Pas si évident de détecter les facteurs de stress

Publié le par Madeleine Moreau

Me voici de retour après 2 semaines de vacances merveilleuses.

Cette année, j’ai pris la décision de laisser de côté toutes mes « prises de tête », c’est-à-dire : tout ce qui peut être facteur de stress dans le quotidien que j’ai envie de dire « normal ».

Il y a quelque chose de juste dans ma formulation : les vacances, ce n’est pas un quotidien normal, c’est juste un quotidien qui devient différent parce que le but est de réussir à lâcher prise, à s’abandonner à la tranquillité qui s’installe peu à peu.

Nous attendions avec impatience ces vacances. Nous attendions de nous retrouver au soleil, de quitter le mauvais temps qui s’était installé depuis des semaines. Nous n’avions qu’une envie – nous reposer

Pas si évident de détecter les facteurs de stress

Il y a toujours une réalité qui reste ce qu’elle est et pour laquelle il est impossible d’exercer un pouvoir consistant à la changer. Nous sommes partis sans avoir l’assurance de profiter jusqu’à la fin de ce temps de repos.

J’avais pris la décision de ne pas me laisser conduire par ce souci omniprésent.

Quand les facteurs de stress se manifestent

Etendue sur mon transat, je regardais les vagues venir s’échouer sur le sable.

Mes pensées venaient et s’en allaient comme ces vagues.

Tout était parfait … juste cette tension qui persistait ans ma nuque, mes épaules …

Et cette pensée – allais-je avoir un message qui me dirait qu’il fallait mettre fin à nos vacances ?

Une pensée qui accentuait ma tension.

En me faisant plus consciente que j’étais tendue, justement parce que je pensais à un scénario que je ne désirais pas, je me suis étirée. J’ai fait en sorte que mes muscles arrêtent de se tendre et j’ai continué à regarder les vagues, jusqu’à ce que mon corps tout entier abandonne la tension.

J’ai pris conscience de la difficulté qu’il y a de ne pas se laisser envahir par le stress. Un stress qui se manifeste comme un signal m’indiquant que des pensées passent dans ma tête et que je dois, non pas les contrôler, mais accepter comme un fait.

Ces signaux, j’ai appris à les reconnaître : mâchoire serrée, sourcils froncés, nuque et épaules raides, fourmis dans les mains et parfois dans les pieds. Autant de signes qui se manifestent et qui traduisent un stress sous-jacent, même s’il n’y a aucune raison apparente.

Apporter une réponse au stress

Cela peut paraître, à première vue, impossible d’apporter une réponse à la question : « Qu’est-ce qui me stresse en ce moment ? » surtout lorsque tout se prête à la détente, au farniente, à la contemplation du paysage.

Et, le fait de reconnaître que j’avais peur que quelque chose n’arrive et m’oblige de mettre fin à mes vacances, était la réponse la plus adéquate. Cette peur qui, en fait, était également une angoisse, s’est « presque » magiquement envolée au moment où je l’ai nommée.  

Les vagues ont continué de caresser le sable. Toutes les pensées qui me traversaient ne changeaient pas cette paix apparente en tempête, le soleil continuait de briller, le vent apportait une caresse à mon corps tendu.

J’ai alors souris à ces pensées. Elles n’étaient qu’une construction qui puisait leur raison d’être dans quelque chose qui ne s’était pas encore réalisé. Je n’avais donc aucune raison de m’y accroché. Si quelque chose devait effectivement se produire, il serait bien temps d’y faire face ! Ce sourire intérieur est la conclusion que je donnais à la raison de mon stress m’a permis de revenir pleinement à l’ici et maintenant.

En pénétrant dans l’eau fraîche de la mer, mon corps à continuer à se détendre et c’est tout ce dont j’avais besoin pour remettre mon monde intérieur en ordre de marche.

Conclusion

Lorsque je donne une formation sur le stress, les participants pensent qu’il leur sera, par la suite, facile de détecter leurs facteurs de stress, et, ainsi, de ne plus être stressé pour tout et rien.

Ils ont raison en ce qui concerne le stress direct, issu d’une situation vécue dans l’urgence ou étant une conséquence d’une frustration retenue depuis longtemps.

C’est plus difficile lorsque le stress qui se manifeste provient d’un malaise issu d’une impossibilité à exercer un pouvoir sur une situation qui n’appartient pas à soi-même.

Les émotions telles que l’angoisse, la peur, la crainte, peuvent susciter un stress intérieur. L’imprévisible, l’inconnu sont également des facteurs favorables à sa manifestation.

Le lâcher prise, la détente des muscles contracté, le fait de revenir à l’ici et maintenant sont des moyens efficaces pour permettre au stress de libérer son emprise sur le corps.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article