accueillir les compliments, les remerciements, la reconnaissance que nous recevons, cela nous permet de grandir. Cela veut également dire qu’il est bon d’accueillir les critiques, les manques de reconnaissance de la même manière, cela nous permet également de grandir.

Quand vous vous inquiétez de ce que pensent les autres de vous, revenez simplement à vous : Qu’est-ce qui est le plus important, pour moi, en ce moment ?

Vous verrez, votre réponse risque de changer votre inquiétude en sérénité. Qu’en pensez-vous ?   

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Commenter cet article