Conforme ou pas …

Publié le par Madeleine Moreau

Avez-vous conscience que tout ce que nous achetons doit être conforme aux normes imposées par les multiples filières qui contrôle notre consommation ?

A commencé par notre alimentation ; les tomates doivent avoir le bon diamètre, la bonne couleur … et c’est ainsi pour tous les légumes. La viande doit être exempte de ces graisses qui sont mauvaises pour notre santé, quitte à reconstituer l’aspect du steak que nous trouvons dans notre assiette … Les poissons ne sont pas en reste, eux aussi sont soumis à des critères de poids, de grandeur … Nous achetons ce qui est beau, ce qui attire, ce qui nous promet du goût et de la saveur, nous achetons, bien souvent, l’apparence sans nous poser de questions !

Nous pouvons continuer avec nos tenues vestimentaires ; la mode change chaque année et, pour être conforme, il faut renouveler sa garde-robe à chaque saison, histoire de ne pas paraître ringard, démodé, ou mémérisant comme le dit une célèbre styliste. Les chaussures suivent le même processus.

Il en est de même pour tout ce qui nous entoure matériellement. Avoir le dernier modèle, être à la pointe des nouveautés, changer un électroménager pour acquérir celui qui consomme le moins, qui est conforme aux nouvelles règles énergétiques.

Nous n’échappons pas à la conformité

Nous, c’est vous, c’est moi, c’est l’être humain.

Pour réussir dans la vie, nous devons être conforme au modèle social dans lequel nous vivons.

Pour être reconnu dans un groupe, qu’il soit humanitaire, religieux ou politique, nous devons nous conformer aux règles, aux idées, à la vision.

Bien sûr, c’est quelque peu caricatural …

Mais, sous cette conformité voulue, se cache quelque chose que nous vivons tous et toutes : l’approbation du regard de l’autre.

Conforme au regard de l’autre

L’importance du regard de l’autre joue un rôle essentiel au moment d’un entretien, que celui-ci soit professionnel ou personnel.

Si vous vous présentez en tenue négligée – vestimentaire ou physique – pour un poste à responsabilité, vous n’aurez pour ainsi dire aucune chance que votre dossier, aussi bon qu’il puisse l’être soit retenu, ceci dans les 30 secondes du début de l’entretien.

Si vous vous présentez tatoué de la tête aux pieds, vêtu de vêtements qui viennent d’une autre planète, vous serez immédiatement étiqueté par le vis-à-vis qui recherche le bon chic, bon genre.

Si vous vous présentez avec des cernes très marquées, des yeux rougis par des nuits sans sommeil, une coiffure filasse, là aussi, vous serez étiqueté très rapidement.

Le regard de l’autre sur nous devient, plus souvent que nous ne le pensons, le critère qui nous fera entrer dans sa conformité ou pas.

Nous pourrions dire, à partir de ces informations, que nous nous bâtissons une image qui n’a pour but que de se faire accepter par un milieu. Si vous rencontrez une personne vêtue d’un blouson épais en cuir, des gants et des pantalons en cuir, vous penserez immédiatement que vous êtes face à un passionné de motos, non ? Si vous croisez quelqu’un qui a un aspect négligé, des vêtements trop amples ou pas repassés, vous penserez vous trouver face à un SDF, non ? Si vous serrez la main à une personne qui est sur son 31, vous penserez que celle-ci a un poste important ou fait partie de la classe la plus haute – socialement parlant – non ?

Dans le prochain article nous verrons comment prêter moins d’importance au regard de l’autre, et, comment moins étiqueter l’autre au premier regard que nous lui accordons.

Bon début de semaine, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article