Repartir de bon pied

Publié le par Madeleine Moreau

Voilà, l’été va gentiment tirer sa révérence. Le moment est venu de se préparer à affronter des journées plus courtes, des soirées plus fraîches.

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà fait cette remarque : « Le rythme qui est propre à la nature est également le rythme de ma vie ! »

Dans la vie, nous vivons des périodes d’abondance, des moments de pur bonheur, des instants de plénitude. Nous vivons également des périodes où tout semble vide, sans attrait, sans couleur, des moments de tristesse, des instants de solitude.

Bien sûr, ce n’est pas au même rythme que les saisons … heureusement d’ailleurs … mais nous pouvons nous sentir aussi bien qu’en été, profitant au maximum de la lumière et nous retrouver en quelques instants plongés dans le froid de l’hiver avant de retrouver la douceur du printemps où tout peut refleurir.

J’aime ces parallèles car ils permettent de mieux comprendre et, ainsi, de mieux accepter ce qui arrive dans nos vies.

Aujourd’hui je vais vous guider sur le comment il est possible de repartir de bon pied après une période « dépressionnaire ».

Se prendre avec douceur

Une période « dépressionnaire » laisse toujours des traces sur la psyché : une fatigue plus intense, le moral qui peine à retrouver le beau fixe, l’humeur qui suit un flux d’émotions négatives.

Les choses à reprendre semblent plus difficiles qu’auparavant. Il faut parfois faire un effort conséquent pour se rendre à son travail, pour se remettre à ses tâches quotidiennes.

L’envie de repartir d’un bon pied peut sembler suffisamment forte, mais au début, le corps rechigne à faire un effort supplémentaire.

Pour que cela se passe le mieux possible, l’essentiel est de se prendre avec douceur. Il ne sert à rien de se mettre des coups de pieds dans le fessier pour avancer plus vite !

Voici quelques pistes pour cela :

Commencez par dire non à certaines sollicitations. Vous avez besoin de récupérer toutes vos énergies. Si vous sortez d’un burn-out, par exemple, ou d’une maladie qui vous a passablement affaibli, autre exemple, vous ne pouvez pas repartir en faisant exactement les mêmes choses qu’avant. Raisons pour lesquelles vous devez oser dire non à votre entourage, même si le risque est qu’il ne vous comprenne pas.

Abandonnez des choses que vous faisiez auparavant, même si ce sont des choses que vous aimiez et qui vous donnaient l’impression de vous sentir exister. L’important est que vous vous tourniez vers ce qui est essentiel pour vous aujourd’hui. Si l’essentiel est de retrouver votre travail à 100%, vous devrez laisser de côté tout ce qui pourrait raviver une fatigue latente et vous projeter dans une rechute.  

Annulez tout ce que vous pourrez reprendre dans quelques mois. Ce peut être des projets qui vous tiennent à cœur, des tâches externes que vous avez acceptées, des rencontres qui étaient planifiées …

Mettez en suspens ce qui, pour le moment, ne présente aucune urgence vitale.

Cela peut vous sembler drastique. C’est nécessaire.

Pourquoi renoncer à certaines choses ?

Lorsque vous étiez au cœur du burn-out, ou dans la maladie, (mes exemples) vous avez entendu de vos proches, de l’environnement soignant, qu’il fallait prendre soin de vous, faire des choses que vous aimiez, vous accordez du bon temps … de très bons conseils !

Aujourd’hui, je vous invite à agir dans le sens contraire.

Voici pourquoi :

Vous vous sentez apte à reprendre la route de votre vie. Vous pensez qu’il est temps de vous reprendre votre destinée en main … c’est une excellente initiative.

Au moment où vous entrez dans cette phase nouvelle, vous avez cette sensation que toutes vos forces sont revenues, que vous pouvez à nouveau relever tous les défis, recommencer comme avant. Ce n’est qu’une sensation.

Que ce soit au niveau physique ou psychique, en fait, cela reste très fragile et moins solide que ce que vous pouvez penser.

Il y a eu quelques semaines, quelques mois, où vous avez été dans l’impossibilité de faire ce que vous faisiez auparavant. C’est une réalité à prendre en compte.

Pour prendre une image, vous êtes exactement dans la situation d’une personne qui doit remuscler ses muscles avant de pouvoir remarcher comme avant.

Dire non, abandonner des projets, mettre de côté des obligations planifiées avant le choc, laisser en suspens ce qui vous tenait à cœur, ne veut pas dire que vous faites une croix dessus. Cela veut simplement dire que vous vous donnez le temps nécessaire de vous « remuscler » intérieurement et extérieurement, en un mot, de retrouver tout ce que vous avez perdu dans l’immobilité.

Si, au moment où vous décidez de repartir du bon pied, vous vous retrouvez avec tout ce que vous portiez au moment du burn-out ou de la maladie, vous n’irez pas bien loin. Vous risquez purement et simplement de rechuter bien plus vite que ce que vous pourriez redouter.

En conclusion

Si vous vivez une rupture d’équilibre, quelle qu’elle soit, et si celle-ci vous a fait « chuter », il est important que vous preniez le temps nécessaire pour « reconstruire » ce qui a été détruit.

Vos proches, vos amis, auront tendance de vous inciter à reprendre au plus vite votre marathon de vie – en fait, ils ont surtout besoin de se sentir rassurés – mais, ce n’est que par des efforts « un par un », qu’un jour vous serez à nouveau apte à reprendre la route avec un 100% d’énergie.

Repartir sur le chemin de votre vie d’un bon pied c’est vous donner l’opportunité de vous réinventer pour atteindre de nouveaux horizons.

Je vous souhaite une journée pleine de douceur, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Commenter cet article