Paraître ou simplement être la personne que l’on est

Publié le par Madeleine Moreau

Paraître ou simplement être la personne que l’on est

Discussion autour de la table. Les commentaires vont bon train, ils concernent la manière d’être sur le terrain d’un célèbre footballeur. Discussion alimentée par ce qui a été perçu lors du dernier match, ce que disent les médias, ce que montre le joueur.

Je ne suis pas une adepte du foot, et les cancans, ça ne m’intéresse pas vraiment. Cependant, je me suis mêlée à la discussion … juste pour donner mon point de vue.

Ce sportif, c’est vrai qu’il fait parler de lui. Si ce n’étais pas le cas, il serait dans la multitude de ceux qui ne font pas parler d’eux !

Et pourtant, les médias ne se sont pas étendus sur un fait important. Il y a quelques mois, un couple s’est approché de lui pour lui parler de leur fille atteinte d’une grave maladie, qui devait être opérée aux Etats-Unis. Opération qui allait coûter des dizaines de milliers de dollars. Et les parents venaient lui demander s’il serait d’accord, d’offrir à leur fille, une paire de chaussure….

« Connaissant » le joueur, tout porte alors à penser qu’il va refuser et renvoyer les parents à leur destin.

Que pensez-vous qu’il a fait ?

Va-t-il renvoyer les parents ? Va-t-il offrir la paire de chaussure ? …

Il a simplement pris en charge tous les frais de l’opération.

Et, c’est là que les vraies questions se posent – il a agi de manière complétement contraire à l’image qu’il donne – qui est-il en fin de compte ?

Cette histoire n’est pas unique. Elle concerne, pas mal de célébrités, des personnes qui font la une des médias, qui sont dans le palmarès du monde people. Vous connaissez sans doute d’autres anecdotes.

Et si ce sportif c’était vous ?

Pas besoin de se comporter comme un sportif immensément reconnu pour montrer aux autres une certaine image de soi-même.

Vous montrer sous un jour qui est à l’inverse de ce que vous êtes réellement. Chercher à correspondre à l’étiquette que l’on vous a collé à un certain moment de votre vie. Essayer par tous les moyens de vous démarquer de votre entourage pour qu’on vous remarque. Etc.

C’est ce que l’on appelle : se donner une personnalité.

Mais, pas dans le bon sens.

Supposons que le sportif que je vous présente aujourd’hui, ne soit pas ce qu’il montre face aux médias – ce que je ne sais pas – et que demain, il choisisse de montrer son vrai visage … les médias – je le pense – se détourneront de lui pour trouver une autre personnalité apte à tenir en éveil les supporters qui sont friands de sensations.

Et c’est ce que font beaucoup de personnes, à, je le concède, des niveaux très différents.

Quelles sont les raisons qui peuvent pousser à se comporter autrement que dans notre réelle personnalité ?

Paraître est un moyen utilisé pour se sentir reconnu par son entourage, ou, par ses collègues, ses amis-es.

Plusieurs attitudes peuvent être mises en avant : Monopoliser l’entourage, un groupe, un auditoire … Attirer l’attention par tous les moyens … Se valoriser pour un oui, pour un non … Se mettre en avant dès que l’occasion se présente … Piquer une colère sans aucune raison … S’habiller avec un look très personnel … Créer des situations conflictuelles …

Ces attitudes visent quelque chose de précis : Se sentir reconnu-e, considéré-e, apprécié-e, aimé-e. Ce sont des besoins primaires, des besoins qui existent en chacun de nous. Pour assouvir ces besoins, le moyen qui les aide – à leurs yeux – est de se comporter autrement que ce qu’ils, elles sont.

Un moyen qui permet, par exemple, de : Ne pas sentir le vide, l’angoisse, la solitude, l’insécurité, la frustration … autant de sensations qui sont vécues dans leur vie relationnelle.

Personnellement, j’ai également eu recours à ce moyen, voici comment :

A 20 ans, je n’avais aucune confiance en moi. Je voulais faire des choses, de grandes choses. Je voulais changer le monde pour qu’il corresponde à mes idées, mes principes, mes croyances.

Ce manque de confiance s’accompagnait d’une timidité effroyable. Timidité qui m’empêchait d’aller vers les autres. Mon besoin récurant était justement de me sentir être avec les autres.

Je me suis fait violence. Il fallait absolument que j’assouvisse mon besoin. Alors, je me suis engagée dans des groupes aux horizons divers.

Mais, lorsque, enfin, j’étais dans le groupe, je me sentais encore plus inexistante.

Je me sentais exister lorsque je pouvais « diriger », « commander », « avoir des responsabilités » …

Et, tout était bon pour que je montre, que je pointe du doigt, ce qui me semblait être une incompétence, je devrais dire des incompétences, chez les personnes responsables de ces groupes.

Je me souviens très bien d’un groupe précis, qui œuvrait pour apporter de l’aide aux plus pauvres – c’était des communautés africaines – et je pensais que ce qui se faisait pour récolter des dons n’était pas la bonne manière. Alors, je me suis mise à critiquer toute démarche, j’ai voulu imposer ma propre vision … jusqu’au moment où, on m’a enfin, laissé la place que je convoitais si ardemment.

Ça a été un fiasco. Résultat, plus j’essayais de faire passer mes idées, moins le groupe vivait, et, plus je me sentais à côté de mes pompes et plus j’essayais de redresser la barre.

Jusqu’au jour où le groupe s’est dissout … manque de volontaires … hum …

Alors, j’ai trouvé un autre groupe et j’ai recommencé et le résultat a été identique. Mais, pour moi, c’était toujours les autres qui ne comprenaient rien.

Avais-je conscience que je me vivais dans un personnage qui ne me correspondait pas ?

Non, je l’ai découvert plusieurs années après. Et, aujourd’hui encore, je dois rester vigilante pour ne pas laisser cette partie de moi flirter avec mon quotidien.

Si vous vous sentez concerné-e, voici l’outil qui m’a aidé à me vivre à partir de mon être plutôt que de rester dans le paraître.

Premier exercice : Observez ce que vous vivez lorsque vous êtes dans un groupe. Observez plus particulièrement les sentiments qui vous animent : cherchez-vous à être apprécié-e, reconnu-e ? Et comment agissez-vous pour répondre à ce besoin ?

Deuxième exercice : Prenez du temps pour écrire ce que vous vivez, ce que vous ressentez. Si vous vous vivez sans chercher à remplir un besoin et si vous sentez que vous montrez votre vraie personnalité, prenez également le temps d’écrire ce que vous ressentez alors. Cela vous permettra de différencier votre besoin de paraître et l’attitude normale qui est de vivre à partir de qui vous êtes.

Troisième exercice : Comme dit dans cet article, le mouvement qui fait que vous ressentez le besoin d’être « quelqu’un d’autre », de paraître plutôt que de vivre simplement ce que vous êtes, s’enracine dans quelque chose de votre passé. Essayer de remonter jusqu’à la source. Il serait bon alors que vous puissiez trouver un-e professionnel-le pour en parler, ceci, dans le but, de retrouver votre vérité intérieure et votre liberté d’être.

Quatrième exercice : Découvrez avec qui, dans quel groupe vous pourriez vivre un peu plus à partir de votre moi profond sans avoir recours au fonctionnement du paraître. Privilégiez autant que possible ce genre de rencontre.

Cinquième exercice : Prenez soin de vos besoins, sans les nier, les minimiser. Ce que vous attendez des autres, vous pouvez vous le donner. Par exemple : Si vous ressentez le besoin d’être reconnu-e, commencez par vous reconnaître dans vos qualités, vos ressources, vos potentialités. Prenez au sérieux vos aspirations à vivre plus librement.

Conclusion

Le besoin de paraître peut être très fin. Les tensions, les frustrations, les manques sont souvent des détonateurs puissants pour vous entraîner dans cette attitude.

Les attentes que les autres peuvent avoir pour vous peuvent également jouer un rôle important. A l’image du sportif qui se plie à ce que les médias attendent de lui, elles peuvent vous conduire à adopter des attitudes qui ne reflètent pas la grandeur de votre cœur.

Je vous retrouve la semaine prochaine pour un nouvel outil. A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article