Urgent : Prendre soin de moi

Publié le par Madeleine Moreau

Cela fait quelques mois qu’elle vient en entretien.

Son objectif : Se sentir mieux dans sa peau et dans sa vie.

Des problèmes, elle en a, pas qu’un seul … à croire qu’elle cherche à devenir la championne de l’accumulation !

D’abord, au travail – Rien ne va. Ses collègues ne lui parlent pas, son chef la harcèle, son patron n’arrête pas de délivrer le discours qu’il y a du travail pour les 2 mois à venir, après, ce n’est pas sûr. Une situation qui la mine, qui la submerge d’une angoisse dès que commence la semaine.

Vient ensuite son couple – Rien ne va. Son amoureux passe son temps avec ses potes, oublie de l’avertir d’un retard, ne l’invite plus au resto, ne fait plus attention à elle. Elle ne sait plus si elle a encore de l’amour pour lui ou pas.

Ses relations proches ne sont pas en reste – Rien ne va. Quand elle invite une copine à boire un verre, celle-ci est déjà prise ou n’a pas le temps. Avant, elle était toujours de la partie pour faire la fête, depuis quelques mois, elle n’a reçu aucune sollicitation, mais apprend que ses copines se sont retrouvées à l’anniversaire d’une autre copine. Elle se sent rejetée.

Sa vie personnelle n’est pas en reste – Rien ne va. Elle ne parvient plus à faire face à ses obligations. Ses factures se règlent après plusieurs rappels, parfois c’est la peur des poursuites qui l’oblige à régler son dû. Elle devrait prendre rendez-vous chez son médecin, mais n’y arrive pas. Elle ne sort de chez elle que pour aller au travail ou pour faire ses courses. Elle n’a même plus envie d’ouvrir sa fenêtre pour faire entrer la douceur du printemps. Elle cherche désespérément une issue.

Je lui ai proposé de prendre son bien-être en urgence, ce qui lui semble impossible puisqu’elle va si mal !

Ce cas n’est pas isolé.

Beaucoup de personnes souffrent d’un mal-être sans trop savoir comment se sortir du bourbier dans lequel elles s’enfoncent. Alors, elles se répètent qu’il faut prendre son mal en patience, que ça finira par s’arranger, qu’un miracle va se produire !

Vous avez l’impression que je parle de vous ? Vous vous sentez être un peu comme cette inconnue que je vous présente aujourd’hui ?

La suite est pour vous.

Si vous ne vous reconnaissez pas dans cette situation, vous connaissez peut-être des personnes qui sont pareilles et vous ne savez pas comment faire pour les aider, d’autant plus que vous ne les comprenez pas ! La suite peut vous aider à mieux les accompagner sans prendre la place du sauveur qu’elles cherchent inconsciemment.

L’urgence est de travailler à ce qui peut faire du bien

Ce n’est pas en parlant en boucle de ce qui ne va pas qu’on avance dans la vie … même si ça fait du bien sur le moment !

Que se passe-t-il lorsque vous êtes submergé-e par un problème ?

  • Celui-ci prend une ampleur incroyable, au point de masquer toutes les autres choses.
  • Vous vous sentez mal, très mal.
  • Il vous semble que rien de pire ne peut vous arriver.
  • L’angoisse, l’insomnie, la rage, la colère, le pessimisme, semblent être vos seuls voisins.
  • Tout le monde, autour de vous, semble vivre sans problèmes, sauf vous.

Vous êtes en train de vous noyer … et plus vous restez dans votre problème, plus la noyade vous semble inéluctable !

Il ne reste qu’une chose à faire : Sortir de l’eau.

Autrement dit, chercher ce qui peut vous aider à vous sentir mieux.

Bien sûr, cela va vous demander un effort considérable, autrement, ce ne serait pas drôle !

Pour se sentir mieux, quelques règles à suivre

Il ne suffit pas de claquer des doigts, de mettre ses problèmes tout au fond d’un tiroir et de faire comme s’ils n’existaient pas. Cela ne marche pas.

Par contre, ce qui marche, c’est de retrouver ce que vous pensez avoir perdu en entrant dans ce qui vous fait problème.

La première chose que vous pensez avoir perdu, c’est l’enthousiasme. Normal, vous ne ressentez plus d’envie pour rien, encore moins pour faire autre chose que de rester collé-e à votre problème. Il vous faut donc retrouver un peu d’enthousiasme pour quelque chose.

Pour ma cliente, 2 choses l’ont aidé : elle aime faire de la photo et elle aime dessiner. Je lui ai demandé s’il lui semblerait possible d’aller faire des photos du lac – elle habite au bord d’un lac – et de choisir un thème précis. « Oh oui, les canards vont commencer à construire leurs nids, ça peut être un bon thème. » L’enthousiasme revenait, à cette seule pensée. Par contre, le dessin … non, elle ne voyait pas mais avait plutôt l’impression que cela la plongerait encore plus dans le marasme.

Ensuite, vous pensez peut-être que vous avez perdu d’aller au bout de vos engagements. Vous vous dites que vous tiendrez un moment mais qu’ensuite vous serez repris-se par ce qui occupe sans cesse votre champ de vision, que cela ne durera pas, que ce n’est qu’un pansement servant à cacher ce qui vous mine intérieurement.

L’accompagnement a été essentiel pour ma cliente. Comme elle désirait prendre du temps pour partir à la chasse aux bonnes photos, que pour cela elle devait sortir de chez elle, nous convenions, par courriels échangés, des jours où elle avait du temps libre et elle m’écrivait pour me dire si elle avait réussi ou pas. Il y a eu des jours où cela était au-dessus de ses forces, d’autres jours où elle est sortie, pas forcément pour photographier les canards, mais les magnolias qui commençaient à fleurir.

Une chose importante à vivre dans ce processus : Traquer les pensées négatives. Vous pensez qu’il n’y a plus de place en vous pour garder suffisamment longtemps une pensée positive ? Cela se produira si vous ne traquez pas les pensées négatives, elles semblent toujours avoir un train d’avance.

C’est une chose qui a été très difficile – et qui l’est encore chez ma cliente – remplacer chaque pensée négative par quelque chose de positif. Elle me citait un exemple : « Quand je pense que je suis une éternelle insatisfaite, je reviens à ce que tu me disais : c’est comme une bonne glace, une fois terminée, on pense qu’on ne trouvera nul par ailleurs le même parfum ! – alors, je me dis que ce n’est pas parce que je n’ai pas le même parfum que je ne peux plus manger de glace.

Vous avez perdu l’envie de vous battre, de vous remettre debout ? Ce courage que vous viviez avant semble avoir pris la poudre d’escampette. Mais, si vous cherchez bien, il est encore là, il est toujours là. La preuve est que vous faites quelque chose, que vous désirez faire quelque chose pour sortir de l’eau. Ne serait-ce que cela, il vous fait du courage pour essayer.

Plusieurs fois elle m’a dit : « Je fais un pas en avant et j’en fait trois en arrière » Nous avons regardé d’où venait cette sensation. Elle a très vite découvert que, parce qu’elle se sentait un peu mieux, elle pensait qu’elle pourrait surmonter tous les obstacles, que c’était tout bon et elle fonçait, tête la première, dans toutes les distractions qui se présentaient à elle, ce qui ne faisait que faire revivre le mal-être qui, lui, était toujours là. Elle devait à tout prix, rester dans ce courage de se rendre au bord du lac et de se sentir consciente du pourquoi elle était là.  

Ce que j’essaie de vous faire découvrir ici, c’est un processus que vous devez vivre pour entrer dans l’urgence de vous sentir bien.

D’autres règles à suivre

  • Commencez par quelque chose de très petit, quelque chose qui, à vos yeux, peut sembler ridicule. Aller faire des photos de canards, c’est vraiment dérisoire – mais quel pas ! Pour vous, ce sera peut-être de réécouter des chansons que vous aimiez et que vous n’écoutez plus, de vous acheter un bon polar et de lire 10mn chaque jour … Bref, faites des choses, faites quelque chose de petit au début, puis, une fois que cela ne vous demande plus de fournir un effort, passez à quelque chose de plus important.
  • Prenez votre choix « mieux-être » comme un engagement important pour votre vie. Pour cela, vous pourriez formuler un contrat pour vous-même, contrat que vous signez. L’important est que vous trouviez un truc qui vous rappellerait que vous devez penser à votre mieux-être.
  • Trouver un élément déclencheur pour continuer à sortir de l’eau. Si vous êtes accompagné-e, demandez à votre guide de vous rappeler votre engagement, rendez-lui des comptes.
  • S’il y a des distractions, des habitudes qui viennent se présenter, ne cédez pas tout de suite. Par exemple, si vous aviez prévu d’aller faire une séance photo au bord du lac, allez d’abord faire des photos, vous verrez si après vous avez envie de la distraction qui se présentait à vous. Trois choses doivent rester en vous : l’engagement que vous avez pris, votre contrat personnel, le déclencheur pour rester dans la direction.
  • Les coups de blues, la démotivation, le doute risquent de survenir à tout moment. C’est justement dans ces moments-là que vous aurez envie de tout jeter par la fenêtre, de vous enfermer à nouveau dans vos problèmes, dans vos pensées négatives. Remettez-vous en selle, recherchez à nouveau l’enthousiasme qui vous est nécessaire pour ne pas baisser les bras.

Lorsque vous aurez retrouvé un peu de dynamisme dans votre vie, lorsque vous arriverez à vivre des moments de bien-être, c’est-à-dire, lorsque vous aurez pris l’habitude de mettre en URGENCE votre bien-être, alors vous pourrez vous attaquer à vos problèmes, car, vous en aurez la force sans avoir cette sensation de vous noyer … ce qui est mieux, croyez-moi.

Si vous trouvez que cet article peut vous aider, imprimez-le et mettez-vous au travail sans tarder.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article