Ce n’est qu’une apparence

Publié le par Madeleine Moreau

Un médecin arrive à l’hôpital après avoir été appelé pour une intervention chirurgicale d’urgence. Il se change et va directement vers le bloc opératoire ou il tombe sur le papa d’un enfant dans la salle d’attente.

En le voyant arriver le père s’est écrié : « Pourquoi ça vous a pris autant de temps ? Mon fils est en danger de mort, où est votre sens de la responsabilité ? » Le docteur lui a répondu :

« Je suis désolé, je n’étais pas à l’hôpital et j’suis venu aussi vite que j’ai pu après avoir reçu l’appel… et maintenant, j’aimerais que vous vous calmiez pour que je puisse faire mon travail ».

« Me calmer ?! Si c’était ton fils qui était dans cette situation à l’heure actuelle, serais-tu calme ??? Si ton propre fils mourait en ce moment même, qu’est-ce que tu ferais ?!? » rétorqua le père en colère.

Le médecin s’est dirigé vers la salle de chirurgie sans répondre, et y est resté quelques heures. En ressortant de l’opération il a dit : « Dieu merci, j’ai sauvé votre fils. » et sans attendre de réponse il a ajouté : « Si vous avez des questions, posez-les à l’infirmière !!! », puis il est parti.

Le papa interrogea l’infirmière : « Pourquoi a-t-il été aussi arrogant ? Il ne pouvait pas attendre quelques minutes pour que je pose des questions sur mon fils ? »

L’infirmière répondit : « Son fils est mort hier dans un accident sur la route, il était à l’enterrement quand nous l’avons appelé pour la chirurgie. Maintenant qu’il a sauvé la vie de votre fils, il a quitté pour finir l’enterrement de son fils. »

Moralité : Ne jamais juger gratuitement les gens, nous ne pouvons pas savoir ce qui se passe réellement dans leur vie et les différentes épreuves qu’ils peuvent avoir à traverser !

 

Je ne sais pas si vous connaissiez cette histoire.

Est-elle vrai, est-elle juste une métaphore ?

Combien de fois, avons-nous été face à une situation que nous avons critiquée ? Combien de fois nous sommes-nous mis en colère simplement parce que l’attitude de l’autre nous paraissait intolérable ? Combien de fois avons-nous émis un jugement sans chercher à savoir la raison de la situation ?

Je ne pense pas être la seule !

Quand les apparences cachent la réalité

Nous nous fions, principalement, à ce que nous voyons et nous nous laissons prendre par notre sensibilité.

C’est ce qui fait qu’il y a pas mal de situations où nous sommes complètement à côté de la plaque.

Dernièrement, je disais à une amie « Les apparences ne sont que des apparences. Tu crois que ton amie pense ceci ou cela, simplement parce qu’elle ne montre pas ses émotions, parce qu’elle ne dit pas ce qu’elle vit tout au fond d’elle. Elle donne le change, elle se protège sous une apparence, mais, si tu lui donnes un espace d’écoute, tu verras peut-être ce qu’il y a derrière l’apparence qu’elle affiche ! »

Le problème est que, bien souvent, nous ne détectons pas l’apparence. Il faut dire que celle-ci est un excellent camouflage. Un camouflage qu’il faut respecter.

Ce qui reste à notre portée n’est pas de chercher ce qui se cache derrière, mais de prendre un peu de recul, de regarder les choses autrement et ne pas porter de jugement hâtif.

Je vous invite, aujourd’hui, à regarder toutes les fois où vous vous montrez avec une apparence qui vous protège. Les fois où vous laissez éclater un rire alors que votre cœur crie qu’il a mal. Les fois où vous donnez le change pour que personne ne devine que vous venez de vous disputer avec votre conjoint-e. Les fois où vous dites que tout va bien, alors que vous n’arrivez plus à respirer librement. Etc.

Nous vivons tous et toutes des moments où nous cherchons à montrer que tout est calme, qu’il n’y a pas de problèmes.

Y penser de temps en temps peut nous aider à ne pas juger trop rapidement.

Je vous souhaite une belle semaine, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article