La raison de vivre

Publié le par Madeleine Moreau

Etre le premier ou la première, rester en tête de liste, ne pas baisser les bras au premier échec, se relever et continuer à marcher, ne pas laisser les limites physiques s’installer, accumuler le maximum de bons points …

Dès l’enfance et jusqu’à la fin de la vie, ne sommes-nous pas en compétition avec les autres, avec nous-mêmes ?

La question est pertinente et elle mérite d’avoir une réponse.

Si vous pensez que la vie est une compétition, vous dépensez des énergies énormes pour vous maintenir toujours à la meilleure place.

Si vous pensez que la vie n’est pas une compétition, vous pouvez donner le maximum de vos ressources pour avancer dans la direction que vous vous êtes fixé.

La vie … une aventure … un enfer …

D’une certaine manière, nous avons tous et toutes ce pouvoir extraordinaire de créer notre vie à notre couleur, à ce que nous sommes profondément.

Oui, je sais, vous pourriez dire que ce n’est pas le cas de tout le monde, que certaines personnes ont plus de chances que d’autres, que quand on est bien installé c’est plus facile, surtout si on a un travail, une famille qui va bien, une vie affective harmonieuse et qu’on habite dans un pays en paix.

C’est vrai, ce n’est pas le cas pour tout le monde.

Vous connaissez, sans aucun doute, des personnes qui sont perpétuellement dans les ennuis, qui accumulent les problèmes, qui n’arrivent pas à s’en sortir.

Vous avez sans doute cette « effroyable » croyance qui vous fait dire qu’il y a d’un côté les chanceux et de l’autre côté les malchanceux.

De quel côté êtes-vous ? Du côté des personnes qui ont de la chance ou du côté des personnes qui n’ont pas de chance ?

Quel que soit le côté dans lequel vous vous situez, j’ai envie de vous dire que la chance n’a rien à voir là-dedans !

Il a su créer sa vie

A 25 ans, la vie lui souriait mais il ne le voyait pas.

Il faut dire que son premier quart de siècle ressemblait plus à l’enfer qu’au paradis.

Un apprentissage réussit, un CFC dans la poche, un petit studio loin de chez lui, un premier emploi plein de promesses, des copains en veux-tu, en voilà … il avait tout ce qu’il fallait pour s’engager dans une vie merveilleuse.

Un soir, dans une ruelle sans lumière, un pote lui a proposé un joint, juste pour essayer, juste pour constater que les éléphants bleus existaient.

Jamais il n’avait ressenti un tel bien-être, jamais il n’avait eu cette sensation que le monde lui appartenait, qu’il pouvait tout faire, tout acquérir.

Au réveil, sa réalité l’a rattrapé. Allait-il travailler toute sa vie dans un atelier ? Allait-il se suffire de quelques semaines de vacances et rester sans briller aux yeux du monde, surtout aux yeux de ses proches ?

Alors, lorsque ses pensées étaient dans le noir, il allumait un joint, juste question de retrouver un peu plus de lumière.

Un soir, un autre pote lui a montré comment s’injecter le produit miracle dans une veine. La réaction a été immédiate : la vie était tellement belle avec une toute petite injection, sans aucun danger que lui avait encore dit son pote.

En quelques semaines, ce fut la plongée dans la drogue. Pour la payer, quelques larcins insignifiants – il y avait tellement à prendre dans ce monde qui ne lui appartenait pas – quelques arrestations, quelques jugements et un paquet de dettes qui gonflait dangereusement.

En quelques mois, ce fut le voyage en enfer. Un enfer ou les éléphants bleus ne lui apportait plus ce sourire béat qu’il avait adopté. Quelques mois, quelques années …

Jusqu’au jour où le dégoût de ce qu’il était devenu l’a submergé.

Désintoxication …

Il ne se drogue plus, sous quelque manière que ce soit.

Les conséquences dues à la drogue l’empêchent de travailler comme tout le monde.

Cependant, il a mis du cœur à l’ouvrage pour créer sa vie à son image, tournant le dos aux paradis faciles. Il s’est découvert une passion manuelle. Il a quitté l’abîme dans lequel il s’était perdu pour retrouver le soleil. Il a construit sa vie en s’appuyant sur des personnes prêtes à croire en lui, à lui donner « sa chance » - chance qu’il s’est donné lui-même.

Il … peu importe son nom car cela peut être n’importe qui, cela peut être vous, cela peut être l’ami-e qui vit le même enfer …

La vie c’est ce que l’on crée

Il y a d’autres drogues qui peuvent vous empêcher de créer votre vie. Ce n’est pas obligatoirement de l’héroïne, cela peut être le besoin de vous surpasser en tout ce que vous faites, simplement pour sentir une reconnaissance. Ça peut être une attitude qui vous sécurise comme la maniaquerie, le volontarisme, le perfectionnisme, l’activisme, l’attentisme, le cynisme, l’égocentrisme, le minimalisme, le formalisme …

Tout ce qui vous empêche de vivre vraiment.

Comment alors pouvez-vous inverser votre vie ? Monter et non pas risquer de descendre encore plus bas ? Voici quelques pistes :

  • Créer sa vie demande que vous agissiez sur tout ce qui freine, vous handicap, vous entrave. Pour cela, il est nécessaire que vous perceviez la vie que vous désirez vivre.
  • Vous n’aimez pas ce que vous faites ? Repérer ce qui vous empêche de faire ce que vous aimeriez et trouvez des créneaux dans votre vie qui vous permettent de vous y mettre, même si ce n’est pas un temps plein.
  • Vous pensez ne pas avoir le temps, l’énergie nécessaire ? Revoyez vos priorités, ce qui vous semble essentiel et vital pour votre équilibre et si besoin est, osez quitter ce qui vous pèse le plus.
  • Vous avez peur de perdre l’estime des autres ? Posez-vous la question sur le degré d’estime que vous avez pour vous-même, n’est-ce pas plus essentiel ?

Créer votre vie à votre image, cela peut vous paraître être un défi impossible à relever, à réussir. Il faut vraiment le vouloir, il faut accepter de sortir de votre zone de confort – à vos yeux, cela peut paraître difficile car vous risquez de perdre beaucoup plus que ce que vous y gagnez actuellement – mais, au bout du chemin, votre horizon s’en trouvera dégagé.

Ce qui peut vous aider est de prendre conscience que votre vie est importante AUJOURD’HUI, pas dans 10 ans, dans 20 ans !  Alors, prêt, prête à créer votre vie à partir d’aujourd’hui ?

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article