Accueillir chaque pas de progression

Publié le par Madeleine Moreau

Accueillir chaque pas de progression

Vous vous êtes fixé un objectif précis. Vous avez une petite idée sur le moment où celui-ci devrait être atteint … dans 6 mois, dans 1 année, dans 3 ans … C’est loin et c’est proche en même temps.

Il est également possible que vous n’ayez pas de date précise, vous avez envie d’y arriver et c’est cela qui importe.

Si vous avez suivi votre priorité de concentration, vous pouvez déjà percevoir les fruits alors que vous êtes encore éloigné de votre objectif. C’est comme pour les arbres fruitiers, il y a d’abord le bourgeon, ensuite la fleur et quelques semaines plus tard il est possible de deviner les futurs fruits (ça a noué) – sauf si la neige et le gel étaient de la partie au début de la floraison – donc, pour vous, si vous avez été happé - e par autre chose que le travail sur votre objectif.

Vous pouvez vous reposer un moment, regarder vos pas de progression avec un sentiment d’accomplissement et d’épanouissement. Même si l’objectif final est encore lointain, vous pouvez vous réjouir d’en être là où vous en êtes aujourd’hui. Ce repos va décupler votre motivation pour continuer.

Si la récolte s’annonce peu abondante

Cela peut se produire si vous n’avez pas défini une priorité de concentration, si vous êtes passé d’un sujet à un autre sans vraiment prendre le temps d’aller jusqu’au bout de votre introspection.

C’est quelque chose que je rencontre souvent dans mon travail. Une personne vient en me disant qu’elle désire travailler sur sa difficulté de couple : le dialogue est devenu inexistant, les frustrations sont de plus en plus nombreuses, la peur d’une rupture qui semble irréductible si ça continue ainsi … autant de raisons pour « prendre le taureau par les cornes ». Après 3 ou 4 entretiens, l’entente semble être rétablie. La personne évoque alors ses problèmes relationnels dans son secteur professionnel, le temps de 2 ou 3 entretiens. Lorsque le problème semble réglé, elle arrête sa démarche. Revient 2 ans après avec les mêmes difficultés et me dit : « Il me semblait pourtant que tout allait mieux, et je me retrouve exactement au même endroit, c’est même pire qu’avant, j’en viens à me dire que le problème ne vient pas de moi … »

C’est ce que je nomme le survol. La priorité n’était pas suffisamment forte. Oui, son problème de couple semblait résolu, tout allait mieux. Oui, ses problèmes relationnels étaient devenus moins importants. Cela se comprend par les découvertes faites en très peu d’entretien, mais, ces découvertes n’étaient que la partie visible de l’iceberg. Il aurait fallu continuer, oser plonger plus profondément en soi, explorer de quoi était constitué l’iceberg.

Les fruits semblent être très petits face à l’attente.

Cependant, le travail qui a été accompli durant ce laps de temps très court a permis à la personne de mieux vivre durant 1 année. Elle peut récolter des bienfaits substantiels.

Travailler sur un secteur demande d’y consacrer du temps

Le problème c’est que nos vies ne sont pas compartimentées, il est impossible de n’ouvrir qu’un tiroir et de ne vider que celui-ci – ou de le remplir – une amélioration dans un secteur peut apporter des améliorations dans d’autres secteurs. L’exemple que je viens de vous donner en est la preuve : la relation couple semblant prendre le bon chemin, la personne en a profité pour regarder ses autres difficultés relationnelles et en particulier celles rencontrées dans son milieu professionnel, mais sans faire le lien avec sa première priorité. Si le lien avait été fait, elle aurait pu continuer sur sa priorité de vie de couple et poser des fondations solides, - même si le risque pouvait conduire à une séparation – mais celle-ci aurait été un choix libre et non un éclatement subit.

Lorsque les fruits ne parviennent pas à maturité, ou lorsque la récolte est inexistante, il faut se poser la question : « Ai-je été jusqu’au bout ? »

Dans le prochain article je vais vous guider vers un engagement sans abandon. Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pivoine 24/05/2016 11:05

Chère Madeleine, une pensée qui rejoint ton article: Celui qui a vu son ombre est plus grand que celui qui a vu les anges. Car celui qui a touché ces abîmes et qui pourtant choisis la vie met le monde debout.

Madeleine Moreau 25/05/2016 08:43

Merci pivoine pour cette magnifique pensée.
Bonne journée. Madeleine