Chaque changement bouscule l’ordre établi

Publié le par Madeleine Moreau

Il y a quelques années, un incendie ravageait une forêt de pins. En quelques heures, un paysage de désolation avait remplacé un havre de paix.

La bonne odeur de la sève qui suintait sur les troncs et les pives, les parfums de la terre délivrés par les mousses, les petits fruits, les fleurs avait disparue. Ne restait que les relents du bois carbonisé, l’âcreté des carcasses d’animaux qui n’avaient pu s’échapper.

Chaque année, à chaque saison, des incendies font disparaître des hectares de forêts.

Nous sommes toujours dans la série qui traite des habitudes.

Mais quel lien peut-il y avoir entre un incendie de forêt et nos habitudes ? C’est ce que vous pourriez vous demander.

Je vous invite à entrer dans une projection : Imaginez que chaque habitude que vous avez mise en place dans votre vie, que vous la viviez encore ou pas, soit un arbre.

Etes-vous face à un parc bien dégagé, une clairière, une forêt, une jungle ?

Maintenant, reprenez votre projection : Combien d’habitudes avez-vous déjà quitté et remplacé par d’autres habitudes ? Combien d’habitudes aimeriez-vous quitter ces prochaines semaines, ces prochains mois ?

Normalement, vous devriez percevoir que le paysage change. Il y a plus ou moins d’arbres, (vos habitudes).

Si, après cette projection, vous vous disiez que vous n’avez pas besoin d’avoir une jungle mais simplement quelques arbres pour pouvoir vous reposer à l’ombre, je vais vous le dire simplement : « Ce serait une très mauvaise idée ! Pourquoi ? Parce que c’est tout simplement impossible !

Hé oui, notre vie est composée majoritairement par les habitudes qui nous guident dans notre quotidien. Ces habitudes, nous les avons apprises tout au long de notre vie, et, même si nous n’en n’avons pas conscience, elles nous permettent de gérer notre quotidien. Par exemple : Vous avez appris, il y a longtemps, à manger avec une fourchette, et, par habitude, vous utilisez toujours une fourchette pour faire passer les aliments de l’assiette à votre bouche – sauf bien sûr, si c’est un potage ou un hamburger ! Mais vous saisissez le concept.

Donc, il y a des habitudes qui ne vous emprisonnent pas et des habitudes qui vous emprisonnent. Ce sont celles-ci que vous pouvez déraciner, celles qui vous gardent prisonnières.

Vous allez chambouler l’ordre établi

Lorsque l’on décide de quitter une habitude qui nous maintient dans une prison dorée, c’est prendre le risque de chambouler l’ordre établi.

Même si vous y allez gentiment, même si vous faites très attention, l’ordre établi grâce ou à cause de votre habitude va être perturbé. (Un dicton dit : Quand un arbre tombe, c’est toute la forêt qui pleure).

Faire face aux perturbations

Voici, maintenant, quelques pistes qui peuvent vous aider à faire face aux perturbations :

  • Prenez soin de vous, particulièrement en respectant vos besoins de repos, la qualité de votre sommeil, l’équilibre de vos énergies.
  • Apprenez à gérer vos frustrations et les changements de vos humeurs. Quitter une habitude qui vous emprisonne demande que vous retrouviez votre liberté et c’est ce qui peut le plus vous déstabiliser. Vous savez ce que vous allez perdre, vous ignorez encore ce que vous allez gagner.
  • Revenez toujours à ce que vous désirez perdre et garder le regard fixé sur ce que vous désirez changer et la raison pour laquelle vous désirez changer. Un exemple : Si votre désir est de quitter l’habitude de jouer 4h par jour sur votre console de jeux pour avoir plus de temps à consacrer auprès des personnes qui compte sur vous, fixez-vous des temps horaires pour les 2 choses – 3h45 de jeu, 15’ pour boire un verre avec votre meilleur ami – puis, réduisez encore le temps du jeu la semaine suivante, et ainsi de suite.
  • Gardez une attention sur vos discours intérieurs. Ceux-ci peuvent être extrêmement durs envers vous-mêmes. C’est vrai, quoi, jusqu’à maintenant, vous n’étiez pas si mal dans votre prison dorée, pourquoi cherchez-vous autre chose ? Ce genre de discours est particulièrement nocif. Donc, coupez court à tout discours qui risque de vous faire revenir là où vous étiez.

 Entrer dans un autre ordre établi

Pour conclure, je vais terminer l’histoire de mon fait divers du début.

Durant plusieurs années, ce paysage dévasté ne permettait pas de croire qu’un jour il y aurait à nouveau des arbres en cet endroit.

La faune, la flore semblait avoir déserté à tout jamais ces quelques hectares.

Un jour, pourtant, quelque chose a commencé à changer.

Au début, ce fut des petites pousses qui se mirent à grandir. Sur le sol noirci, jaillirent des taches d’un vert très tendre.

Au début, ce furent des herbes, quelques fleurs.

Les abeilles, les papillons, les insectes retrouvèrent le chemin de la forêt oubliée.

Puis ce fut le tour des arbres.

A la stupéfaction des gens du coin, ce ne sont pas des pins qui poussaient à nouveau, mais d’autres espèces, pas forcément de celles qui existaient avant.

Les scientifiques se sont penchés sur l’évènement et leurs découvertes sont surprenantes.

Il paraîtrait, que dans le sol, se trouvait depuis des millénaires, des graines issues d’autres essences. Grâce au feu, à l’acidité qui a ensuite recouvert le sol, à la chimie naturelle de la terre, ces graines sont revenues à la vie.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle forêt qui croît, elle est tout aussi belle que celle d’avant. Ce qui est merveilleux, extraordinaire, c’est qu’on y trouve également des plantes que l’on croyait à jamais disparues.

Le mot de la fin – Ne désespérez jamais devant le chamboulement de l’ordre établi.

Changer une habitude qui vous maintient prisonnier-ère, c’est aller vers votre liberté et vous en avez la clé.

Je vous retrouve très bientôt pour vous parler de la motivation aidante.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article