A quoi bon revenir sur le passé

Publié le par Madeleine Moreau

Savez-vous que votre passé fait partie intégrante de votre vie ?

Pourtant, on dit souvent que ça ne sert à rien de revenir sur le passé, qu’il faut savoir tourner la page, ou, comme je vous le proposais il n’y a pas si longtemps, changer de livre.

C’est un bon moyen, surtout lorsqu’il s’agit de se défaire de certaines chaînes, lorsqu’il devient nécessaire de se libérer des emprises que peuvent avoir les personnes qui nous ont été proches.

Mais, quoi que nous fassions, quelle que soit notre attitude, le passé reste le passé.

Celui-ci comporte ses blessures et ses joies.

Composer avec le passé ou fuir le passé

Ce sont les 2 options que la vie nous propose.

Composer avec le passé suppose que nous l’acceptions tel qu’il a été.

Fuir le passé suppose que nous nous créons une vie parallèle, sans tenir compte de ce qui nous a construit, ce qui nous a, nous semble-t-il, détruit.

Il est légitime, selon le poids de son passé, de se dire : « J’aimerais que cela ne se soit jamais passé ». C’est un réflexe de survie.

La citation ci-dessous nous indique un chemin pour composer notre vie avec le passé.

A quoi bon revenir sur le passé

« Nous sommes libres d’en faire des enclumes qui nous enfoncent ou des points d’appui qui nous élèvent. C’est l’un des grands mystères de l’âme humaine. »

Guérir des blessures du passé

Chaque être humain porte en lui des blessures du passé.

C’est un fait.

Même si l’enfance s’est déroulée dans un oasis de paix, de bonheur, d’amour, il peut y avoir des blessures qui restent ouvertes.

Nous incombons, souvent, la faute sur l’entourage proche, mais ces blessures peuvent avoir été causées par un entourage plus lointain, par un traumatisme qui n’a jamais été pris au sérieux, par un « accident » de la vie qui a fragilisé nos racines.

Conséquences – Causes – Origines

Ces blessures, même si elles sont cicatrisées, peuvent garder une empreinte tout au long de la vie.

Les conséquences peuvent être lourdes, et, le lien avec le passé n’est pas toujours évident.

Ces conséquences, il faut les percevoir à chaque fois que la liberté d’être est mis à mal : Manque de confiance – Manque d’estime – Peurs – Difficultés relationnelles – Fonctionnements non ajustés aux évènements – Angoisses - …

Elles indiquent que quelque chose s’est produit dans notre passé.

Celui-ci peut remonter très loin, dans la petite enfance, mais pas uniquement. Elles peuvent surgir au moment de l’adolescence et même au début, au milieu de sa vie d’adulte.

En chaque cas, il y a une cause qui produit des conséquences.

La cause peut être l’origine de la blessure.

L’origine peut remonter plus loin, elle peut avoir ses racines dans la vie utérine, elle peut avoir ses racines dans les générations antérieures.

Laissez-moi vous partager une situation :

Martine souffre de claustrophobie. Il lui semble qu’elle a toujours eu peur de se trouver enfermée dans une pièce, de ne pas pouvoir en sortir et cela amplifie sa peur de la mort.

Elle a cherché ce qui avait pu causer cette peur dans sa vie.

Elle n’a pas trouvé.

Un jour, je lui ai demandé si quelqu’un, dans sa famille, avait été interné ou avait été fait prisonnier.

Elle a demandé à ses parents. Voici ce qu’elle a appris : Son arrière-grand-père, lorsqu’il était enfant, avait vécu plusieurs semaines dans une cave. C’était au moment de la 2ème guerre mondiale. Cette expérience, l’a, semble-t-il, marqué à vie. Il a donné l’héritage de la peur à son fils – le grand-père de Martine qui se faisait gronder à chaque fois qu’il fermait une porte. Grand-père qui a transmis cette interdiction à son fils – son père – qui ne fermait jamais la porte de la chambre de sa fille, mais sans jamais lui interdire de fermer une porte, sans jamais lui parler de ce que son père lui avait inculquer.

Mais, tout au fond de Martine, il y avait quelque chose qu’elle ressentait, même si elle ne savait pas. Elle ressentait, lorsqu’elle se trouvait dans un endroit clos, la peur et l’angoisse qu’avait vécu son arrière-grand-père, dans la cave familiale.

Aujourd’hui, elle compose sa vie avec son état claustrophobe, elle fait face à son angoisse en remettant sa peur à son arrière-grand-père lorsqu’elle monte dans un ascenseur. 

Aujourd’hui, sa claustrophobie reste toujours présente, mais les conséquences ne sont plus dramatiques.

Bien sûr, cela n’arrive pas à tout le monde … cela peut arriver.

Que l’origine soit enracinée au cœur de son passé ou qu’il soit un héritage donné par le vécu d’un parent lointain, elle peut nous « pourrir » la vie.

Revenir sur le passé : les bonnes raisons

Je vais prendre une image que vous connaissez : le disque dur d’un ordinateur.

Vous le savez, même si vous effacez toutes les données, parce que vous voulez tourner la page, il va rester des traces de votre activité.  

Si, maintenant, vous mettez une fin à toute activité sur internet, ce qui serait l’équivalent de prendre un nouveau livre, il restera, sur la toile, des signes de votre passage.

Votre passé, c’est un disque dur.

Votre sensibilité a tout enregistré.

Votre mémoire est capable de vous rendre des situations, des évènements, que vous aimeriez avoir oublié.

Votre corps garde en lui une multitude de tensions, tant que celles-ci ne sont pas traitées.

Vous vivez votre vie en ayant toujours en arrière fond le contenu de votre passé, que vous le vouliez ou non.

Donc, voici les bonnes raisons de revenir sur votre passé :

  • Avoir une compréhension d’adulte face aux évènements vécus
  • Apprivoiser ce qui a été, pour vous, source de survie
  • Commencer à composer votre vie en tenant compte des blessures que vous avez subies
  • Couper les maillons qui vous retiennent prisonnier-ère
  • Donner un héritage psychologique à votre descendance

N’est-ce pas de bonnes raisons ? Qu’en pensez-vous ?

En conclusion

Revenir sur le passé pour « macérer » dedans ne vous aidera pas à avancer dans votre vie.

Revenir sur votre passé pour mieux saisir ce qui a constitué vos forces et vous a permis de déployer vos ressources, donnera plus de solidité à votre vie.

Revenir sur votre passé et couper toutes les chaînes qui vous retiennent vous permettra de vivre avec toujours plus de liberté intérieure.

Comment réagissez-vous face à cette perspective ? Je serais heureuse de vous lire si vous postez vos impressions dans un commentaire.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

En savoir plus sur le monde de vos émotions ?

Procurez-vous dès aujourd’hui le guide : La météo des émotions

Vous le trouverez en ligne, plus exactement ici : www.morebooks.de/store/fr/category/psychologie-pratique/33/6/cn,fr/16_by_title_ASC

Ou en passant par le lien suivant : www.editions-vie.com/catalog/details//store/fr/book/978-3-639-82957-0/la-météo-des-émotions

 

Publié dans Coaching

Commenter cet article