Que se passera-t-il demain ?

Publié le par Madeleine Moreau

Est-ce que vous vous inquiétez pour des choses qui ne sont pas encore arrivées ?

Je ne parle pas de ces choses pour lesquelles il y a une bonne raison de s’inquiéter. Si l’entreprise dans laquelle vous travaillez annonce des licenciements pour la fin du trimestre, il est normal que vous soyez inquiet, inquiète car vous ne savez pas si vous faites partie de la liste. Si une de vos connaissances se trouve dans un endroit « sensible », il est normal de vous sentir en inquiétude et de vous demander si elle fait partie des victimes, ceci, tant que vous n’avez pas de nouvelles. …

Je veux parler de ces inquiétudes qui naissent dans votre esprit et qui se mettent à marteler votre cerveau, au point que vous ne pensez plus qu’à ça !

Vous voulez un exemple ? Votre conjoint/e est très en retard, ce qui n’est pas dans ses habitudes. Comment réagissez-vous ? Qu’est-ce qui se passe alors en vous ?

Pour ma part, je peux vous confier que je peux me mettre dans un état pas possible, un état qui, vu sous un angle plus large, indique également le niveau de sécurité dans lequel je me trouve à l’instant où cela se produit. Je ne peux alors pas m’empêcher à penser à un accident, à quelque chose de grave qui est arrivé. Mon cerveau se met alors à carburer à fond et je commence à avoir peur que la police ne vienne sonner à la porte … je m’imagine plein de trucs qui pourrait arriver … j’entre dans une inquiétude immense, à l’aguet de tout bruit dans le corridor qui pourrait venir m’annoncer une mauvaise nouvelle.

Comment réagissez-vous lorsque le doute s’installe en vous ?

Vous venez de poser un acte précis, de prendre une décision qui vous apparaissait la meilleure possible, et hop, vous ne savez plus si vous avez bien fait, si c’était vraiment la meilleure décision … bref, vous commencez à vous inquiéter des conséquences que cela pourrait avoir dans votre vie. Vous aimeriez bien faire marche arrière, mais c’est trop tard, la machine est lancée, l’inquiétude s’installe.

Est-ce que vous avez déjà vécu cette expérience ? Comment est-ce que ça se traduit en vous ?

Comprendre le mouvement de l’inquiétude

Il y a quelques années, je vous aurais dit que vous viviez alors un fonctionnement imaginaire, quelque chose qui ne peut pas être vérifié et qui se passe uniquement au niveau cérébral.

Aujourd’hui, je perçois les choses un peu différemment. Ok, cela se produit au niveau cérébral. Ok, c’est un fonctionnement imaginaire. Je me fais un scénario incroyable, parfois pour des toutes petites choses.

Mais cela n’explique pas pourquoi je me jette, le corps entier, dans l’océan de l’inquiétude … qui disparaitra dès que les choses se remettront à leur juste place !

En regardant de plus près les inquiétudes vécues ces derniers temps, je peux observer ceci : Avant de me sentir inquiète, j’étais dans une zone de confort.

Dans une zone de confort … le 1er point à prendre en compte.

Quand mon mari a un retard très important sur l’heure où il est censé être de retour, je sors de ma zone de confort, vous savez, celle où les habitudes sont bien rôdées. Le confort également de me sentir en sécurité dans sa présence. Que m’arriverait-il s’il lui arrivait quelque chose ? Boum

Je viens de m’inscrire à un évènement qui est important pour moi et auquel je participe depuis de nombreuses années. Pour y participer, j’ai pris quelques habitudes, j’en connais les obligations qui m’appartiennent. Cette année, le prix de participation a augmenté – je dirais plus que largement – mais cela n’a pas eu d’influence sur mon inscription. Cet évènement représente une zone de confort très importante dans ma vie car il me permet de vivre à fond une passion. Mais, durant la nuit, je me suis dit qu’il me faudra faire encore plus d’effort pour, au moins, entrer dans mes frais. Boum …

Si je regarde bien, je peux percevoir que l’inquiétude s’installe dès que la zone de confort est touchée.

La tête, le cerveau, le centre de rationalisation, appelez cela comme vous le voulez, est habitué à cette zone de confort qui lui apporte la sécurité, la protection nécessaire contre toute évasion. Si quelque chose vous fait sortir de cette zone, alors, ça y est, votre tête, par l’aide de vos pensées et en se servant de votre sensibilité mise à mal, va tout faire pour retrouver cette zone de confort.

Et pour cela, vous allez mettre en route un ou plusieurs plans de bataille. Des plans de bataille judicieusement élaboré dans votre inconscient, ce qui peut se traduire par :

  • Je n’y arriverai jamais – Une inquiétude qui prend naissance après avoir pris une décision qui vous demande de relever un nouveau défi … une formation nouvelle, un job nouveau, une implication personnelle … et, boum vous n’arrivez plus à croire en vous, l’inquiétude de ne pas réussir vous taraude.
  • Ce n’est pas pour moi – Pour les autres, oui. Il y a toujours des personnes qui ont plus droit que vous ! Les autres ont d’autres possibilités, pas vous. Ce genre de réflexion arrive généralement lorsque vous venez de vous lancer dans une nouvelle aventure, tout d’abord en ayant la certitude que vous allez y arriver, avant que, boum, non vraiment, à quoi avez-vous pu penser, que cela pouvait être aussi pour vous !
  • Ai-je quitté quelque chose qui m’allait bien pour trouver moins bien – Quitter sa zone de confort demande, bien souvent, de vivre un certain temps dans l’inconfort. Une chance formidable pour que le boum se fasse entendre : Avez-vous bien fait, est-ce que vous n’auriez pas dû … Qu’est-ce qui va encore vous arriver !
  • Si cela arrive, je ne saurais pas comment faire – Il y en a des choses qui peuvent arriver dans la vie et face auxquelles, nous n’avez pas « encore » l’expérience. Des choses qui arrivent à une personne proche, et lorsque cela se présente, boum, si cela vous arrivait, vous ne saurez pas comment faire … et justement, cela risque bien de vous arriver un jour ou l’autre, alors vous vivez dans l’inquiétude que votre enfant tombe malade, que votre parent décède, que votre conjoint/e quitte le foyer, etc.
  • Je ne le sens pas – Il y en a des choses dans votre vie que vous évitez, tout simplement parce vous ne le sentez pas. Des trucs qui sont extérieurs mais aussi des trucs qui sont internes. La fatigue, le manque de motivation, la nouveauté en sont quelques-uns. Mais, on ne choisit pas tout dans la vie, il y a parfois des évènements qui font que vous devrez sauter dans le vide, et là, boum, l’inquiétude de se rompre le cou arrive !
  • Avoir peur avant que ça n’arrive – Ce dernier point est sans doute le plus visible dans ce qui peut susciter l’inquiétude, et cela dans n’importe quelle situation. La peur d’échouer, la peur de ne pas pouvoir faire face, la peur de se tromper, la peur de faire mal, etc. Avoir peur avant que ça n’arrive est une porte royale par laquelle l’inquiétude peut entrer et s’installer … confortablement, ce qui peut se traduire par un boum retentissant dans tous les secteurs de votre vie.

Agir avant que l’inquiétude ne s’installe

Ce qui est fantastique dans la vie c’est que nous avons la formule de l’antidote pour atténuer les épisodes d’inquiétudes – sachant que certaines inquiétudes sont légitimes – l’antidote va agir sur les inquiétudes qui n’ont pas de légitimité.

Mais comment ?

  • Prenez conscience de l’inquiétude qui s’installe en vous et demandez-vous, tout d’abord, quelle zone de confort est menacée en vous.
  • Repérez ensuite la pensée qui lui donne vie. Si, par exemple, votre pensée est : Je n’y arriverai jamais, en êtes-vous sûr/e ? Et si vous pensiez, à la place, qu’il est bien possible que vous arriviez ? Essayez et vous verrez.
  • Si le scénario de destruction a été lancé, coupez-le avant qu’il n’atteigne le Zéro … Cela veut dire que vous pouvez vous lever, prendre une profonde respiration, et dire : Stop, j’arrête tout …
  • Si par malchance, vous n’avez pas réussi à le stopper, lorsque tout sera revenu à la normale, demandez-vous ce qui pourrait vous aider la prochaine fois à ne pas tomber dans les griffes de l’inquiétude, surtout lorsque celle-ci n’est qu’une projection de ce que vous craignez le plus au fond de vous-même.

Voilà quelques pistes que vous pouvez prendre.

Ce sont des exercices qui seront à vivre à chaque fois que vous sentez une inquiétude pointer son nez.

A force de les faire, votre tête, votre cerveau, votre mental finira par comprendre que vous êtes maître pour gérer vos zones de confort et pour faire face – autant que possible – aux problèmes qui peuvent devenir réel.

Enfin, prenez soin de tous les moments de paix que vous vivez dans votre quotidien, cela peut renforcer la foi que vous avez face à la vie.

Belle journée à vous, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article