Prendre soin des autres – Prendre soin de soi

Publié le par Madeleine Moreau

Prendre soin des autres – Prendre soin de soi

J’ai longtemps vécu dans cette croyance que pour être heureuse, il me fallait m’occuper des autres.

En m’occupant des autres, j’oubliais l’importance de m’occuper de moi-même. Lorsque j’ai commencé à prendre soin de moi, je me suis sentie être égoïste : ce n’était pas bien de regarder mon nombril et de suivre mes envies, mes aspirations. D’ailleurs, on ne cessait de me le dire, ce qui, en plus, ne faisait qu’accentuer ma culpabilité.

Vous reconnaissez-vous dans ce portrait ?

Equilibrer les 2 attitudes

Il y a un équilibre à trouver. Prendre soin des autres et oublier de prendre soin de soi n’est pas une solution épanouissante. Prendre soin de soi et ne pas prendre soin des autres n’est pas une solution épanouissante. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de trouver le juste milieu.

Rééducation difficile si vous êtes à l’un des 2 extrêmes.

Un jour, quelqu’un m’a dit : « Qu’aimerais-tu que je fasse pour toi ? » Je n’ai pas pu répondre. Pourtant, je sentais qu’il y avait des besoins qui hurlaient en moi. Répondre : « J’aimerais passer ½ journée sans devoir penser à tout ce que je dois faire » m’était impossible à formuler. Alors, j’ai bafouillé : « Je ne sais pas, je n’ai besoin de rien ».

Besoin de rien … c’est souvent ce que pensent les personnes qui se dévouent corps et âme pour les autres.

Combien de personnes ai-je rencontré et qui me disaient : « Mon mari ne fait plus attention à moi, quand il rentre, il faut que le repas soit prêt, que sa chemise soit repassée, que le ménage soit impeccable. Il sort régulièrement pour aller à un match ou boire un verre avec ses collègues pendant que moi j’attends gentiment à la maison, prête à lui préparer un repas à pas d’heure. Je voudrais qu’il m’accorde un peu de son attention. » Ou des mamans qui me disent : « Mais bien sûr que je range leurs chambres, que je lave leurs vêtements, que je suis toujours disponible pour les conduire ici et là, c’est quand même mon rôle, je n’ai pas le temps de penser à moi, et puis, ils ont besoin de moi … » - en parlant de leurs enfants qui sont devenus de jeunes adultes.

Il est donc nécessaire de se laisser le droit d’avoir des besoins, même si ceux-ci semblent « tout petits ». Nécessaire ensuite de pouvoir les formuler, pas seulement à soi, mais surtout aux personnes qui pourraient y apporter une réponse.

Si vous prenez soin de vous, vous prendrez vraiment soin des autres

Que se passe-t-il si vous n’apprenez pas à prendre soin de vous et que vous donnez toute votre énergie pour aider les autres ?

Un jour, une cliente me disait : « J’ai toujours été un véritable St-Bernard, aujourd’hui je me sens devenir un Pitbull et je ne me reconnais plus. J’ai envie de mordre toutes ces personnes qui ne peuvent pas vivre sans moi ! »

Voilà ce qui se passe.

A force de donner, toujours donner, vous finissez par vous vider de votre bienveillance, de votre gratuité, de votre gentillesse. Et vous continuez de donner parce que c’est, croyez-vous, votre rôle, de donner, de prendre soin des autres, mais sans en avoir réellement envie.

Vous accumulez les frustrations, vous aimeriez qu’on pense un petit peu à vous, mais, ironie du sort, il semble que les autres peuvent très bien vivre sans penser à vous ! Normal, vous n’avez besoin de rien !

Il est donc important que vous commenciez à penser à vous, à défaut de vivre dans l’attente que les autres pensent à vous.

Il est important que vous commenciez à mettre des limites, des frontières dans ce que vous faites pour les autres et que vous vous accordiez des moments qui ne seront que pour vous.

Cela vous paraîtra, au début, très égoïste.

Les bénéfices ne tarderont pas à se faire sentir si vous persévérez :

  • Votre mari remarquera que vous êtes là
  • Vos enfants apprendront à gérer leur espace
  • Vos amis prendront du plaisir à partager des moments de gratuité tout en apprenant à prendre soin de vous à leur tour
  • Vos collègues découvriront que vous êtes autre chose qu’un réceptacle à leurs petits ennuis du week-end
  • Vous vous sentirez moins stressé - e
  • Le sourire reviendra sur vos lèvres dès le matin
  • Vous découvrirez que vous pouvez prendre du temps pour vous tout en continuant de donner du temps aux autres
  • Votre espace intérieur s’agrandira et vous ressentirez plus de liberté dans votre vie

Cela vous fait-il envie ?

Si vous prenez plus soin des autres que de vous, c’est le moment de donner un peu moins pour les autres – je ne dis pas : ne plus donner – et de donner un peu plus de temps pour prendre soin de vous.

Je vous souhaite une excellente journée. A bientôt.  

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article