Pas envie de m’y mettre

Publié le par Madeleine Moreau

Il y a des choses que je n’aime pas faire.

Alors, je laisse les choses de côté, me disant que le moment viendra où j’aurais enfin le courage de m’y mettre.

Le résultat est à chaque fois le même : lorsque j’ai dépassé le cap de l’urgence, je me mets à la tâche !

C’est ainsi que je boucle, depuis des années, ma comptabilité … au tout dernier moment : juste à temps pour m’éviter une amende !

C’est ainsi que je prends mes rendez-vous médicaux : lorsque la pharmacienne me dit que je suis arrivée à la fin de mon ordonnance et qu’elle a besoin d’une nouvelle ordonnance !

C’est ainsi que je me décide, enfin, à faire le tri dans mes dossiers : quand j’ai urgemment besoin d’un papier et que je ne sais plus où je l’ai rangé !

Ce sont des tâches qui ne demandent pas un grand investissement, qui se font en quelques heures. Pourtant, je recule toujours le moment de m’y mettre.

Ma réplique préférée pourrait être : « Oui, oui, je vais le faire … quand j’aurais le temps ! » Je devrais dire : « Je vais le faire avant de me trouver dans l’urgence. »

Est-ce également votre cas ? Y a-t-il des choses que vous n’aimez pas faire et que vous faites au tout dernier moment, lorsque l’urgence risque d’être dépassée.

Si vous êtes adepte du développement personnel et de tous les trucs qui sont gratuitement distribués, vous avez sans doute vu ou lu qu’il était facile de faire les choses sans attendre l’urgence, et, qui plus est, sans entrer dans la culpabilité.

Je ne vais pas vous distribuer de recettes. Tout d’abord parce que je n’en ai pas trouvé une seule qui me satisferait, qui ferait que l’an prochain je me mets à ma compta dès le mois de janvier … J’ai essayé d’écouter quelques conseils, j’ai lu des livres concernant le rangement efficace et pourtant je suis toujours face à ma problématique.

Alors, me direz-vous : « Est-ce une cause perdue ? »

Je n’irais pas aussi loin.

Il y a des choses que nous n’aimons pas faire et que nous devons quand même faire. C’est notre réel.

Il y a des choses que nous pouvons déléguer, d’autres pas. C’est également notre réel.

Face à cela, le mieux n’est-il pas de nous prendre avec douceur ?

En effet, à quoi ça sert de nous juger, de nous condamner, de vouloir absolument réussir dans des domaines qui ne nous intéressent pas ? Il y a tellement de choses que nous faisons avec aisance, des choses que d’autres n’aiment pas faire et qui nous envient de pouvoir le faire !

Je vous invite à relire la citation du jour.

Tout ce que nous n’aimons pas faire, c’est la dernière clé du trousseau.

La vie se présente à nous comme une porte qui s’ouvre à tous les possibles, encore faut-il trouver la bonne clé. Alors, si ce qui nous semble impossible ne représentait qu’une porte que nous devons ouvrir pour entrer dans le possible du moment ? N’est-ce pas rassurant ?

En conclusion

Vous avez le droit de ne pas avoir envie de vous mettre à certaines tâches qui vous rebutent.

Par contre, si celles-ci peuvent vous conduire à vivre des conséquences qui vous mettent dans la mouise, vous trouverez toujours la clé qui ouvrira la porte de vos réticences.

Bien souvent nous portons un jugement sur nos manques, ce qui ne sert strictement à rien. Nous prendre avec douceur permet de mieux ressentir la satisfaction lorsque les choses sont faites.

Je vous souhaite un tout bon week-end et une belle fête du travail. A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article