Dénouer les liens qui nous entravent

Publié le par Madeleine Moreau

Savez-vous que nous nous créons des liens qui nous maintiennent prisonniers-ères et nous privent de notre liberté ?

Nous utilisons le mot « lien » pour parler, en règle générale, des relations. Cependant, ce mot peut également représenter les cordes ou les chaînes invisibles qui nous empêchent de nous sentir libre dans notre vie. C’est de ces liens que j’aimerais vous parler aujourd’hui.

La question est : « Y a-t-il un lien entre les relations et ce qui nous empêche de nous sentir libre ? »

Cette image nous apporte la réponse … 

Dénouer les liens qui nous entravent

Chaque mouvement est, en général, rattaché à un lien relationnel. Il est également vrai que certaines entraves peuvent être reliées à quelque chose de matériel. Mais, derrière ce matériel, il y a, je pense, toujours une relation humaine.

Regardons cela de plus près.

Ce que l’on réprime, s’imprime : Ce que nous rejetons, refusons, n’acceptons pas risque fort de s’imprimer en nous.

Nos émotions sont de précieuses indications pour observer ce qui se passe en nous dans certaines situations.

Exemple : Vous n’aimez pas les critiques, surtout celles qui vous paraissent négatives. Lorsque vous êtes la cible d’une critique, votre sensibilité réagit fortement. Consciemment ou pas, vous en voulez à la personne qui vous a balancé sa vérité. La rancune fait son chemin en vous. A chaque fois que vous avez à faire face à une critique, il vous devient, pour ainsi dire, impossible de refouler cette salive amère qui remplit votre gorge. Plutôt que de reconnaître que la critique vous a blessé-e, vous l’avez rejetée, vous ne l’avez pas acceptée. Résultat, la rancune s’est petit à petit imprimée en vous et c’est la raison pour laquelle vous éprouvez tant de difficulté à faire face aux critiques.

Je vous propose d’observer certaines émotions que vous ne gérez pas, il y a fort à parier, que dessous, vous avez laissé s’imprimer une situation vécue.

Ce à quoi l’on résiste, persiste : A première vue, certaines choses peuvent vous sembler positives. Après coup, vous réalisez que ce n’est pas si positif que ça, cela devient négatif.

Exemple : Prenons un principe – vous êtes toujours en avance à un rendez-vous. Pour vous, pas question d’avoir 30 secondes de retard, et, il faut que les autres, tous les autres soient également à l’heure. Ces 30 secondes d’avance, vous les vivez également dans d’autres choses. Pour vous, il est impensable que vous ne terminiez pas une tâche pour le moment que vous vous êtes fixé. Pour y parvenir, vous y mettez toute votre énergie, vous ne parvenez pas à lâcher les tensions, lorsque vos forces diminuent – cela peut être à cause d’un simple rhum – vous résistez et grignotez sur le peu de forces qui vous restent pour ne pas dévier de vos principes. Lorsque vous acceptez, enfin, de lâcher un peu de lest, vous résistez encore … tout simplement parce que la satisfaction que vous devez retirer de vos principes vient à manquer.

Je vous propose d’observer ce qui se passe en vous lorsque, par la force des choses, vous devez abandonner un principe, ainsi que les conséquences que cela peut avoir dans votre environnement relationnel.

Ce qui nous affecte, nous infecte : Vous pouvez découvrir, sous ces mots, toute la dimension de votre affectivité.

Exemple : Une personne qui vous est proche, très proche, à une parole, un geste blessant. Que ce soit dirigé contre vous ou envers une personne qui vous est également proche, vous vous sentez touché-e en plein cœur. Cela peut arriver à tout le monde, c’est vrai. Supposons que ce n’est pas votre première expérience et qu’il y a un certain nombre de fois où vous avez été affecté par les paroles, les gestes de personnes qui comptaient pour vous, et, que vous ayez refoulé les émotions qui montaient alors, vous vous retrouvez comme infecté-e par un kyste douloureux. Cela peut vous conduire à prendre de la distance affective, voire à couper le lien.

Je vous propose de revenir sur les relations avec lesquelles votre affectivité a été mise à l’épreuve et à accueillir les émotions qui vous submergent lorsque vous pensez à elles.

Ce que l’on fuit, nous poursuit : Une mauvaise expérience, une mauvaise relation, une mauvaise habitude … Une ambiance, une odeur, un environnement … il y a beaucoup de choses qui peuvent contribuer à la fuite.

Exemple : Vous avez vécu dans une ambiance tempétueuse et vous ne supportez pas les situations dans lesquelles règnent les tensions et où apparaissent des conflits. Mais, c’est à croire que c’est fait exprès, vous n’arrivez pas à éviter de vous retrouver face à des cas qui se répètent inlassablement. La moindre tension vous remet face à ce que vous avez cherché à fuir.

Je vous propose de regarder, dans votre vie, ce qui est sujet à fuir et à noter les conséquences que vous en retirez.

Que faut-il retenir de tout cela ?

Il y a tellement de chose que l’on aimerait vivre autrement, tant de situations que l’on désirerait pouvoir changer. Et, que faisons-nous ? Nous nous battons contre, nous cherchons à retrouver notre équilibre, nous luttons parce que nous désirons garder le pouvoir, nous refusons de faire des concessions ou de regarder les choses autrement.

Ok, on ne peut pas tout accepter dans la vie, surtout lorsque nous nous retrouvons le bec dans l’eau. Mais, vous connaissez le proverbe : « Qui sème le vent récolte la tempête ». Parfois, nos réactions, nos fonctionnements reviennent à semer du vent et à engranger des graines de tempête.

Voici quelques pistes pour inverser le processus :

Ce à quoi l’on fait face, s’efface : Tous les exemples que je vous donne ci-dessus, si vous les vivez, peuvent être des pistes de progression.

Faire face c’est prendre conscience de ce qui se passe en vous, de ce que vous risquez de semer.

Faire face c’est agir autrement que de vouloir garder le contrôle ou de garder ce qui vous semble être votre vérité. C’est, autrement dit, savoir lâcher prise et trouver une autre vérité.

Si la cause de vos désagréments se trouvent dans votre histoire, le meilleur moyen est de faire face à ce qui a été, d’accueillir, d’accepter, puis de vivre autrement ce qui vous tourmente.

Si la cause se trouve dans votre réalité d’aujourd’hui, il y a peut-être des choix que vous devez redéfinir, entrer dans la situation en ayant une autre approche.

Faire face est le meilleur moyen pour effacer ce qui s’inscrit en vous.

Ce qu’on visualise positivement, nous porte : Vous savez que l’attitude positive est un excellent moyen pour traverser les moments difficiles.

Visualiser positivement ne veut pas dire que vous vous raconter des histoires ou que vous changez un tableau sombre en tableau lumineux. Visualiser positivement consiste simplement – facile à dire dans certains cas – que vous prenez compte de ce qui se passe à l’instant et que vous en faites quelque chose pour éviter que cela ne s’imprime en vous.

Visualiser positivement c’est percevoir tout le meilleur que vous pouvez retirer d’une situation qui vous met, dans un premier temps, mal à l’aise.

La visualisation positive peut vous donner des indications précieuses pour agir autrement que comme vous le faites actuellement.

Ce à quoi nous remercions, nous ravit : Il y a toujours des choses à quoi nous pouvons dire merci dans la vie. Il y a toujours des personnes à qui nous avons envie de dire merci.

Que ce soit en pensée ou dans une expression verbale, le fait de remercier va venir toucher votre capacité d’émerveillement. Faites l’exercice et observez ce qui se passe alors en vous.

Remercier pour ce qui est bon, n’est-ce pas un exercice que vous pouvez vivre, quelle que soit votre situation ?

Conclusion

Dénouer les liens qui nous entravent n’est pas toujours évident, surtout lorsque ceux-ci ne sont pas conscientisés.

Ecouter ce qui se passe en soi, observer nos réactions, nos fonctionnements peut nous y aider.

Si vous avez des questions ou une réaction que vous aimeriez partager, merci de laisser un commentaire.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article