Vivre et ne rien regretter

Publié le par Madeleine Moreau

Connaissez-vous cet adage : « Hier n’est plus, demain n’est pas, aujourd’hui est ! » ?

Ce qui n’empêche pas que nous vivons notre aujourd’hui comme une continuité de ce qu’était hier, en espérant que demain sera plus lumineux que le passé !

Nous sommes tous pareils. Difficile de vivre sans penser au passé, difficile de vivre sans nous projeter dans l’avenir, difficile de vivre ce qui nous est donné pour la journée présente.

Mais, qu’est-ce que cela, au bout du compte, nous apporte ?

De bons souvenirs, des brassées de bonheur, une motivation sans cesse renouvelée pour continuer son chemin, cette sensation exquise de se sentir faire partie d’une continuité, du monde …

Cela apporte également un lot – non négligeable – de regrets. C’est le thème d’aujourd’hui.

Vous ne vous en rendez pas compte, mais ils sont là, tapis dans votre conscience et dans votre subconscient :

Si j’avais saisi ma chance à ce moment-là …

Si j’avais fait un autre choix …

Si j’avais exprimé mon amour au bon moment …

Si j’avais suivi ce conseil …

Si j’avais pu profiter de la vie …

Si j’avais été plus assidu-e dans mes études …

Si je n’avais pas attendu si longtemps pour me décider …

Si j’avais vu plus vite que cette relation était nocive pour moi …

Si j’avais fait plus confiance …

Si j’avais accepté cette proposition …

Si …

A vous maintenant de continuer la liste : Lorsque vous regardez en arrière, lorsque vous regardez votre vie, combien de « si » viennent s’ajouter à la liste ?

Vous en avez trouvé ?

Quand le « si » se change en « regret »

Que ressentez-vous lorsque vous voyez tous les « si » qui traversent votre vie ?

La majorité d’entre eux vous font-ils ressentir comme une pointe de regrets ?

Ce choix que j’ai fait et qui ne m’a apporté que des ennuis, j’aurais dû faire un autre choix, mais je ne sais pas ce que j’aurais alors vécu …

Cette situation que j’ai acceptée parce qu’il me semblait que je n’avais pas d’autres choix et que j’étais pressé-e …

Cette relation dans laquelle je me suis embarqué-e parce que j’avais peur de la solitude …

Cette opportunité qui était là, à ma portée et que j’ai laissé passer, pensant qu’elle se représenterait …

Ce logement que j’ai pris sur un coup de tête et dans lequel je ne me suis jamais senti-e à l’aise …

Le regret peut être comparé à un virus qui vient interférer dans l’équilibre de notre sensibilité.

Il nous fait regarder ce que nous n’avons pas vraiment désiré et nous empêche d’accueillir sereinement les faits.

Le problème, lorsque nous y pensons, est que nous ne pouvons pas changer nos choix. Un choix, une fois qu’il est posé, ferme la porte aux autres choix qui auraient été possibles, c’est une réalité. L’autre problème consiste à revenir à un idéal auquel nous avons rêvé, que nous avons désiré et qui reste toujours sans réponse. Un autre problème consiste aux idées que nous nous faisions d’une situation, d’un objectif, d’un but et qui est resté en suspens … allez savoir où !

Vivre avec des regrets, une contre-indication au bonheur

« Vivre avec des regrets ne sert à rien » dit un autre adage. Pourtant, lorsque nous regrettons sans cesse quelque chose qui ne s’est pas réalisé dans notre vie, nous posons un obstacle devant nous.

Vivre avec des regrets ne fait que générer un conflit intérieur avec ce qui pourrait devenir nos rêves de demain.

Vivre avec des regrets accentue l’image négative que vous avez de vous : C’est vrai, quoi, si vous aviez fait un autre choix, votre vie serait sans doute très différente aujourd’hui … et si vous aviez réussi à atteindre votre objectif, vous seriez plus heureux-se aujourd’hui … et si …

Vivre avec des regrets nous fait revenir sur nos erreurs, sur les chances que nous avons laissé passer, sur les moments où nous n’avons pas assumer notre responsabilité, etc.

Face à cela, il n’y a qu’une conclusion : Vivre avec des regrets est la meilleure recette que nous pouvons avoir pour passer à côté du bonheur qui pourrait bien survenir dans notre aujourd’hui !

Vivre sans regrets

Qu’en pensez-vous ? Est-ce possible ?

Personnellement, je pense que c’est possible – ce qui ne veut pas dire facile – de laisser les regrets là où ils sont et de ne pas raviver leurs flammes dès qu’ils se présentent.

Voici quelques pistes qui peuvent vous aider :

  • Si le regret s’enracine dans un choix que vous jugez comme mauvais, dites-vous qu’à ce moment-là, vous avez fait ce qui vous semblait le mieux pour vous. De toute manière, vous ne saurez jamais ce que vous aurait apporté un autre choix.
  • Si le regret s’enracine dans une situation que vous préféreriez oublier car elle reste douloureuse en vous, pensez à tout ce que vous avez appris dans cette situation, aux ressources qui se sont développées en vous pour vous en sortir. Un passé, aussi douloureux soit-il ne peut être changé, il a été ce qu’il a été.
  • Si le regret s’enracine dans un idéal que vous auriez désiré atteindre, regardez cet idéal pour ce qu’il a été, à un moment de votre vie, un rêve irréalisable, une utopie construite par votre pensée, un désir surdimensionné face à votre réalité.
  • Si le regret s’enracine dans un jugement vis-à-vis de vous, le plus simple est d’arrêter de vous juger, de chercher comment vous pouvez prendre les choses avec – autant que possible – un peu d’humour. En clair, pardonnez-vous vos erreurs, aimez-vous, même si tout n’est pas parfait en vous. A nouveau, dites-vous que vous avez agi du mieux que vous pouviez à ce moment-là.

Ces pistes sont des exercices que vous pouvez faire à chaque fois qu’un « si » prend possession de votre pensée.

Ce « si » peut survenir après quelque chose qui s’est produit la semaine dernière, il appartient déjà au passé … une occasion de vous poser autrement dans votre aujourd’hui.

En conclusion

Quoi que vous fassiez, dites-vous que les regrets font partie de la vie, que vous le vouliez ou pas.

Il y aura toujours un moment où vous regretterez d’avoir acheté cette robe bleue qui vous plaisait et de ne pas avoir pris la grise qui allait mieux à votre teint. Le moment où vous regretterez de n’avoir pas eu les bons mots pour atténuer un conflit sous-jacent. Le moment où la colère qui vous habitait vous a empêché de regarder un peu plus loin que ce qui était sous votre nez …

Alors, si les regrets font partie de la vie, et s’ils peuvent survenir à tout moment, est-ce une raison pour continuer d’alimenter ceux qui font partie d’un passé déjà lointain ? Commencez pas désamorcer ceux qui éclosent aujourd’hui. Pour cela, ayez de la compassion pour vous.

Je vous souhaite un excellent week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article