L’air de rien

Publié le par Madeleine Moreau

L’air de rien, tout évolue autour de nous.

Les repères que nous avions il y a 10 ans sont devenus obsolètes. D’autres repères se sont mis en place et ce sont nos enfants qui tentent de les intégrer dans leur vie.

Personnellement, je suis confrontée à cette évolution qui invite chaque génération à trouver les repères qui va lui permettre de faire face aux nouveaux enjeux de la vie sociale.

Lorsque mes enfants avaient 6 ans, ils commençaient l’école. Durant les premières semaines, je les accompagnais. A la fin du trimestre, ils pouvaient faire le chemin seuls. A la maison, ils regardaient la télévision les mercredi après-midi de mauvais temps, autrement, ils jouaient à l’extérieur avec les copains, les copines de la rue, dans la rue, sans forcément avoir des adultes qui les surveillaient. Les vacances, c’était, le plus souvent, du camping. Nous partions avec la voiture qui ne possédait pas de ceinture de sécurité, pas d’airbags, pas d’écran vidéo.

C’était le « bon temps », c’était il n’y a pas si longtemps !

Aujourd’hui, les enfants commencent l’école à 4 ans. - Bon, de « mon temps », existait le jardin d’enfants, mais celui-ci n’était pas obligatoire à 4 ans, un peu plus à 5 ans. Il faut dire également, que peu de mamans travaillaient durant la petite enfance de leurs enfants. – Aujourd’hui, les mamans travaillent. Les enfants ne jouent plus dans la rue, ils jouent dans des espaces conçus spécialement pour eux et il y a toujours des adultes qui sont présents. Ils regardent la télévision, principalement des DVD, jouent sur la tablette, regardent les vidéos sur le smartphone … Les parents sont conviés à des séances de formation pour apprendre comment gérer avec leurs enfants les accès à internet, aux différents supports informatiques, apprendre à parler de la sexualité, apprendre l’apprentissage de la gestion de l’argent de poche … Autant de réalités auxquelles je n’ai pas été confrontée.

La vie évolue dans tous les secteurs

L’évolution dans la relation parents-enfants est considérable si je compare ce qui a été et ce qui est.

Cette évolution est également très marquée dans notre quotidien et pose quelques questions sur notre manière de nous intégrer dans un monde qui ne cesse de changer, de nous bousculer.

Voici une liste de quelques changements qui prennent l’ascenseur :

  • Au sujet du logement : La préférence est donnée à une grande pièce à vivre, une cuisine ouverte, un lieu proche des commerces mais sans vis-à-vis directes, un jardin ou une terrasse…
  • Au sujet de l’alimentation : Les tendances sont de trouver de la viande sans viande, du lait sans lactose, du pain sans croûte, des produits sans graisse et sans sucre ajouté, des produits sans gluten, une gamme bio élargie et à la portée de tous, des plats cuisinés sans agents conservateurs …
  • Au sujet vestimentaire : Il y a un retour en arrière visant à privilégier les matières naturelles. Une évolution visant à la sécurité des enfants par le port de vêtements qui réfléchissent la lumière dans la nuit, des semelles qui clignotent …
  • Au sujet des loisirs : L’évolution s’inscrit plus particulièrement dans la manière individuelle de choisir des loisirs qui permettent de s’éloigner du stress – voyages, escapades, fitness, parcs d’attractions, festivals …
  • Au sujet de l’environnement : Une évolution graduelle dans nos consommations d’énergie – électro-ménager, voitures, multi-médias – déplacements routiers ou ferroviaires – protection des espèces en voie de disparition (faune et flore) chauffage …

Dans toutes ces évolutions, l’air de rien, nos anciens repères fondent comme neige au soleil. C’est comme si notre humanité nous poussait à avancer plus vite qu’il y a quelques décennies. D’autres repères sont à créer et c’est un challenge que toutes les générations doivent relever.

Ces nouveaux repères s’inscrivent peu à peu dans notre développement personnel. J’y reviendrais dans le prochain article.

Bonne journée et à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Commenter cet article