Trouver l’équilibre relationnel

Publié le par Madeleine Moreau

La vie relationnelle couvre un large, très large secteur. Elle commence avec les personnes proches : les parents, les frères et sœurs, les oncles, les tantes, leurs enfants, les voisins. Elle s’étend aux collègues de travail, aux personnes qui, comme vous, s’engagent dans une association ou dans le sport, etc. Il ne faut pas oublier tous les contacts des réseaux sociaux, quels qu’ils soient, ce qui, bien souvent, quadruple la sphère relationnelle … et je ne parle pas des 80%, envers qui on ne s’intéresse pas ou très peu.

Oui, notre environnement relationnel est bien plus riche qu’on ne le croit. 

 

Trouver l’équilibre relationnel

Et, dans cet environnement, nous vivons des aspirations. Nous souhaitons créer des relations harmonieuses, ce qui veut dire, se sentir bien avec chaque personne tout en se sentant libre et en accord avec nos valeurs propres. Nous désirons respecter la liberté de l’autre, tout en désirant avoir le même retour. Nous désirons nous sentir sur la même longueur d’onde. Nous espérons ne pas avoir à faire face à des tensions, des conflits, des non-dits et surtout, ne pas être jugé.

Mais, est-ce que cela se déroule selon nos désirs ?

Même si c’est ce que vous désirez, ce que vous recherchez, vos relations contiennent toutes les nuances d’une palette de peinture. Il y a les couleurs lumineuses et les couleurs ternes, pouvant aller de l’opaque à la transparence.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de quelque chose de différent de ce qui peut se produire au sein d’une relation. Différent car si les fonctionnements qui apportent des frustrations à la relation font souvent partie de la jalousie, de l’incompréhension, de la rancune, celui-ci est plus difficile à cerner, à observer. Je veux parler de la tendance à se sentir au-dessus de l’autre, et, parfois, au-dessous de l’autre.

Pas sur la même longueur d’onde

C’est une autre formulation. Voyons cela de plus près.

Vous avez sans doute entendu parler du « fameux » triangle de Karpman, souvent appelé : triangle dramatique. 

Trouver l’équilibre relationnel

Ce triangle constitue, sans doute, la première image qui est travaillée pour comprendre le phénomène des conflits. Elle est également présente dans tout travail de développement personnel, ne serait-ce que pour commencer à comprendre pourquoi nos relations sont si difficiles à vivre.

Je ne vais pas m’étendre sur ce fonctionnement.

Voici une autre attitude qui fait que nous pouvons nous sentir ailleurs que sur la même longueur d’onde.

Que ce soit dans le secteur professionnel, associatif ou amical, vous employez, peut-être, cette formulation : « Il-elle se prend pour qui ? » Et, sous cette formulation, vous vous sentez … pas à la même hauteur.

En politiquement correct, on parle alors de prise de pouvoir, d’une prise de pouvoir …

C’est un fonctionnement relationnel. Ce n’est pas un fonctionnement qui permet de créer des relations harmonieuses.

Comprendre pour pouvoir agir

Que se passe-t-il lorsque vous essayez de prendre le pouvoir ou lorsqu’une autre personne essaie de prendre le pouvoir ?

Il y a, tout d’abord une question du désir de se sentir exister au regard de l’autre ou du groupe.

J’ai vécu une période – j’en ai parlé dans un précédent article – ce besoin de me sentir exister aux yeux des autres, et cela, principalement lorsque je cherchais également à être reconnue dans ce que je pensais être mes compétences.

Pour cela, il fallait que je me mette en position d’exister +++, quitte à ne pas être comprise dans mes actes et mes paroles. Et, lorsque j’atteignais la fin de ma phrase, je me mettais en position d’existence --- !

Si je devais employer une image, je dirais que pendant un certain temps je me mettais tout en haut de la montagne, si possible au sommet, là où personne ne pouvait me dépasser, pour me retrouver en quelques instants, sous terre, rageant que les autres gravissent à ma place le sommet que je convoitais tant.

Avec le recul, je peux reconnaître que je vivais un besoin crucial d’existence, passant par la reconnaissance, et, pensant que le seul moyen était de prouver que j’avais une place à prendre.

C’est, avec bien sûr, des nuances propres à chaque personne, ce qui se passe lorsqu’il y a suspicion de prise de pouvoir.

La personne qui le vit, cherche, sans en avoir vraiment conscience à avoir une domination sur l’autre, sur les autres. Elle fait passer un message. Et, lorsque ce message n’est pas capté, voire refusé, elle se dégonfle et semble capituler, démissionner. Puis, recommence dès que l’occasion se présente.

Si vous vous reconnaissez – même un tout petit peu – voici quelques exercices qui peuvent vous aider à vous vivre sur la même longueur d’onde dans vos relations. Ceux-ci peuvent être très utiles si vous rencontrez cette difficulté dans votre relation de couple.

Premier exercice : Observez le comment vous faites « passer » vos messages relationnels. Prenez le temps d’écrire votre fonctionnement, cela vous aidera à cerner les moments où vous cherchez à avoir le dessus et les moments où vous baissez les bras pour donner le pouvoir à l’autre.

Deuxième exercice : Si votre tendance est de vous mettre « en hauteur », notez ce que cela vous permet de vivre. Si la tendance est de vous mettre « sous terre », faites la même chose. Dans le premier exemple, vous découvrirez les moments où vous vivez en surexistence, dans le deuxième, les moments où vous vivez une non-existence.

Troisième exercice : Repérez alors les besoins qui vous poussent à vivre l’un ou l’autre de ces comportements. Si vous pensez que cela peut vous aider à en comprendre la raison, remontez le plus loin possible dans votre histoire de vie pour trouver le moment clé où vous avez adopté cette attitude et le pourquoi.

Quatrième exercice : Soyez vigilent-e des mouvements qui se produisent en vous lorsque vous êtes en relation. Si le besoin d’exister, d’être reconnu semble être trop important, mettez ce besoin en sourdine, en cherchant en vous comment vivre plus de souplesse, plus de douceur. Si vous vous sentez dans la non-existence, osez vous mettre un peu plus en avant, ne serait-ce que de prendre la parole, de donner votre avis ou, plus simplement, de vous engager dans la discussion.

Cinquième exercice : Recommencez ces exercices régulièrement, en notant vos progrès. Ecrivez également tous les moments où vous vous êtes sentis vivre sur la même longueur d’onde. Que vous soyez dans le mouvement de désirer prendre le pouvoir ou de baisser les bras, il y a, de toute manière des moments relationnels ou vous vivez avec l’autre, les autres, sur la même longueur d’onde. Prendre en compte ces moments et les accueillir est un moyen puissant pour apprendre à vivre harmonieusement vos relations actuelles.

Conclusion

Vivre avec tout le monde des relations paradisiaques est une utopie. Utopie car elle ne tient pas compte de notre réalité et de la réalité de l’autre. Ce n’est qu’un désir, une envie, une aspiration impossible à mettre en pratique dans toutes vos relations.

Ce qui est normal, est de vivre des tensions. Je sais, vous aimeriez qu’il en soit autrement. La liberté de l’autre, votre liberté, mariée à votre personnalité, à l’image que vous avez de vous, vous entraînera, à certains moments, à entrer dans le triangle dramatique, des épisodes de jalousie, des incompréhensions, ou ce que je vous décris dans cet article.

Si cela se produit par épisodes, il n’y a rien d’alarmant. Cela le devient lorsque vous en faites une règle de vie, règle établie à votre insu, bien évidemment !!!

Je vous retrouve la semaine prochaine pour un nouvel outil. A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Commenter cet article