Parvenir à gérer ses émotions

Publié le par Madeleine Moreau

Les émotions, on en parle beaucoup depuis quelque temps. Que ce soit dans les milieux scolaires ou professionnels, les émotions sont des indicateurs précieux guidant l’hygiène relationnelle.

Certes, il y a une différence à faire entre un enfant qui garde tout pour lui ou qui explose dès que quelque chose qui ne lui convient pas et un adulte censé avoir appris à gérer ses émotions.

Une différence ? Oui et non. L’enfant est un petit être qui doit apprendre, l’adulte devrait avoir passé ce cap.

Le problème n’est pas lié à l’âge, vous l’avez deviné.

Pour y voir un peu plus clair et, peut-être, mieux comprendre l’enjeu de l’hygiène émotionnelle, je vous propose de vous arrêter un peu plus longuement sur ce thème.

Vice versa

C’est un film qui est sorti en 2015 et qui s’adresse aux enfants comme aux adultes.

Si vous ne l’avez pas vu, je ne peux que vous conseiller de vous le procurer. A savoir qu’un livre illustré est en vente dans toutes les bonnes librairies.

L’histoire du film :

La jeune Riley a dû quitter sa ville natale dans le Minnesota, à cause du travail de son père, pour venir s'installer à San Francisco, où elle essaie de s'adapter à cette nouvelle vie. Elle est guidée par ses émotions, incarnées par des personnages résidant dans le Quartier cérébral, le centre de contrôle de l'esprit de Riley : JoiePeurColèreDégoût et Tristesse. Sa personnalité repose aussi sur ses souvenirs, représentés par des boules d'une couleur différente selon l'émotion contenue dans ce souvenir : jaunes pour Joie, violettes pour Peur, rouges pour Colère, vertes pour Dégoût et bleues pour Tristesse. Jusqu'à présent, ses souvenirs les plus importants, stockés à part, étaient tous jaunes. Mais voilà qu'un souvenir bleu risque d'accéder à cette situation. Joie tente de le bloquer et se dispute avec Tristesse, mais toutes deux sont par accident expulsées du Quartier cérébral, laissant Riley entre l'attitude rebelle de Dégoût et de Colère et le comportement pessimiste de Peur.

Tristesse et Joie vont devoir parcourir l'immensité de l'esprit de Riley pour la sauver du chaos, tandis que les trois autres personnages se laissent submerger par la discorde. Ainsi Colère implante une idée dans l'esprit de Riley : fuguer en volant la carte de crédit de sa mère, et emprunter un car pour retourner au Minnesota. Alors qu'elle exécute son plan, Joie et Tristesse parviennent in extremis, et après de multiples péripéties, à regagner le Quartier cérébral pour ramener l'équilibre dans l'esprit de la jeune fille, afin que tout redevienne comme avant. Grâce aux épreuves qu'elles ont traversées, Joie et Tristesse ont toutefois compris qu'elles étaient indissociables : les nouveaux souvenirs importants de Riley seront désormais multicolores, reflétant la complexité des émotions humaines.

Ce film traduit le moment compliqué du passage à l'adolescence : c'est là que la personnalité se construit, au fil des expériences et surtout en fonction du souvenir que l'on garde de ces événements1.

Source : Wikipédia

Chacun, chacune de nous peut se retrouver dans le personnage de Riley. N’aimerions-nous pas que la vie soit rose ? Ne cherchons-nous pas à bloquer ce qui vient interférer notre besoin de bien-être, ou, à l’inverse, à sortir n’importe comment tout ce qui se met au travers de notre chemin ?

Comme Riley, nous avons besoin de mettre régulièrement de l’ordre dans notre monde relationnel.

Nos émotions : une réponse à nos besoins

Nous avons tous et toutes une manière très personnelle de réagir aux situations, aux évènements.

Nous désirons que les autres – généralement nos proches – contribuent à notre bonheur. Nous leur en voulons lorsqu’ils n’accèdent pas à notre désir.

Nous éprouvons alors de la tristesse, nous entrons dans le vide de la solitude – réelle ou pas -, nous en voulons à la terre entière. Nous ressentons de la colère, de la détresse, de l’amertume, parfois de la jalousie, en tout cas une incompréhension face à l’égoïsme que nous prêtons à l’autre.

Les émotions positives semblent alors minuscules : j’ai tellement besoin de me sentir aimé-e, sécurisé-e, en confiance … que je n’arrive plus à voir ce qui m’est effectivement donné et ce que je peux me donner !

Etes-vous dépendant de vos émotions ?

  • Attendez-vous que vos proches contribuent à votre bonheur ?
  • Ressentez-vous comme quelque chose de fort le besoin de vous sentir aimé-e par quelqu’un ?
  • Vivez-vous des accès de colère lorsque votre partenaire ne réagit pas en allant dans votre sens ?
  • Etes-vous triste et renfermé si vous ne recevez pas de compliments ?
  • Cherchez-vous à capter l’attention lorsque vous êtes dans un groupe, ou l’inverse – en espérant qu’on vienne à vous ?
  • Est-ce que la manière de faire ou d’être des autres vous énerve plus souvent que vous ne le voudriez ?
  • Vous sentez-vous abandonné, exclu, laissé-e pour compte si on ne vous invite pas ?
  • Ressentez-vous de la jalousie envers votre partenaire ?
  • Vous faites-vous du souci dès que quelque chose risque de se produire ?
  • Fuyez-vous devant les tensions ?

La liste n’est pas exhaustive, et je vous laisse y ajouter les signes qui vous indiqueraient que vous êtes, quelque peu, dépendant de vos émotions, ce qui veut dire, que ce sont elles qui vous conduisent.

Si vous avez répondu affirmativement à plusieurs questions, cela ne veut pas dire que vous n’arrivez pas à gérer vos émotions. Cela montre que vous avez quelques difficultés à y parvenir.

Dans le prochain article vous découvrirez comment les émotions s’organisent.

A bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article