Oser vivre l’inconfort

Publié le par Madeleine Moreau

Oser vivre l’inconfort

C’est un fait, nous cherchons tous et toutes à vivre dans ce qui est le plus confortable pour nous.

Je ne parle pas du confort matériel, même si celui-ci est important, mais du confort intérieur, psychologique, physique.

Un confort que nous façonnons au fil des ans, au fil des évènements, des situations que la vie nous donne.

Et, à certains moments, nous nous retrouvons dans un inconfort, parfois difficile à accepter. Alors, toutes nos forces, nos énergies se mettent en commun pour retrouver le confort perdu.

Est-ce que vous vous reconnaissez dans ces lignes ?

L’inconfort peut être une « crise » de croissance

Cette affirmation peut vous surprendre, surtout si vous cherchez à vivre le plus confortablement possible, surtout si vous êtes depuis un certain temps dans un travail personnel.

J’entends souvent cette réflexion : « Depuis le temps que je travaille sur moi, comment ça se fait que je n’arrive pas à accepter ce qui se passe dans ma vie, comment ça se fait que je n’arrive pas à trouver plus de sens à ce que je fais ? »

Certaines personnes travaillent pour changer l’image qu’elles ont d’elles-mêmes, une image qui contribue à vivre un inconfort chronique. Elles progressent, elles apprennent à s’aimer, à ne plus se juger. Cela ne les empêchent pas, d’un instant à un autre, de retomber dans leur négativité et, ainsi, de revivre l’inconfort qu’elles cherchent à quitter.

Ces moments de retour à l’inconfort sont tout à fait normaux, et, souvent, indiquent que nous sommes prêts à poser des pas supplémentaires, à oser nous aventurer plus loin sur les chemins de la vie, nous entrons dans une « crise » de croissance.

L’inconfort peut également être le signe d’un frein en vous

Parfois, on vit sa vie comme si les choses devaient nous être données automatiquement.

Nous avons un appartement qui nous correspond, des enfants qui grandissent bien, une vie de couple avec ses hauts et ses bas, un travail qui nous passionne … tout va bien dans le meilleur des mondes … et, cependant, il y a cet inconfort qui se fait ressentir à tout moment.

Dans une vie très confortable, l’inconfort peut être présent.

Comment alors décrypter ce qui se passe ?

J’ai entendu, l’autre soir, cette petite phrase qui peut être une piste : « L’aventure peut sembler dangereuse mais la routine est mortelle ! »

Si vous vivez cet inconfort dans votre vie qui est confortable, il serait peut-être bon de regarder si la routine n’est pas votre lot. Beaucoup de familles, de couples, ou de personnes seules n’ont pas conscience qu’elles vivent dans une routine – les semaines se ressemblent, les week-ends se ressemblent, les jours de congé se ressemblent, les vacances se ressemblent – il n’y a plus véritablement de piquant, de sel.

Ce qui devait être très confortable devient inconfortable. C’est le moment d’agir, de faire les choses autrement, d’oser vivre d’autres choses.

L’inconfort peut devenir un tremplin pour avancer

Simone de Beauvoir disait : « Exister, c’est oser se jeter dans le monde ».

Etre dans le confort, rester dans le confort, dans le fond, c’est le mouvement contraire à la vie.

Je vous invite à visualiser un tout petit enfant – 8-10 mois – Il est porté, protégé, sécurisé. C’est très confortable. Mais, ses parents, avec patience, lui apprend à se mettre debout, à faire ses premiers pas. Vous le devinez, ce ne doit pas être très confortable !

Il en est ainsi pour tous les apprentissages de la vie, et, ce qui est formidable, c’est que nous serons en apprentissage jusqu’à la fin de notre vie, hé oui, même à l’heure de quitter ce monde, nous ne pourrons le faire que si nous acceptons de quitter le confort de la vie pour passer à l’inconfort qui surgit lorsque la mort approche !

Rester dans le confort c’est croire qu’il vaut mieux savoir à l’avance où on pose les pieds. C’est l’illusion de croire que l’on avance grâce à nos compétences, nos qualités. C’est un rêve qui dure tant que nous sommes en sommeil.

Accueillir les différentes formes d’inconfort, c’est nous donner une chance pour exister, pour nous jeter dans le monde, pour découvrir qui nous sommes vraiment, pour aller au bout de nos limites, pour permettre à de nouvelles ressources d’émerger.

Qu’en pensez-vous ?

A bientôt.


Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lise 14/04/2016 11:18

Chère Madeleine,
Une petite réaction au sujet de la routine. Oui, il y a la routine qui tue, si elle est repliement sur soi, coupure des autres et de l'environnement, mais il y a aussi celle qui donne un espace d'accomplissement. Sans routine, la vie risque de devenir chaotique. Elle peut faire partie d'un espace de sécurité nécessaire pour s'aventurer sur le chemin intérieur qui conduit vers un plus de vie.
Bonne journée et merci.

Madeleine Moreau 14/04/2016 11:26

Bonjour Lise,
Merci pour cette réaction très pertinente. Oui, je suis à 100% d'accord avec ce que tu dis. Reste à savoir de quel côté elle se situe cette routine, parce que : boulot métro dodo, c'est pas génial, mais une routine qui est organisation souple, méditation constructive, c'est autre chose.
Bonne journée à toi
Madeleine