Même pas peur !

Publié le par Madeleine Moreau

ATTENTION ça pique !

« Si tu continues, tu verras ce qui va t’arriver »

« Même pas peur » lance le gamin qui est averti du danger ou des conséquences qui pourrait suivre s’il ne fait pas les choses correctement.

Cette réaction, vous l’avez sans doute, déjà entendue. Faut dire que c’est la réplique parfaite pour montrer sa bravoure et parfois son inconscience.

L’enfant est un téméraire, j’ai envie de dire, par nature. Il peut nous sembler que rien ne lui fait peur – sauf quand un risque de danger vient de l’extérieur, là il appelle maman ou papa pour venir à son secours – mais, lorsqu’il prend la décision de reculer les limites ou d’enfreindre les règles, c’est pas la peur qui va le clouer sur place.

Puis, ça grandit. La prudence se met peu à peu en place. Quelques accidents, quelques punitions et la témérité laisse place à un peu plus de retenue.

L’enfant assimile peu à peu le fait qu’outrepasser les règles ou de repousser les limites le conduit à subir des conséquences qui lui sont inconfortables.

Petit à petit, son cerveau se met à faire des liens : Si je ne fais pas mes devoirs avant de jouer, je vais être privé de télé … Si je ne dis pas où je vais, je ne pourrais pas aller chez mon copain samedi … Si je fais du vélo sans mon casque je devrais rester dans ma chambre … etc.

Résultat : la peur s’inscrit peu à peu dans son cerveau.  

La peur à l’âge adulte

Il pourrait vous sembler ridicule de dire que nous continuons à réagir aux évènements par le biais de la peur.

Et si je vous disais que mes problèmes, vos problèmes – personnels bien sûr – sont ancrés dans la peur ?

Avez-vous ce genre de réflexion : J’ai un problème financier – J’ai un problème relationnel – J’ai un problème d’organisation – J’ai un problème de poids – J’ai un problème de mémoire – J’ai un problème émotionnel – etc.

Si oui, commencez par éliminer toutes celles pour lesquelles une tierce personne (dans votre environnement direct et en ce moment) en est la cause réelle.

Vous verrez, à la suite de cet article, que, normalement, vous devriez avoir gardé toute la liste de vos problèmes, 1 ou 2 exceptions étant possibles.

Voyons maintenant le Pourquoi et le Comment la peur se fait la cause de vos problèmes.

Commençons par le Pourquoi : Quelles sont les raisons qui font que vous avez tel ou tel problème ?

Pour vous aider, voici quelques exemples :

Le problème financier : A la maison, nous n’étions pas riches. Nous étions 4 enfants et j’ai souvent vu ma mère pleurer car elle ne savait pas comment elle allait payer ses factures. Demander un prêt était inconcevable. Alors elle se débrouillait, même si cela lui demandait de faire des extras durant le week-end.

Lorsque je suis face à un problème financier, je limite mes dépenses, je remets à plus tard l’achat d’un vêtement ou une sortie.

Tout au fond de moi, je peux repérer que j’ai peur de ne pas savoir gérer mes affaires.

Qu’en est-il pour vous, quelle genèse faites-vous de ce problème ?

Le problème relationnel : Il y a évidemment beaucoup de causes possibles. Ce n’est pas toujours un problème personnel. Mais voici les causes que j’ai pu percevoir : la peur de perdre le contrôle lorsque je suis face à l’adversité – en fait, j’ai besoin de contrôler la situation. Il y a « encore » la peur de ne pas être acceptée, la peur d’être trahie, la peur de ne pas être la bonne personne que j’estime devoir être pour l’autre, etc.

Toutes ces peurs ont, bien sûr, des racines dans mon histoire d’enfant et j’ai encore bien des portes à ouvrir (lien avec mon précédent article).

Qu’en est-il pour vous, quelle genèse faites-vous de ce problème ?

Le problème d’organisation : Bien que fortement atténué depuis quelques années, j’ai souffert de ce problème.

Il y a eu toute une époque où j’avais besoin de faire 1000 trucs à la fois. Il me semblait que je n’existais que si je me donnais corps et âme dans tout ce que j’entreprenais.

Enfant j’ai souffert d’une image qu’on me collait sur le front. J’ai souvent entendu que je n’arriverais jamais à rien.

Alors, sans en avoir vraiment conscience, du moins sans prendre conscience de ce que cela allait me demander comme effort, je me suis promis de montrer que j’étais capable, que je pouvais réussir, que je réussirais dans tout ce que j’entreprenais.

La peur d’échouer, la peur de l’échec, la peur du regard de l’autre étaient mes pires cauchemars. En accumulant les choses que je devais faire, je me suis créé un véritable problème d’organisation, allant jusqu’à avoir 3 rendez-vous à la même heure, au même jour !

Qu’en est-il pour vous, quelle genèse faites-vous de ce problème ?

Vous avez maintenant quelques pistes pour faire la genèse de ce que vous nommez être un problème pour vous.

Si vous vous mettiez au travail ?

Dans un prochain article, nous verrons comment il est alors possible de gérer ces peurs, qui, au fait, ne sont que des peurs fantômes qui prennent le pouvoir dans pas mal de secteurs de nos vies.

Je vous souhaite un merveilleux week-end, à bientôt.

Merci beaucoup de partager cet article autour de vous

Merci de partager cet article sur Twitter, sur Facebook ou chez Google+. Si vous l'avez trouvé constructif, bien sûr !

Publié dans Coaching

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article