La panne

Publié le par Madeleine Moreau

J’ai toujours pensé que la « page blanche » ne risquait pas de m’arriver, j’ai tellement de choses à vous partager, j’ai cette passion au fond de mes tripes, que cela ne peut pas m’arriver.

Mercredi, j’ai commencé à écrire un article.

Je ne l’ai pas terminé, car, je ne savais plus quoi vous dire.

Aujourd’hui, j’essaie de m’y remettre et je me retrouve devant le même obstacle.

Que se passe-t-il ?

Je ne sais pas si vous vivez les mêmes choses que moi. Personnellement, je suis atteinte de « Trumpphobie » !

Hé oui, je n’arrive pas à détacher mon regard de ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis … bientôt les Etats-Désunis !

La Trumpphobie, je le sens, a un impact direct sur ma manière de voir la vie, et là, je peux dire « qu’il » a le don de foutre la pagaille dans mes pensées.

Vous le savez, ce blog est principalement destiné à la croissance de la personne, toute personne, sans frontière de couleur, de religions, de pays. Ce que je perçois actuellement est un mouvement tout à fait contraire à ce qui m’habite.

Hier, je me disais que ce serait bien de reprendre quelques articles pour traiter le comment faire face aux conflits et comment les résoudre. Parce que, des conflits, nous en vivons tous et toutes : au sein de nos familles, de notre travail, de nos engagements. Ils font partie de la vie. Nous en avons souvent peur, cependant, ils peuvent nous aider à grandir. Mais, en écrivant, la Trumpphobie s’est invitée … « Lui » taille dans le vif, ne fait pas de quartier, exige, fait du chantage, détruit tout ce qu’il peut sur son passage et au bout du compte ne va parvenir qu’à attiser d’autres conflits qui vont s’avérer beaucoup plus destructeurs au sein des populations du monde entier. Alors, est-ce que ça vaut la peine de donner des pistes pour résoudre nos « petits conflits » ?

Vous voyez où j’en suis ? Je vous le dis, ce n’est pas marrant !

Vivre le réel ici et maintenant

A la fin de mon coup de gueule que je viens de vous partager, je me dis que c’est une opportunité pour continuer à faire ce que j’ai toujours fait, à vous inviter à vivre votre réel, ici et maintenant.

Quoi qu’il se passe de l’autre côté de l’océan, votre vie, ce que vous vivez est le plus important.

Voilà, je vous retrouve la semaine prochaine pour continuer à découvrir ce vaste monde qui est en vous.

Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt.

ps – Si vous aussi vous vivez la « Trumpphobie », pourquoi ne pas le dire dans un commentaire ?

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Divers

Commenter cet article